Actu Art ContemporainOtherSidePhoto

La Saison Africa2020 est maintenue !

Temps de lecture estimé : 12mins

Née de la volonté du président Emmanuel Macron la Saison Africa 2020 confiée à l’Institut français et à la Commissaire générale, N’Goné Fall est inédite et hors normes. Son lancement initialement prévu le 1er décembre avec la carte blanche donnée au plasticien ghanéen El Anatsui à la Conciergerie (Centre Monuments Nationaux) est dit maintenu malgré ce reconfinement mais qu’en sera t-il des nombreux événements prévus et construits depuis deux ans ? Des solutions sont recherchées actuellement pour parer à ces nouvelles contraintes tout en donnant le maximum de visibilité aux artistes dont l’obtention des visas est également un dossier compliqué pour le Quai d’Orsay.

Panafricaine et pluridisciplinaire, associant étroitement les sociétés civiles des 54 États du continent la Saison Africa2020 intègre également un maillage territorial fort, dont des projets sont nés en métropole comme en outre-mer. En ouvrant à travers toute la France quinze Quartiers généraux d’Africa2020, cette dynamique voulait éviter la facilité d’une logique de pure diffusion (avec le risque d’un regard parfois biaisé que nous portons sur le continent africain) et en se détacher d’une approche hexagonale en donnant la parole aux artistes, aux chercheurs, aux entrepreneurs africains, à tous ceux qui incarnent la créativité contemporaine de l’Afrique.

N’GONÉ FALL Commissaire générale de la Saison Africa2020 lors de la conférence de presse inaugurale en ligne, déclare :

J’ai accepté de piloter cette Saison à condition de lui donner du sens. J’ai ainsi convié Ntone Edjabe (Cameroun), Nontobeko Ntombela (Afrique du Sud), Folakunle Oshun (Nigeria) et Sarah Rifky (Égypte) à une recherche sur des dénominateurs communs aux populations de notre continent africain“.

Quels sont les sujets qui font l’objet de recherches et de débats passionnés ? Quelles sont les grandes idées qui traversent l’Afrique et débouchent sur des productions scientifiques, intellectuelles et artistiques ?
D’une rive à l’autre du continent, des individus analysent les problématiques de sociétés liées par un territoire et une histoire commune.
Un atelier de réflexion en juin 2018 à Saint-Louis du Sénégal, aux portes du désert, a débouché sur cinq grands thèmes conçus comme des partitions ouvertes invitant à l’imaginaire :

-Oralité augmentée
diffusion des connaissances, réseaux sociaux, innovations technologiques
-Économie et Fabulation
redistribution des ressources, flux financiers, émancipation économique
-Archivage d’histoires imaginaires
histoire, mémoire, archives
-Fiction et mouvements (non)autorisés
circulation des personnes, des idées et des biens, notion de territoire
– Systèmes de désobéissance
consciences et mouvements politiques, citoyenneté

Un focus Femmes a également été proposé par la commissaire.

Quel est le regard des femmes africaines sur les grands défis du 21 e siècle ? Quelles sont les positions et les initiatives portées par plus de la moitié de la population du continent africain ? De la diffusion des connaissances aux systèmes de désobéissance, en passant par l’Histoire, la mémoire, les archives, les questions économiques, le territoire et la citoyenneté, le rôle des femmes dans les sociétés africaines est mis à l’honneur dans le cadre de la Saison Africa2020.
Des institutions françaises se sont mobilisées avec enthousiasme Il en a résulté des invitations à des professionnelles africaines qui ont chacune conçu (ou co-conçu) un projet spécifique donnant la parole aux femmes africaines du continent et de sa diaspora récente. Cet élan de solidarité spontané a engendré une série de « Focus Femmes » dans les arts, les sciences et l’entrepreneuriat.

Parmi les 15 Quartiers généraux (QG) citons :

QG Montpellier, la Halle Tropisme
Intitulé «  Métropolisme  : United States of Africa  », ce QG souhaite éveiller les consciences sur plusieurs grands enjeux qui secouent l’Afrique d’aujourd’hui, en lien avec certains thèmes de la Saison Africa2020 : diffusion des connaissances ; redistribution des ressources ; émancipation économique ; circulation des personnes, des idées et des biens… L’exposition « Wake up Africa » sera le point de départ de cette programmation qui s’accompagnera de propositions musicale, chorégraphique, cinématographique et gastronomique. Le QG Montpellier est conçu avec les centres d’art Bandjoun Station (Cameroun), Villa Gottfried (Sénégal), Centre d’art contemporain Essaouira (Maroc), Kin Art Studio (RDC).

