OtherSide

Syrie, Vidéos sans frontières 2 : Masasit Mati, Top Goon, Journal d’un petit dictateur

Temps de lecture estimé : 2mins

Si le rêve de « liberté et dignité » largement partagé par le peuple syrien en mars 2011 a vite viré au cauchemar qui se déroule devant les yeux cyniquement fermés de la communauté internationale, les artistes syriens ne baissent ni les yeux ni les bras.
Au rythme d’une vidéo par semaine, “Syrie, vidéos sans frontières” propose de remonter cette histoire qui est aussi la nôtre à travers les regards des Syriens eux-mêmes.

Masasit Mati, Top Goon, Journal d’un petit dictateur, deuxième saison, épisode 5, “Le Monstre”, 2012, 5:51

Dès l’automne 2011, les jeunes comédiens du collectif Masasit Mati (« la paille du maté » en arabe) lance sur YouTube une série de sketchs à base de marionnettes à doigt parodiant le dictateur assadien surnommé « Beeshu » et son sinistre homme de main (le « Goon » du titre, un jeu de mots avec le film culte Top Gun). Deux saisons et un « Retour » durant, malgré leur dispersion géographique et une fracture politique qui nécessite la reconstitution du collectif,  Top Goon se moque du régime pour mieux le dénoncer.

Tous les épisodes: https://www.youtube.com/user/MasasitMati/videos

Retrouvez la présentation générale de Syrie, Vidéos sans frontières par Miriam Rosen :
http://9lives-magazine.com/14844/2017/05/10/syrie-videos-sans-frontieres/

A voir aussi : Little dictator, un documentaire sur Masasit Mati réalisé en 2012 par Annasofie Flamand et Hugh Macleod
http://www.aljazeera.com/programmes/witness/2012/08/2012820111648774405.html

Miriam Rosen
Voyageuse immobile, Miriam Rosen parcourt le monde à travers les images et les textes. Elle écrit depuis de nombreuses années sur la photo et le cinéma dans des journaux et des revues tels que  Libération, Mouvement, Le Journal de la Photographie, Artforum, Aperture et Camera Austria. Ce feuilleton consacré aux vidéos syriennes depuis le soulèvement de mars 2011 complète le portfolio « Syrie, intimes convictions » paru dans Fisheye Magazine n° 21, novembre-décembre 2016.

    You may also like

    En voir plus dans OtherSide