Temps de lecture : 3 minutes et 1 seconde

Chaque année depuis 1955, le World Press Photo récompense les photojournalistes du monde entier venus témoigner de la santé du monde. Sans surprise, c’est la photographie de John Moore qui a été nommée Photo de l’année, et qui a également remporté le 1er Prix de la catégorie Spot News. Cette image avait fait le tour du monde en juin 2018 et avait provoqué l’indignation générale face à la politique « tolérance zéro » menée par Donald Trump sur l’immigration. Elle montre une petite fille hondurienne terrorisée et en larmes lors de son arrestation avec sa mère par les autorités américaines à la frontière texane.

Il y a quelques années, le directeur de publication d’un journal en ligne avait écrit à propos de la disqualification du photographe Giovanni Troilo « personne ne s’intéresse au World Press Photo : le photojournalisme fait chier tout le monde […] C’est triste, tragique, mais vrai« . Un éditorial qui avait choqué la profession, et à juste titre puisque le métier de journaliste n’est pas sans conséquence positive et donc ne s’exerce pas dans l’indifférence générale. La publication de la photographie de John Moore a suscité un tollé général concernant la pratique déjà controversée du gouvernement américain sur l’immigration et les nombreuses familles de clandestins séparées lors de ces arrestations. Une fois la photo publiée dans le monde entier a amené le président Donald Trump à revenir sur sa décision le 20 juin. Alors le photojournalisme fait chier le monde  – vraiment ? Et le World Press ne serait-il pas tout simplement le témoin de notre société contemporaine ?

Les problématiques liées à l’immigration ont été saluées par le jury de cette édition 2019. Pieter Ten Hoopen, représenté par l’agence VU’, remporte le Prix du sujet de l’année avec « The Migrant Caravan ». À l’automne 2018, il a suivi des centaines de migrants venant d’Amérique du Sud formant une caravane à destination des États-Unis. La force du nombre leur offrait une sécurité, alors que les conditions sur les routes sont particulièrement dangereuses. Almudena Toral a quant à elle remporté le World Press Photo de la vidéo en ligne de l’année, avec son film « The Legacy of the ‘Zero Tolerance’ Policy: Traumatized Children With No Access to Treatment« . Ce document raconte l’histoire d’Adayanci Pérez, l’un des 2500 enfants séparés de leurs parents à la frontière américano-mexicaine dans le cadre de la politique de «tolérance zéro» de Donald Trump.

Les préoccupations écologiques sont également au cœur du sujet, avec le World Press Photo Interactive qui a sélectionné FRONTLINE / The GroundTruth Project pour leur documentaire intitulé « The Last Generation ». À travers des moments intimes et des histoires captivantes, trois enfants des Îles Marshall nous montrent l’importance et l’urgence des enjeux du réchauffement climatique, ayant pour conséquence la montée des eaux qui menace leur pays. « L’histoire s’appelle The Last Generation parce qu’avec les émissions de carbone actuelle, on prévoit que les mers vont s’élever jusqu’à ce que les îles Marshall deviennent inhabitables du vivant des enfants dont nous parlons dans cette histoire», déclare Michelle Mizner, scénariste / producteur de la production.

Palmarès

Le World Press Photo 2019 a également récompensé :

> Dans la catégorie Contemporary Issues : Diana Markosian (1er Prix pour la partie image unique), Mary F. Calvert (2ème Prix) et Enayat Asadi (3ème Prix)
Olivia Harris (1er Prix pour la partie série), Catalina Martin-Chico (2ème Prix) et Philip Montgomery (3ème Prix)
> Dans la catégorie Environment : Brent Stirton (1er Prix pour la partie image unique), Wally Skalij (2ème Prix) et Mário Cruz (3ème Prix)
Marco Gualazzini (1er Prix pour la partie série), Nadia Shira Cohen (2ème Prix) et Thomas P. Peschak (3ème Prix)
> Dans la catégorie General News : Chris McGrath (1er Prix pour la partie image unique), Daniele Volpe (2ème Prix) et Brendan Smialowski (3ème Prix)
Lorenzo Tugnoli (1er Prix pour la partie série) et John Wessels (2ème et 3ème Prix)
> Dans la catégorie Long-Term Projects : Sarah Blesener (1er Prix), Yael Martínez (2ème Prix) et Alejandro Cegarra (3ème Prix)
> Dans la catégorie Nature : Bence Máté (1er Prix pour la partie image unique), Jasper Doest (2ème Prix) et Angel Fitor (3ème Prix)
Brent Stirton (1er Prix pour la partie série), Jasper Doest (2ème Prix) et Ingo Arndt (3ème Prix)
> Dans la catégorie Portraits : Finbarr O’Reilly (1er Prix pour la partie image unique), Heba Khamis (2ème Prix) et Alyona Kochetkova (3ème Prix)
Bénédicte Kurzen and Sanne de Wilde (1er Prix pour la partie série), Jessica Dimmock (2ème Prix) et Luisa Dörr (3ème Prix)
> Dans la catégorie Sports : John T. Pedersen (1er Prix pour la partie image unique), David Gray (2ème Prix) et Terrell Groggins (3ème Prix)
Forough Alaei (1er Prix pour la partie série), Michael Hanke (2ème Prix) et Elif Ozturk Ozgoncu (3ème Prix)
> Dans la catégorie Spot News : John Moore (1er Prix pour la partie image unique), Ezra Acayan (2ème Prix) et Pedro Pardo (3ème Prix)
Pieter Ten Hoopen (1er Prix pour la partie série), Mohammed Badra (2ème Prix) et Andrew Quilty (3ème Prix)

https://www.worldpressphoto.org

X
X