NewsPhoto

Aassmaa Akhannouch et Cyrus Cornut sont les lauréats 2021 du Prix HSBC pour la Photographie

Temps de lecture estimé : 5mins

Aassmaa Akhannouch et Cyrus Cornut sont les deux lauréats de cette vingt-sixième édition du Prix HSBC pour la Photographie. Cette année, c’est Sylvie Hugues qui a été nommée conseillère artistique et qui a eu la lourde de tâche de sélectionner les 12 dossiers finalistes parmi plus de 650 candidatures. Après une année 2020 chaotique, nous espérons retrouver les travaux des lauréats, dans le cadre de l’exposition itinérante dont le point de départ est lancé à Paris, le 3 mai, à la Galerie Esther Woerdehoff. Les deux monographies seront également publiées dès cet été chez Atelier EXB.

“La photographie, après presque deux siècles d’existence, porte toujours en elle son ambiguïté ontologique, cette double dualité qui en fait à la fois une technique pointue et une pratique populaire ; un métier clairement identifié et un art reconnu. Plus que jamais, en 2021, le grand métissage des auteurs et des usages, des regards et des savoir-faire se retrouvent dans le Prix HSBC”. – Sylvie Hugues

« La maison qui m’habite encore… »
Aassmaa Akhannouch

© Aassmaa Akhannouch – Prix HSBC pour la Photographie 2021

Mes parents sont maintenant tous les deux décédés.
Enfant, j’habitais une maison rouge. La « maison rouge » était mon adresse, c’était la maison adorée de ma mère.
Fermée pendant 30 ans j’ai dû y aller avec ma sœur pour la vider en raison de sa vente imminente.
La maison contient encore quelques meubles, trois pruniers, quatre orangers et toute mon enfance.

© Aassmaa Akhannouch – Prix HSBC pour la Photographie 2021

Je me promène dans le jardin, il n’est pas aussi grand que dans mes souvenirs… C’est la veille de la fête, ça sera probablement poulet aux olives demain… Ma mère prépare des cornes de gazelles, dans la cour devant la cuisine… C’est l’été et l’immense fenêtre du séjour est grande ouverte.
Je m’approche, mon père et ma sœur sont tous les deux derrière un livre.
Il y a des livres partout, mais le soir, on ne me lisait pas des histoires pour enfants, on me les racontait, c’est qu’il y a très longtemps les choses les plus extraordinaires pouvaient encore arriver… C’est la fête demain. J’aurai un ruban dans ma natte, je ne jouerai pas trop le matin pour ne pas abîmer mes chaussures, mais l’après-midi, j’aurai oublié qu’ils étaient neufs… Je regarderai ma mère se coiffer devant son miroir, peut-être qu’elle portera son caftan bleu pâle… Je ne veux pas que cette maison soit vendue, je veux la garder en cette veille de fête, en cet été éternel, engloutie, endormie, car elle n’a jamais cessé d’être mon adresse.
Les images de la série sont des prises de vue dans ma maison d’enfance, mais aussi des mises en scènes qui évoquent mon enfance dans cette maison… Les tirages sont des cyanotypes virés et rehaussés à l’aquarelle, tous réalisés par moi-même

« Chongqing, sur les quatre rives du temps qui passe »
Cyrus Cornut

© Cyrus Cornut – Lauréat du Prix HSBC pour la photographie 2021

Municipalité de Chongqing, République Populaire de Chine, 34 millions d’habitants.
L’une des plus fortes croissances démographiques et économiques mondiales.
L’agglomération centrale de 15 millions d’âmes se voit perfuser de près de 300 000 nouveaux arrivants chaque année.
Chongqing, la « ville Montagne », sillonnée par le fleuve Yangtsé et la rivière Jialing, peine à percer l’épais brouillard qui la recouvre toute l’année.
Héritière des déplacés du barrage des Trois-Gorges et fille des autorités pékinoises qui l’ont élevée au rang de municipalité au même titre que ses grandes sœurs de la côte Est, Chongqing s’est développée à une vitesse vertigineuse. Formes urbaines et infrastructures ont jailli défiant la gravité, épousant les reliefs de ses quatre rives escarpées et gravées par ses cours d’eau. La vitesse de l’urbanisation a pris de haut le temps lent des pêcheurs, de l’érosion des fleuves, de l’éclosion puissante des montagnes.

© Cyrus Cornut – Lauréat du Prix HSBC pour la photographie 2021

La danse ininterrompue des grues et des pelleteuses empile les hommes avec une rapidité déconcertante. Plus aucun obstacle n’empêche les tours de s’élancer. Elles se reproduisent presque à l’identique, comme des métastases. Les réseaux de transport traversent les eaux, transpercent les roches, gravissent les coteaux, faisant fi de la puissance des éléments. Le fleuve est devenu l’artère qui fait battre un cœur économique résolument tourné vers la conquête économique de l’Ouest par la nouvelle route de la soie. Seules les rives, quasi sauvages, résistent et s’allient aux caprices du Fleuve. Des hommes assis sur ses berges regardent ses méandres et leurs horizons s’obstruer et ses flancs s’épaissir. Ils cultivent encore, ici et là, quelques jardins nourriciers en attendant avec fatalité que les derniers bouts de terres nues disparaissent.

Retrouvez également les 10 autres dossiers finalistes :
– Cécile Smetana Baudier – “Great Expectations”
– Camille Brasselet – “À côté” ” La dilution du souvenir”
– Coraline de Chiara – “Two suns in the sunset”
– Hubert Crabières – “Photographies”
– Céline Croze – “SQEVNV – Siempre que estemos vivos nos veremos”
– Felipe Fittipaldi – “Eustasy”
– Antoine Lecharny – “Ano Meria”
– Nicolas Rivals – “LESTEVEN – STIGMATE”
– David Siodos – “À l’ombre des vivants”
– Vladimir Vasilev – “Miss Parkinson”

A LIRE
Louise Honée & Charlotte Mano, les deux lauréates 2020 du Prix HSBC pour la Photographie
Les nouveaux lauréats du prix HSBC : Dominique Teufen & Nuno Andrade
Rencontre avec Olivia Gay, lauréate du Prix Joy Henderiks (HSBC)
Les lauréats du Prix HSBC pour la photographie 2018 dévoilés
Laura Pannack et Mélanie Wenger : Lauréates du Prix HSBC, pour la Photographie 2017

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

News

Ouverture des Masterclass Oeildeep 2022

Les inscriptions à la première session des Masterclass Oeildeep 2022 sont ouvertes ! Il s’agit d’une formation de perfectionnement et d’accompagnement artistique ...

En voir plus dans News