EvénementsPhoto

Clara Chalou, coordinatrice générale Circulation(s) : « Cette 11ème édition sera le reflet d’une génération qui crée autant avec de la colère que de la poésie »

Temps de lecture estimé : 8mins

En cette année singulière, plus que jamais le collectif Fetart à l’origine du festival Circulation(s) veut croire en sa tenue début mars tout en n’excluant pas le scénario du digital. C’est son comité artistique qui signe la direction artistique du Festival, ce qui rejoint l’ADN de Circulation(s) qui revendique une pluralité des regards dans la sélection. Clara Chalou coordinatrice générale nous dit en quoi les leçons apprises lors de la 10ème édition en plein confinement ont été constructives malgré tout et nous dévoile les tendances qui se dégagent de ce panorama rassemblant 33 artistes de 12 nationalités différentes.

Karolina CWIK « Don’t look at me » 2016-2020 festival circulation(s) 2021

Une nouvelle identité graphique et une nouvelle scénographie accompagnent les nécessaires mutations de cet événement, devenu un véritable tremplin pour l’émergence qui intègre cette année le prestigieux réseau EMOP – European Month of Photography. Un « signal fort de ralliement » comme le résume Clara Chalou et fidèle aux fondamentaux de départ.

Vous êtes coordinatrice générale du Festival et du collectif Fetart en quoi consiste votre rôle ?

Portrait de Clara Chalou © Claire Pathé

C’est un rôle très intéressant car il implique beaucoup d’humain. La particularité de notre collectif est de ne pas avoir de direction et de fonctionner dans une prise de décision horizontale. Mon travail au quotidien est donc d’arriver à créer des espaces pour faciliter ces décisions. Je m’inscris au centre de l’équipe interne du collectif avec 2 autres personnes salariées. Nous avons ensuite le comité artistique constitué de 12 curatrices et nous y reviendrons par la suite, les bénévoles mais aussi les partenaires des lieux dans lesquels se font les expositions et d’auteurs acteurs nombreux et différents qui gravitent autour de nous. Mon rôle est de trouver un équilibre qui soit sain pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions et favoriser la prise de décision à partir d’outils que nous avons mis en place. Nous revendiquons cette manière de travailler que nous apprécions beaucoup. J’ai de plus des activités plus concrètes et organisationnelles en ce qui concerne l’administratif, le budgétaire.., et en parallèle j’assure l’ensemble du suivi de production des projets.

Elliott VERDIER « Reaching for Dawn » 2018-2020 festival circulation(s) 2021

Avec quel état d’esprit abordez-vous le Festival en cette année si particulière qui a fragilisé une grande partie de l’écosystème de la photographie et de l’art ?

Nous essayons de rester toujours positifs, de se soutenir et de se renouveler. Nous avons fait des paris un peu fous en cette année si particulière, ayant dû fermer les portes du festival en 2020 pour pouvoir heureusement les rouvrir, ce qui nous a donné l’occasion de nous poser avec l’ensemble du collectif et de faire une sorte de bilan des 10 dernières années, puisque 2020 était notre anniversaire, autour de ce que nous voulions changer ou faire évoluer. Il en a résulté la volonté de ne pas se contraindre pour cette nouvelle édition et de tester de nouveaux formats comme on l’a toujours fait, Circulations étant un vrai laboratoire. Toutes ces remises en questions et ce flou vécu pendant cette période, nous ont appris à anticiper en permanence, à nous renouveler et à créer différents scénarios. Nous abordons cette nouvelle édition avec la conviction que nous sommes là d’abord et avant tout pour défendre nos artistes et que l’on trouvera des manières de le faire quoiqu’il arrive.

Francesca TODDE _ Contrasto « A Sensitive Education » 2016-2019 festival circulation(s) 2021

Sofia YALA RODRIGUES « Playing with Visual Fragments » 2020 festival circulation(s) 2021

Le numérique est-il selon vous un scénario possible ?

Le Festival est maintenu aux dates prévues. Nous réfléchissons à créer déjà des capsules qui seront des moments digitaux complémentaires, que l’on soit ouverts ou pas. Nous réfléchissons à ce complément qui sera une étape intéressante pour tester et transcrire de nouveaux formats.

Jesper BOOT « Power » 2019 festival circulation(s) 2021

Aida BRUYERE « Special Gyal » 2018 festival circulation(s) 2021

La direction artistique est assurée cette année par le comité artistique de Fetart composé de 12 curatrices indépendantes spécialistes de la photographie émergente, en quoi cette pluralité même si est-elle importante reste une gageure dans la prise de décision et processus de sélection ?

Pour moi et je peux parler au nom du comité là-dessus c’est vraiment cette pluralité des regards qui fait la clé de notre sélection. Nous revendiquons d’offrir un événement annuel, qui est une véritable vitrine de tout ce qui peut se faire en matière de photographie et nous puisons notre force dans la pluralité qui nous définit. Ainsi, nous sommes 12 personnes à pouvoir mener une veille permanente pour chercher des artistes, lancer des appels à candidatures, les diffuser, penser les critères de sélection des dossiers reçus…C’est cette pluralité qui nous permet de revendiquer ce qu’est le festival aujourd’hui. Cela a tjrs été au cœur de la dynamique de Fetart et même avant cette édition où c’est le comité qui signe et assume entièrement la direction artistique. Nous avons toujours fonctionné de cette manière que ce soit en lien avec les commissaires indépendants invités ou dès la genèse du festival.

