Temps de lecture estimé : 4mins

Pour sa seconde carte blanche, notre invitée de la semaine, Yasmine Chemali, directrice du Centre de la Photographie de Mougins, pousse un coup de gueule concernant la censure sur les réseaux sociaux. Les algorithmes de Facebook et Instagram suppriment toutes images de corps nus (généralement de femmes, les tétons masculins semblent eux, échapper à la règle). Sans surprise une image de Natasha Caruana, actuellement exposée à Mougins a subit les foudres du géant du net, une politique qui devient de plus en plus problématique !

Jenny Rova, ÄLSKLING / A self-portrait through the eyes of my lovers, installation in 2017 © Jenny Rova

Hier, Instagram me demande ma date de naissance car elle influera sur le contenu des posts ou des publicités que je suis amenée à visionner sur mon fil d’actualité. Quoi encore ?
Ces derniers jours, je vois défiler sur mon fil d’actualité Instagram plusieurs posts qui ont trait à la censure et je me mets en boule. Mon amie l’artiste Sirine Fattouh poste une photo de son œuvre « La vérité sortant du puits » (Truth Coming Out of Her Well), figurant en grandeur nature (résine 198 x 70 cm) l’artiste elle-même en référence à la « vérité nue ». Réinterprétation féministe d’une sculpture du même titre réalisée par l’artiste française Fanny Marc, la figure de Sirine Fattouh est une célébration de la forme féminine dans toute sa gloire et un hommage au corps menstrué. Facebook et Instagram censurent « The following item doesn’t comply with our Advertising Policies ».

En même temps, ma collègue prépare un post pour communiquer sur l’exposition en cours au Centre de la photographie de Mougins : « L’amours toujours : » Jenny Rova + Natasha Caruana. Les tétons apparents de Jenny Rova deviennent un problème pour les algorithmes qui s’excitent. Que dit-on d’un torse d’homme, nu ? A-t-on le même réflexe désormais de cacher la poitrine ? Qui se cache derrière ces plateformes qui nous censurent ? N’a-t-on pas suffisamment à faire avec celles que nous vivons au quotidien ? Loin d’être fluide, la communication que l’on met en place devient contrôlée, répressive.

Le 23 décembre c’était Gaze magazine qui tirait la sonnette d’alarme avec un coup de gueule que je reprends – car je ne leur ferai pas l’offense de les censurer à mon tour : « On savait déjà que la censure de Facebook était partout – depuis le premier jour de vie de Gaze sur les réseaux, on en fait les frais. Cette censure a pris des formes aussi multiples que pénibles, aussi nombreuses que créatives : suspension de notre compte, disparition de fonctionnalités, shadow ban, suppression de notre magazine de la market place…. Tout ça parce que nos images sont considérées par les robots de Facebook, et parfois les vraies personnes en charge de la modération, comme du contenu pornographique. Oui, même la couverture de notre nouveau numéro, qui ne présente même pas l’ombre d’un corps nu. Mais cette fois, ça va plus loin. Depuis plusieurs jours, la mise en avant de notre revue est bloquée pour cause de « contenu adulte ». On cherche le téton fautif, on cherche le bourrelet qui pourrait affoler les robots mais rien. Jusqu’à ce que Facebook nous dise que c’est notre site lui-même qu’il faut censurer. En cause : les prints en collaboration avec les artistes @adelinerapon, @joanna_wierzbicka et @ulladeventer présents sur notre e-shop. Ça y est : Facebook ne fait pas seulement la loi sur ses propres plateformes mais veut aussi policer la nôtre. Et donc, potentiellement, Internet tout entier ? En ce jour où nous faisons le désespérant geste de censurer d’une croix leurs photographies, on se rappelle à quel point il ne faut rien lâcher : avec 13 autres comptes Instagram, nous sommes à l’origine d’une assignation en justice visant Facebook, dans l’espoir d’obtenir une obligation de transparence sur ses modalités de censure. Soutenez vos comptes féministes préférés, ils en ont vraiment besoin. »

INFORMATIONS PRATIQUES

ven29oct(oct 29)10 h 00 min2022dim30jan(jan 30)19 h 00 minL’amour toujoursJenny Rova & Natasha CaruanaCentre de la photographie de Mougins, 43 rue de l’Église 06250 MouginsType d'événement:Exposition,Photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e