Temps de lecture : 2 minutes et 50 secondes

Émeric Lhuisset a été désigné photographe de renom pour l’année 2020, Coline Jourdan et Lucia Peluffo sont les lauréates dans la catégorie photographes émergentes. Les trois photographes seront en résidence du 1er mars au 30 avril 2020 à Toulouse et seront accompagné.es de leur marraine, l’océanologue Catherine Jeandel.

La Résidence 1+2 «Photographie & Sciences» est un programme culturel associant la photographie et les sciences, à vocation européenne, ancré à Toulouse.
Chaque année, la résidence 1+2 rassemble trois photographes (1 photographe de renom + 2 photographes émergent.es) pour une résidence de deux mois. Durant ce temps, les artistes
vivent ensemble et créent une œuvre personnelle et inédite. Ils/elles sont soutenu.es dans leurs recherches par des institutions scientifiques (notamment grâce au partenariat avec le CNRS Occitanie Ouest, Cité de l’Espace…) et des chercheur.es basé.es à Toulouse et sa métropole, ainsi qu’en Occitanie. Ils/elles sont également accompagné.es par un parrain ou une marraine appartenant au monde de la photographie ou des sciences. En associant la photographie et les sciences, la Résidence 1+2 produit, valorise et promeut une photographie d’auteur en lien étroit avec un patrimoine scientifique exceptionnel sur le territoire.
Le fruit de ce temps de création est présenté pendant les mois d’octobre et novembre suivants, sur trois supports différents (une exposition, un coffret de trois ouvrages dans une Collection Toulouse, un film de création de format 26mn). Une semaine inaugurale est organisée avec plusieurs temps forts dont le « Colloque national – Photographie & Sciences » où photographes, scientifiques, parrain ou marraine, journalistes et publics échangent lors de plusieurs tables rondes thématiques. La Résidence 1+2 œuvre ainsi pour que ce partage des savoirs créer une réflexion sociétale commune dans une dynamique collective associant tous les publics.

Émeric Lhuisset

Sciences du Climat de l’Environnement – Sciences Humaines

Après avoir développé un long travail sur les guerres de l’eau en Iraq et en relation avec son approche géopolitique, Emeric Lhuisset s’est intéressé à l’écologie politique et à la notion d’anthropocène.
« Dans ces luttes contre le réchauffement climatique, nous n’avons plus de nationalité, nous agissons pour le bien commun, parce que nous sommes tous citoyens du monde ».
Allant du local au global, il partira du site de la plus importante catastrophe écologique en France qu’a été AZF et tentera progressivement de construire une iconographie (photographies et vidéos) autour d’un drapeau, comme objet symbole. Un symbole qui est à la fois celui de la planète mais aussi celui de chaque chose autour de nous. Un symbole d’une appartenance, d’une identité commune, celle à un même monde, la terre.

http://www.emericlhuisset.com/

Coline Jourdan

Sciences biologiques et Sciences végétales

Lors de sa résidence, Coline Jourdan va questionner les rapports subversifs de l’Homme avec son environnement.
Les mécanismes de révélation de la photographie, issus de réactions chimiques, sont particulièrement toxiques pour l’environnement. Cependant, parmi ces procédés, l’anthotypie se démarque par l’absence de produit chimique dans son processus. Utilisant les végétaux, l’anthotypie permet la création d’une image non-toxique mais éphémère, qui disparait à chaque regard.
À travers une approche expérimentale de la photographie mêlée à la recherche des sciences du vivant, Coline souhaite questionner la fragilité du paysage dont la disparition est au coeur de l’actualité.

http://www.colinejourdan.com/

Lucía Peluffo

Sciences médicales – Sciences de l’information & Sciences du cerveau

Si dans l’imagerie médicale on tente de trouver l’origine de la douleur qu’on cherche à diagnostiquer, Lucìa, elle, cherche à interroger des images qui explorent les causes, les blessures psychiques, les anomalies pour pouvoir entamer une possible cicatrisation.
Dans les laboratoires médicaux, la manière de représenter le corps tend vers la construction du concept d’objectivité. Dans le cadre de la Résidence 1+2, et avec l’aide de laboratoires scientifiques, Lucìa va chercher à développer une autre forme de représentation, celle d’un langage médical proche d’un langage artistique.
En faisant dialoguer le corps physique (le sien) avec l’idée du “corps photographique” et en créant la carte d’un territoire de douleurs, reliant les causes aux effets, la photographe argentine questionnera les protagonistes sur l’observation et l’interprétation d’une image, en mettant l’accent sur la réaction aux anomalies..

http://www.lulupeluffo.com/

INFORMATIONS PRATIQUES
Résidence 1+2
Photographie & Sciences
Dirigée par Philippe Guionie
http://1plus2.fr/

A LIRE
Factory 2019. Résidence 1+2 & invité.e.s
Rendez-vous ce week-end à Toulouse pour le Colloque 2019 de Résidence 1+2
Lauréats de la Résidence 1+2 « Photographie & Sciences » pour l’année 2019
Carte blanche à Philippe Guionie : Résidence 1+2
Philippe Guionie, Directeur de la Résidence 1+2, est notre invité
Résidence 1+2 : Les lauréats 2018 annoncés
L’édition 2017 de la Résidence 1+2 s’expose à Toulouse
Résidence 1+2 : Entretien avec Philippe Guionie

X
X