Pedro FREITAS SILVA « The flyscreen » 2019 festival circulation(s) 2021

Quelles composantes ressortent de la sélection 2021 et le confinement est-il dominant ?

Cette année nous exposons 29 travaux de 33 artistes différents en comptant les duos assez nombreux, provenant de 13 nationalités différentes. Ces chiffres sont importants à garder en tête. Même si bon nombre de travaux sont empreints de la crise sanitaire, économique et sociale que l’on traverse, nous avons aussi remarqué et nous sommes fières de les exposer, de jeunes artistes avec une vraie maturité dans leurs projets, qui insufflent beaucoup de création et de vivacité. C’est une génération qui créé autant avec de la colère que de la poésie, si bien que l’on ne se cantonne pas qu’aux problématiques de la crise, ce qui n’était ni notre envie ni notre sujet. Nous avons essayé de trouver des sujets qui permettent de pouvoir s’évader et de parler d’autre chose pour rester dans une certaine positivité. Nous avions envie de regards qui abordent ce contexte de manière forte et artistique.

Nina FRANCO « Sobre (viver) » 2019 festival circulation(s) 2021

Nouvelle scénographie et nouvelle identité graphique, avec quels objectifs, Circulation(s) étant déjà bien visible ?

Cela partait du constat encore une fois de revenir à ce qu’est l’ADN de Circulation(s), c’est-à-dire, un laboratoire toujours en mouvement. Nous avions besoin de continuer à nous renouveler pour ne pas rester sur nos acquis et nos habitudes, nous diversifier et proposer nous l’espérons au public des nouveautés tous les ans. Cela a été important d’offrir cette carte blanche au studio graphique Twice et au scénographe Big Time qui sont aussi de jeunes créateurs, en cohérence avec cette ligne de promotion et de révélation de jeunes photographes que nous défendons. Nous souhaitons être un tremplin et une plateforme de jeunes talents, dans une suite logique de l’évolution de Fetart.

Le festival rejoint cette année les membres du réseau EMOP – European Month of Photography- en quoi est-ce un signal fort pour vous ?

Il est toujours bon de sortir d’une logique strictement française et parisienne et de s’inscrire dans un réseau et un territoire élargi à l’Europe et de le faire de manière entre guillemets officielle, sous un même référencement. En plus EMOP fait de très belles éditions et nous sommes ravies de pouvoir participer à ce projet créé tous les ans par le réseau avec ses membres, ce qui rejoint pleinement ce que l’on défend artistiquement.
C’est pour nous un signal fort de ralliement et de reconnaissance.

Mathias DE LATTRE « Mother’s therapy » 2016-2019 festival circulation(s) 2021

Les artistes : Eleonora AGOSTINI (Italie) // Anne-Sophie AUCLERC (France) // Bobby BEASLEY (Angleterre) // Jesper BOOT (Pays-Bas) //
Aïda BRUYERE (France) // Lucas CASTEL & Mathilde MAHOUDEAU (Belgique) // Chiara CORDESCHI (Italie) // Karolina ĆWIK (Pologne) // Mathias DE LATTRE (France) // Nina FRANCO (Angleterre – Brésil) // Elodie GRETHEN (France) // Varya KOZHEVNIKOVA (Russie) // Thomas LOPES & Joanne JOHO (France – Suisse) // Elie MONFERIER (France) // Eleonora PACIULLO (Italie) // Mathias PONARD (France) // Bianca SALVO (Italie) // Benjamin SCHMUCK (France) // Eleonora STRANO (France – Italie) // Charles THIEFAINE (France) // Francesca TODDE (Italie) // Elliott VERDIER (France) // Marianne & Katarzyna WASOWSKA (France – Pologne) // Hanne (Hanna) ZARUMA (Ukraine)

Focus 2021 :
Comme chaque année, le festival confirme sa volonté de mettre en
lumière les scènes émergentes européennes avec un Focus dédié. Le
Portugal sera à l’honneur pour cette édition à travers le travail de 4
artistes :
Beatriz BANHA // Pedro FREITAS SILVA // Bruno SILVA // Sofia YALA RODRIGUES
(avec le soutien de la Fondation Gulbenkian – Délégation en France).

INFORMATIONS PRATIQUES

sam13mar(mar 13)14 h 00 mindim02mai(mai 2)19 h 00 minPostponedCirculation(s) 2021Festival de la Jeune Photographie EuropéenneEn attente de la réouverture des lieux culturels104 – CENTQUATRE Paris, 104 rue d'Aubervilliers 75019 ParisType d'événement:Festival,Photographie


http://www.festival-circulations.com

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

En voir plus dans Evénements