Temps de lecture estimé : 5mins

Le Jeu de Paume vient de réouvrir ses portes après de longs mois de travaux. Son inauguration a eu lieu le 8 juin dernier avec une rétrospective consacrée au photographe allemand, Michael Schmidt, l’une des figures majeures de la photographie allemande du XXème siècle. À cette occasion, Quentin Bajac, directeur de l’institution nous explique les circonstances d’une réouverture inédite qui coïncide avec le déconfinement progressif et le retour dans les musées français !

Michael Schmidt, Sans titre
Berlin-Kreuzberg. Stadtbilder [Berlin-Kreuzberg. Vues
urbaines], 1981-82

C’est donc une réflexion complète que se sont imposés les musées et les institutions du monde entier, afin d’ouvrir à nouveau au public dans des conditions optimales et sécurisées. Pour proposer aux visiteurs du Jeu de Paume un parcours fluide, la scénographies a entièrement été repensée, ainsi exceptionnellement l’exposition de Michael Schmidt, se déploie dans les 7 salles d’exposition que compte le Musée. Une nouveauté pour la première grande exposition, en France, consacrée à l’une des figures majeures de la photographie allemande du XXème siècle.

Michael Schmidt, Sans titre
Waffenruhe [Cessez-le-feu], 1985-87

Afin de célébrer le 75ème anniversaire de la naissance de Michael Schmidt, le Jeu de Paume invite Thomas Welski et Laura Bielau, respectivement ami et assistante du photographe, pour organiser cette première exposition monographique française. Photographe autodidacte berlinois, Michael Schmidt est né à Berlin à la fin de la seconde guerre mondiale. La capitale allemande deviendra rapidement son terrain de jeu, jusqu’à sa mort en 2014. Très jeune, il entre dans la gendarmerie, et c’est à 20 ans que Schmidt s’initie à la photographie grâce à un de ses collègues. Il commence par enseigner la photo à l’Université et décide de se mettre à son compte en tant que photographe au début des années 70. Il fait des travaux de commande avant d’explorer le médium pour développer son langage artistique, il renouvelle sans cesse son style et aborde de nombreux sujets. Il compte parmi les photographes les plus influents de la deuxième moitié du siècle dernier, comme les Becher. Dans cette exposition intitulée “Une autre photographie allemande”, on explore cinq décennies de pratique au cœur d’un parcours chronologique. L’occasion d’assister à une évolution artistique. C’est notamment avec sa série Waffenruhe (Cessez-le feu), dans laquelle il dépeint une ville divisée face au mur, que Michael Shmidt s’impose réellement dans le paysage artistique allemand.

Michael Schmidt, Sans titre
Waffenruhe [Cessez-le-feu], 1985-87

Michael Schmidt, Sans titre
Waffenruhe [Cessez-le-feu], 1985-87

Comment s’organise le retour des expositions ?

Aujourd’hui, nous nous devons de repenser et articuler deux espaces contigües : l’espace physique et l’espace virtuel, la crise sanitaire nous a prouvé que le digital a permis de palier à la fermeture de nos musées. Il est donc important de développer notre offre virtuelle sans fragiliser, sans cannibaliser notre offre physique. C’est un vrai défi, et c’est aussi un modèle économique à repenser, car notre lieu d’exposition est payant, aujourd’hui nos resources en ligne, sur notre nouveau site internet sont entièrement gratuites.

Une seule grande rétrospective pour l’inauguration ?

Nous avons été très enthousiastes de préparer cette exposition de Michael Schmidt pour la réouverture du Jeu de Paume. Mais il nous a fallu être très prudents, le retour des visiteurs dans les expositions ne sera pas immédiat. Nous sommes certains que le monde d’avant est révolu. Cette crise sanitaire nous a contraint à nous remettre en question et nous devons repenser nos lieux d’expositions pour accentuer sa dimension événementielle, par delà les expositions, proposer des manifestations, des performances et des événements redonnant au Musée son caractère pleinement attractif.

Michael Schmidt, Sans titre
Berlin-Kreuzberg. Stadtbilder 1981-82

Comment s’organise la reprise et la programmation à venir ?

Pour les deux premières saisons que nous prévoyons, l’exposition estivale avec Michael Schmidt et celle de l’automne. Nous avons travaillé nos scénographies pour qu’elles soient plus aérées. La rétrospective de Schmidt qui initialement aurait pu occuper cinq des sept salles du bâtiment, finalement est étendue sur la totalité du Jeu de Paume. Scénographie plus ample qui permet une meilleure circulation et fluidité. Nous avons bien évidemment pris en compte le contexte sanitaire pour éviter l’effet de masse des visiteurs autour des textes ou des œuvres. Nous sommes un lieu consacré à l’image sous toutes ses formes donc on inaugure par une exposition de photographie avec Michael Schmidt, mais nous sommes plus inquiets pour notre activité autour de l’auditorium et à notre espace de projection. Les expositions sont accessibles avec une jauge réduite (1 personne pour 4m2 – soit 254 personnes sur l’ensemble du site, personnel inclus), pour l’auditorium, c’est plus problématique. Il est important d’emménager des espaces capables d’accueillir à nouveau la vidéo pour notre saison hivernale 2021/2022 avec notamment un festival de jeune création et beaucoup d’œuvres d’images animées.

Interview réalisée à l’occasion de la préparation du Parlement de la Photographie organisée par le Ministère de la Culture.

INFORMATIONS PRATIQUES

mar08jui(jui 8)11 h 00 mindim29aou(aou 29)19 h 00 minUne autre photographie allemandeMichael SchmidtJeu de Paume, 1, place de la Concorde 75008 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

Photo

Hunt, une série de Jean-Luc Feixa

Avant de prendre nos quartiers d’été, nous partageons avec vous la série “Hunt” réalisé par le photographe bruxellois Jean-Luc. Dans ce travail, ...

En voir plus dans L'Interview