Temps de lecture : 1 minute et 36 secondes

Alors que la 16ème édition du festival des Photaumnales s’étend encore jusqu’au 5 janvier prochain, nous avons souhaité partager avec vous la rencontre entre notre critique Pascal Therme et le photographe, membre co-fondateur de Tendance Floue, Thierry Ardouin. Au sein du Quadrilatère, le photographe expose sa série « Portraits de graines » dans une édition qui met la terre au cœur de sa programmation.

La bonne mauvaise graine © Thierry Ardouin / Tendance Floue

Les semences utilisées en agriculture doivent respecter des règles de standardisation et être inscrites au Catalogue Officiel des Espèces et Variétés. Les agriculteurs qui produisent des légumes ou bien des céréales destinées à l’alimentation humaine, ont l’obligation de recourir à ces semences certifiées et doivent les racheter chaque année, car la plupart sont des hybrides, donc non reproductibles. La plupart sont aussi colorées, enrobées de produits phytosanitaires souvent systémiques pour favoriser la germination et repousser les prédateurs (champignons, parasites, insectes, oiseaux).
En marge de ce circuit officiel, différents réseaux et associations revendiquent la libre circulation des graines, ainsi que la liberté de leur reproduction et contribuent ainsi au maintien des variétés anciennes en les commercialisant à leurs risques et périls ou bien en les échangeant.
Nous sommes donc dans une opposition frontale, avec d’un côté des semences certifiées, standardisées, légales qui produisent des légumes de même forme, de même calibre, de couleur semblable. Et de l’autre des semences de variétés paysannes, naturelles, adaptées à leur terroir, librement échangées et produisant des légumes aux formes variées, au goût savoureux, de facto illégales.
Au-delà de cette « guerre des graines » toutes les semences utilisées dans l’agriculture moderne sont issues de variétés sauvages. Et c’est parce que depuis des centaines d’années, l’homme sélectionne avec soin, et échange en toute liberté les variétés les plus adaptées à son terroir que nous bénéficions d’une telle diversité.
La graine est une merveille d’apparence. Elle est une perfection de forme et de couleur. Elle possède une morphologie à la fois nécessaire et bizarre, propre à susciter l’étonnement, l’interrogation ou la contemplation. Choisies, éclairées et cadrées avec le plus grand soin, ces graines perturbent notre subjectivité : elles deviennent des symboles qui, loin d’une image générique, interrogent notre rapport à l’origine.

https://www.photaumnales.fr/

A LIRE :
Rencontre avec Fred Boucher, co-directeur du Festival des Photaumnales
Tendance Floue : AZIMUT, Le jeu en vaut la chandelle, mais quelles en sont les règles?
Le I d’Azimut de Tendance Floue
Azimut, Du M de Mutations vers le U de Ut. Un Projet du Collectif Tendance Floue
Azimut le U par Tendance Floue
Le T d’Azimut Anti Tabou ! Par Tendance Floue

INFORMATIONS PRATIQUES

sam21sep(sep 21)10 h 00 min2020dim05jan(jan 5)19 h 00 minLes PHOTAUMNALES 2019Le quadrilatère, 22, rue Saint Pierre 60000 BeauvaisType d'événement:Festival,Photographie

X
X