1267 Views |  2

Jeanne Susplugas, un projet en 3 actes à Versailles et Paris

Temps de lecture : 2 minutes et 29 secondes

J’ai rencontré Jeanne à son atelier dans le 12è arrondissement alors qu’elle était en pleine préparation de son projet en 3 volets entre Paris et l’Ile de France. L’occasion de revenir sur ces obsessions qu’elle traque avec toujours autant d’acuité et de partager un pur moment de vérité complice autour de l’art et de la vie.

A Versailles il n’y a pas que des allées royales et rectilignes, il existe aussi un lieu d’expérimentation aux confins de l’art et de l’architecture. La Maréchalerie propose en effet une approche décalée et personnelle des problématiques urbaines aux artistes qu’elle invite régulièrement, en lien avec le contexte de l’Ecole d’architecture dont elle dépend. Un dispositif propice aux échanges et au partage de connaissances à partir de l’in situ, à chaque fois rejoué. Situé dans un bâtiment patrimonial lié au domaine du château, sa large baie vitrée est une invitation à s’inscrire dans un présent ouvert sur la ville et sa traversée. Une topographie en apparence contraignante dont s’emparent et s’affranchissent volontiers les artistes. Preuve en est encore une fois avec Jeanne qui a largement dépassé le cahier des charges de départ.
« La maison malade », « There is no place like Home », « House to house » il est question chez elle de nos projections ambivalentes sur l’habitat, le refuge, le réconfort mais aussi la solitude et la frustration à travers de multiples protocoles qu’elle rejoue à chaque lieu investi. Des ritournelles qui remontent à l’enfance et dont les répercussions en disent long sur nos addictions adultes.
Son nouveau terrain d’investigation se découpe en 3 temps et 3 lieux : La Maréchalerie, la galerie VivoEquidem et l’Ecole des Beaux Arts de Versailles.
A la Maréchalerie et en réponse à l’architecture du lieu, l’installation « At home she ‘s a tourist »décrit un sentiment étrange qui nous habite parfois quand il s’agit d’investir un espace peuplé d’objets qui ne nous appartiennent pas, témoins d’un passé révolu et plein de chausses trapes. D’où l’importance de se délester, de s’alléger de nos entraves et addictions pour laisser la maison s’envoler (« Flying House »). De même avec cette nature morte en céramique qui quand on s’en approche décline nos dérives médicamenteuses et psycho-somatiques, face à l’impossibilité de nos désirs ou comment le mal être rejoint notre rapport à l’intime.
A la galerie parisienne VivoEquidem, l’artiste imagine une structure modulable entre la caisse de transport et la cellule habitable. Un espace expérimental où la collection d’extraits littéraires (play list sonore) interagit avec les auteurs invités, Jeanne devenant alors curatrice d’une fiction qui prend différentes formes décalées. Cet espace scénique à géométrie variable,ouvert à la curiosité et à l’inquiétude place le spectateur au centre de rituels étrangement familiers bien que de nature ambiguë.
Enfin à l’Ecole des Beaux Arts, ce qui marque une première collaboration avec la Maréchalerie, Jeanne Susplugas et les étudiants de ses workshops mettent en lumière les multiples distorsions inhérentes à une société dominée par les tensions et conflits. Des saynètes d’inspiration littéraire « All the World’s a stage »où se jouent des troubles de comportements compulsifs (TOC), des stratégies d’emprise familiale, l’obsession des « heures remarquables », autant d’ersatz d’une folie rampante que l’on cache sous des mots devenus banals et fourre touts. Egalement les arbres généalogiques nous rappellent l’interdépendance des liens du sang avec toutes les possibles répercussions sur nos existences.
Dès lors la démarche n’est pas de juger ni de dénoncer à travers la pluralité de mediums investis par l’artiste toujours séduisants et résolument esthétiques, mais d’aller creuser et chercher dans les profondeurs de la psyché, vulnérable et traumatique, les failles et incohérences à travers un travail de sape prodigieusement efficace.
Jeanne Susplugas bénéfice également d’une publication rétrospective chez Norma Editions.
http://www.susplugas.com
http://www.editions-norma.com
EXPOSITIONS
At home she’s a tourist, Chapter I
Jeanne Susplugas
Du 20 janvier au 26 mars 2017
La Maréchalerie
5 avenue de Sceaux
78000 Versailles
http://lamarechalerie.versailles.archi.fr
• At home she’s a tourist, Chapter II
Jeanne Susplugas
Du 25 janvier au 12 août 2017
Vivo Equidem
113 rue du Cherche Midi
75006 Paris
http://www.vivoequidem.net
At school she’s a tourist, Chapter III 
Jeanne Susplugas
Du 22 février au 15 mars 2017
Galerie de l’Ecole des Beaux Arts