QG Nantes, le Lieu Unique
Le lieu unique 9 avril – 28 mai 2021
Avec comme point de départ une exposition conçue par Oulimata Guèye, le QG Nantes proposera une programmation développée autour de la diffusion des savoirs. L’exposition UFA – Université des Futurs Africains, en référence à l’ouvrage du Sénégalais Felwine Sarr, s’élabore autour du terme d’histo-futuriste emprunté à l’écrivaine de science-fiction africaine-américaine Octavia Butler, qui définissait l’histo-futuriste comme celui ou celle qui regarde vers l’avant sans vouloir tourner le dos au passé et qui est capable de combiner un intérêt pour l’humain et pour la technologie. En 2021, le QG Nantes explorera des configurations alternatives du futur proposées par des artistes, chercheurs, designers et écrivains. Le QG Nantes est conçu avec Oulimata Guèye (Sénégal/France).

QG Marseille, Friche la Belle de Mai
4 juin-11 juillet 2021
L’artiste Emeka Ogboh sera le fil rouge de la programmation du QG Marseille. Autour du Panorama, architecture phare de la Friche dans laquelle il envisage un environnement composite, et du 4e étage de la Tour, c’est le Toit Terrasse, vécu comme une plateforme des possibles, que l’artiste investira en continuité de son exposition Stirring the pot. Ce projet, réalisé avec Fraeme et Les grandes Tables, est une installation multi-sensorielle conçue comme un espace total. Le QG Marseille est conçu avec Emeka Ogboh (Nigeria), Tringa Musique et Développement (Sénégal), la Cinémathèque de Tanger (Maroc) et Jay Pather (Afrique du Sud)

QG Saint-Denis
Musée d’art et d’histoire Paul Éluard 24 juin – 15 juillet 2021
Intitulé « Un.e Air.e de famille », le QG Saint-Denis (93) prendra comme point de départ une exposition portant le même titre, dans le cadre des projets «  Focus Femmes  » de la Saison Africa2020. De quelles manières l’Histoire de l’Afrique et de l’art sur le continent africain est-elle liée à des œuvres et des documents conçus en réaction aux contextes colonial et post-colonial  ? L’exposition propose d’établir un dialogue entre une sélection d’œuvres d’artistes femmes d’Afrique et de sa diaspora récente, des œuvres issues du musée et des œuvres d’artistes femmes issues de la collection d’art contemporain du département de la Seine Saint-Denis. Le QG Saint-Denis (93) est conçu avec Farah Clémentine Dramani-Issifou (Bénin/France), chercheuse, commissaire d’expositions et programmatrice de films.

Focus Femmes : quelques extraits


Wura-Natasha Ogunji, Will I Still Carry Water When I am a Dead Woman?, 2013. Vidéo, 11 minutes 57

MUSÉE D’ART MODERNE, PARIS
The Power of My Hands
4 décembre 2020 – 2 mai 2021
The Power of My Hands présente des artistes qui utilisent le « pouvoir de leurs mains » pour aborder des questions telles que le corps, la sexualité, les émotions, la maternité et la représentation de soi. Les pratiques traditionnelles et les croyances spirituelles telles que celles induites dans le rôle de guérisseurs ou de devins sont également une source imperceptible d’inspiration et de pouvoir.
Commissaires de l’exposition : Odile Burluraux (France), conservatrice du patrimoine au Musée d’Art Moderne de Paris. Suzana Sousa (Angola), commissaire d’expositions, écrivaine et doctorante au département anthropologie à l’ISCTE (Institut universitaire de Lisbonne).

Siham & Hafida, 2017, extrait de la vidéo
©Meriem Bennani Saison Africa 2020

LES ABATTOIRS, MUSÉE – FRAC OCCITANIE TOULOUSE
Au-delà des apparences. Il était une fois, il sera une fois
9 décembre 2020 – 30 mai 2021
L’exposition Au-delà des apparences… soulève une série de questions. Comment transmettre des idées, des connaissances et faire comprendre ? Quel rôle l’oralité a-t-elle joué hier, joue-t-elle aujourd’hui et jouera-t-elle demain ? Quel est le pouvoir des littératures de l’imaginaire dans le récit ?
Commissaire de l’exposition : Missla Libsekal (Éthiopie/Érythrée), écrivaine, commissaire d’expositions et productrice culturelle indépendante.

Khalil Nemmaoui, Sans titre, 2018. Épreuve d’artiste. Tirage UV sur plexiglas, contrecollé sur dibond 180 x 240 cm.
Courtesy de l’artiste et du Comptoir des Mines Galerie.

FRAC NOUVELLE AQUITAINE MECA, BORDEAUX
Memoria : récits d’une autre histoire
5 février 2021 – 29 mai 2021
L’exposition Memoria : récits d’une autre histoire, aborde l’idée d’une mémoire collective composée d’une myriade de récits, d’histoires, de questionnements et d’expériences éparpillées dans nos mémoires individuelles, personnelles, intimes (..)
Commissaires de l’exposition : Nadine Hounkpatin (Bénin/France) et Céline Seror (France), fondatrices de l’agence Artness et commissaires d’expositions spécialisées en art contemporain d’Afrique et de ses diasporas.

