Temps de lecture : 1 minute et 55 secondes

Esther Woerdehoff est notre invitée de la semaine (lire son portrait publié lundi 5 juin), à l’occasion de sa carte blanche, la galeriste nous dévoile l’exposition « Swiss Rebels » du photographe Karlheinz Weinberger (1921-2006), l’une des grandes découvertes des Rencontres d’Arles.

Composée de quelques 150 tirages et objets, elle porte la signature de son commissaire, François Cheval. Elle est produite par la galerie Esther Woerdehoff (qui gère de Fond du photographe) et sera accompagnée de deux publications. L’une éditée pas Steidl, avec un livre publié en trois langues, et l’autre édité par la maison d’édition suisse Sturm&Drang.

Qui était ce photographe original?

Voici un extrait de ma préface pour le catalogue.
« Ma vie, » déclare Karlheinz Weinberger, …« commence le vendredi soir et se termine le lundi matin. » Pendant la semaine, il travaille à l’usine Siemens à Zurich, en tant que magasinier, de 1955 jusqu’à sa retraite en 1986. Tout au long de sa vie, il vit dans le même appartement. Il n’en bouge qu’une seule fois, du deuxième au quatrième étage, après la mort de sa mère.
Grâce à son appareil photographique, pointé vers l’insolite, Karlheinz Weinberger parvient à s’échapper de la routine de sa condition d’employé. D’ailleurs, il fera imprimer sur sa carte de visite « Karlheinz Weinberger, Fotograf für das Ungewöhnliche» photographe de l’extraordinaire….
Le sommet de la marginalité, Karlheinz Weinberger le découvre, en 1958, avec les Halbstarken, un groupe de jeunes loubards en rébellion contre le système et les normes. Ils portent des jeans, un produit encore très peu répandu dans le commerce, qu’ils customisent et personnalisent avec des rivets et des boulons, …Les Halbstarken, littéralement « à moitié forts », constituent la première génération underground de Suisse. …
Plus tard, certains de ces jeunes deviennent des Bikers et créent des clubs de motards. Karlheinz Weinberger les suit sur leurs campements, et eux l’invitent à leurs réunions de club, à leurs mariages et même aux enterrements.
Ces nouveaux marginaux trouvent …refuge dans l’appartement de Karlheinz Weinberger, un endroit qui les protège de la police, des petites amies envahissantes ou des membres des gangs. Ici, ils peuvent boire et fumer en paix.
Dans son appartement, Karlheinz Weinberger reçoit aussi des hommes qu’il prend en photo de façon régulière, parfois même hebdomadaire, et ce pendant des années. Les images qui en découlent prennent la forme de séries rituelles extraordinaires. Ce sont des scènes aux allures de rites mystiques où les hommes se déshabillent et se masturbent pendant que Karlheinz Weinberger les photographie encore et encore.
Ces séries réalisées entre sa retraite en 1986 et sa mort en 2006, composées de plusieurs milliers de diapositives et de négatifs couleur, possèdent un caractère d’une rare intensité. Elles révèlent une puissance spirituelle et évoquent désir, passion et déclin du corps humain. …
L’exposition à Arles intégrer les parties de son oeuvre jusqu’alors inconnue…

Une vraie retrospective!

INFORMATIONS PRATIQUES
Swiss Rebels
Karlheinz Weinberger
Steidl
280 pages, 165 images
24 x 33 cm
ISBN 978-3-95829-329-8
€ 65.00
https://steidl.de/Books/Swiss-Rebels-2936465359.html> Les Expositions
PHotoEspaña, Madrid, du 31 mai au 27 août 2017
Les Rencontres d’Arles du 3 juillet au 24 septembre 2017
Festival photographique de Mérignac Photographic du 5 octobre au 32 décembre 2017
Kornhaus Bern en 2018

http://ewgalerie.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X