Temps de lecture : 56 secondes

L’exposition « Cruels objects du désir » présentée actuellement à l’Institut Giacometti, rassemble le travail inspiré de l’œuvre de Sade. Les deux commissaires, Christian Alandete et Serena Bucalo-Mussely ont réuni une grande partie des œuvres surréalistes réalisées entre 1929 et 1934, des photographies d’œuvres disparues et de nombreux carnets de dessins inédits. À cette occasion, Marie-Elisabeth de la Fresnaye, a rencontré Serena Bucalo-Mussely pour un decryptage de ces œuvres venues confrontées notre époque.

L’Institut Giacometti propose une relecture captivante de l’œuvre de Giacometti sous l’influence de Sade. Cruauté, érotisme et fantasmes, plaisir et dévoration d’une traversée sans retour d’œuvres équivoques qui apparaissent sous un jour nouveau.
Le parcours dans l’élégant hôtel particulier de la rue Victor-Schoelcher est découpé en plusieurs séquences : Dessins et documents, Violence sexuelles, Objets mobiles et muets, projet pour une sculpture surréaliste, Pulsions scopiques et l’affaire Rose Keller.

Serena Bucalo-Mussely co-commissaire avec Christian Alandete de “Cruels Objets du Désir” revient sur la genèse de ce projet à l’aune des archives et écrits de l’artiste. Si l’époque est à la réhabilitation du divin Marquis par les artistes et écrivains, qu’en est-il du point de vues des féministes ?

INFOS PRATIQUES :
Giacometti /Sade
Cruels Objets du Désir
jusqu’au 9 février 2020
Institut Giacometti
5, Rue Victor Schoelcher
75014 Paris
Fermé le lundi (toute la journée)
Du mardi au dimanche : 10h – 18h
Plein tarif : 8.50 € / réduit : 5 €

> Catalogue co-édition Fondation Giacometti Paris- SAGE Lyon
> Cycle cinéma projection de O Fantasma, un film de João Pedro Rodrigues, le mardi 3 décembre à 20h30.

https://www.fondation-giacometti.fr/

X
X