FRAC PACA, MARSEILLE
Katia Kameli : Elle a allumé le vif du passé
12 février 2021 – 16 mai 2021
Elle a allumé le vif du passé est une exposition monographique de l’artiste et réalisatrice Katia Kameli dont la pratique est fondée sur une démarche de recherche à travers le fait historique et culturel. Le plateau 1 accueille une trilogie de films, Le Roman algérien, pensée comme une immersion dans l’histoire algérienne et dans la mémoire des hommes et des femmes au travers d’une collection d’images et de documents. Le plateau 2 accueille l’installation Stream of stories, une exploration des origines orientales des fables de Jean de La Fontaine, qui commence en Inde et se poursuit en Iran et au Maroc pour finir en France.
Commissaire de l’exposition : Éva Barois de Caevel (France), commissaire d’expositions, critique d’art, éditrice et enseignante en histoire de l’art à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Lyon.

© Zanele Muholi / Maison Européenne de la Photographie

MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE (MEP), PARIS
Zanele Muholi
17 mars – 6 juin 2021
Les œuvres de la photographe sud-africaine Zanele Muholi font escale à Paris dans le cadre d’une tournée européenne. Cette rétrospective de mi-carrière présentera l’une des photographes les plus importantes de sa génération. Composée de photographies anciennes moins connues et de nouvelles œuvres, cette exposition offrira au public une compréhension de la genèse de la pratique de l’artiste, tout en révélant leur profond engagement à créer un espace et des archives pour que les personnes LGBTIQ + noires soient visibles, respectées et reconnues.
Commissaire de l’exposition : Kerryn Greenberg (Afrique du Sud), conservatrice Art international à la Tate Modern, Londres (Royaume-Uni).

AWARE : ARCHIVES OF WOMEN ARTISTS, RESEARCH AND EXHIBITIONS, PARIS
Reclaim : récits d’artistes femmes africaines École du Louvre, Paris :
15 – 16 avril 2021
L’association AWARE (Archives of Women Artists, Research and Exhibitions) sera la plateforme de visibilité du «  Focus femmes  » dans les arts visuels de la Saison Africa2020. Cela se traduira par le relai de ce focus sur ses réseaux sociaux, l’enrichissement de son site Internet avec vingt-quatre nouvelles notices biographiques d’artistes femmes d’Afrique et de sa diaspora récente identifiées par le réseau de correspondantes africaines, ainsi que par trois articles de recherche.

Temps forts :

Carte blanche à El Anatsui à la Conciergerie – Centre des monuments nationaux (CMN), Paris
2 décembre 2020 – 5 avril 2021
Dans le cadre du Lancement de la Saison Africa2020.
Le CMN invite l’artiste ghanéen El Anatsui à la Conciergerie pour sa première exposition monographique en France. La création in situ, qui s’inspire de l’histoire du site et du bâtiment, fait appel à cinq éléments de la nature : l’eau, le vent, le bois, le métal, la pierre. Silence et solennité sont les maîtres mots de cette installation immersive plongée dans une lumière tamisée qui fait référence à l’histoire et au temps qui passe. Deux rivières, posées au sol sur de vielles traverses de chemin de fer, parcourent la salle des Gens d’armes sur sa longueur. Depuis les voûtes séculaires du monument, des vidéos projettent les reflets du ciel et la course du soleil sur un fleuve. Ces rivières en textile ondulant sont un clin d’œil au site de la Conciergerie : l’Ile de la Cité lovée entre deux bras de la Seine. Sur un mur et dans les cheminées, six sculptures monumentales, tels des drapés composés de capsules de bouteilles d’alcool et de lames de canettes de sodas, symbolisent des portes ouvrant sur un champ infini d’histoires et de futurs possibles. Des roches calcaires, posées le long des murs de part et d’autre de la salle, telle une haie d’honneur, rythment le cheminement des deux rivières (..)
Commissaire de l’exposition : N’Goné Fall (Sénégal), Commissaire générale de la Saison Africa2020.

Même si de nombreux évènements risquent d’être décalés étant donné ce nouveau confinement rappelons quelques chiffres clés de cette ambitieuse Saison Africa2020 :
81 villes en France impliquées, 183 opérateurs français, 200 opérateurs africains, 22 projets “focus femmes”, 11 projets pédagogiques, + 450 projest dans les arts, les sciences et l’entrepreneuriat, 274 projets portés par le Ministère de l’Education nationale.

Programmation à suivre en détail sur :
http://www.saisonafrica2020.com
https://www.institutfrancais.com/fr/zoom

La Saison Africa2020 est organisée et mise en œuvre par l’Institut français, opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du ministère de la Culture, financeurs publics de la Saison. Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et l’Agence française de développement (AFD) contribuent également au financement de la Saison. Elle compte sur la participation des collectivités territoriales partenaires de l’Institut français. La Saison bénéficie également du soutien exceptionnel du Comité des mécènes d’Africa2020, et de ses partenaires médias.

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

Photo

Hunt, une série de Jean-Luc Feixa

Avant de prendre nos quartiers d’été, nous partageons avec vous la série “Hunt” réalisé par le photographe bruxellois Jean-Luc. Dans ce travail, ...

En voir plus dans Actu Art Contemporain