Temps de lecture : 2 minutes et 2 secondes

Nous recevons un grand nombre de portfolios sur la crise sanitaire qui nous touche depuis début mars. Chaque semaine, nous sélectionnerons un portfolio que nous partageons avec vous. Aujourd’hui, place à la série « La vie en couleurs » du photographe français Adrien Nowak. Pendant la période de confinement, il a redonné vie à Toulouse, désertée par la menace du virus…

Toulouse à l’heure du confinement suite à la pandémie de coronavirus qui a touché la majorité des pays. Des rues désertes en pleine journée. Une animation de tous les jours qui a disparu. A la manière des architectes qui incrustent des personnes sur les perspectives 3D afin d’obtenir un rendu au plus proche de la vie réelle, j’ai souhaité redonner à la ville son dynamisme perdu en y incrustant des silhouettes de personnes, qui ne sont pas tout à fait présentes.
J’avais cette idée de production depuis quelques temps, il ne me manquait que le contexte, qui s’est offert tout naturellement à moi en cette période de confinement.

Adrien Nowak est un photographe indépendant de 33 ans dont la pratique s’oriente principalement vers le reportage et le documentaire. Issu du monde de la sécurité informatique – domaine dans lequel il a travaillé plusieurs années – il a fini par perdre toute motivation et ne plus trouver d’utilité aux tâches qu’il réalisait. Ce fut alors pour lui le déclic.
En 2018, Adrien entreprend de se consacrer pleinement à la photographie. Il s’inscrit au diplôme universitaire « Photographie Documentaire et Écritures Numériques » – qu’il obtient en 2019 – et intègre alors le studio Hans Lucas ; dans le même temps, il cofonde le collectif Pas Tant.
S’intéressant tout particulièrement à la place de l’Homme dans l’environnement qu’il se construit et l’usage qu’il en a, ses travaux se tournent préférentiellement vers l’architecture et l’urbanisme. Ainsi, la désertification des stations balnéaires l’hiver, le déclin des bâtiments de l’industrie du tourisme en Tunisie, ou encore la place qu’occupe aujourd’hui le basket dans des villes et villages chinois sont autant d’exemples représentatifs des thématiques qu’Adrien aime à traiter.
Son travail sur les inondations dans l’Aude d’octobre 2018 a été nominé au Visa d’Or de l’information numérique lors de l’édition 2019 du festival Visa pour l’Image.

Instagram : https://www.instagram.com/adrien_nowak/
Hans Lucas : https://www.hanslucas.com/anowak/photo/

SUR LE MÊME THÈME :
Paris Poésie, une série de Clara Pauthier
50° 43′ N 3° 10′ E, Journal de déconfinement par Jean-Michel André
Les jours se suivent, une série de Céline Gaille
Gaëlle Magder présente La Divine Tragédie
Thomas Louapre : Le confiné libéré, journal d’un huis clos
Anna Bambou : En quarantaine, une série à quatre mains
Confine qui peut, une série en cours de Charles Delcourt


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

X
X