Temps de lecture estimé : 3mins

Pour sa première carte blanche, notre invité de la semaine, François-Nicolas L’Hardy, Directeur de l’Hôtel Fontfreyde – Centre photographique, a choisi de nous présenter Monstre, un jeune collectif de photographes clermontois. L’association réunit quatre photographes Marielsa Niels, Nicolas Carletta, Maxime Gobet et Pascal Aimar, également membre du collectif Tendance Floue ! Aujourd’hui, rencontre avec Monstre, et découvrons leur premier projet d’exposition construit sur la base d’un dialogue photographique. Un cadavre exquis qui fait se rencontrer des regards multiples…

Sur le modèle de collectifs célèbres comme Tendance Floue ou Myop, s’est créé récemment à Clermont-Ferrand le collectif « Monstre ». Un regroupement de plusieurs photographes identifiés de la scène clermontoise : Marielsa Niels, Nicolas Carletta, Maxime Gobet et Pascal Aimar (lui-même membre de Tendance Floue)

© Monstre

Mêlant les significations et les jeux, le nom du groupe se veut un reflet des préoccupations actuelles des membres du collectif et indique des pistes de d’actions. Voici leur manifeste :
Un monstre peut désigner ce qui est extraordinaire, comme ce qui est effrayant.
Nous avons choisi la première définition, sans condamner la deuxième.
Un monstre surprend toujours par sa singularité, en s’écartant des normes habituelles.
Nous encourageons la particularité, l’atypique.
Un monstre fait appel à l’imagination, aux fantastiques.
Nous souhaitons explorer toutes les formes de la photographie, réinterpréter l’existant.
Un monstre représente souvent un être aux contours imparfaits et non définis de manière précises. Notre association se veut ouverte à tous ceux désirants repousser les limites de ce Monstre.

MONSTRE (n.m) : Dans l’édition, défini une ébauche. C’est l’étape primordiale de la réalisation d’un livre où les pages blanches laissent place à la construction, la création et où tout reste à faire.
MONSTRATION (n.f) : Désigne l’action consistant à montrer quelque chose ou quelqu’un à la vue du public, d’exposer, de présenter toute chose.

© Monstre

Vaste programme d’actions, donc.
Sous forme associative le collectif cherche à se développer et à poursuivre ses activités en Auvergne. Comme il le disent eux-mêmes, c’est d’abord la pratique de la photographie qui les a réunis, avec le désir de s’associer pour s’ouvrir aux autres.
Leur premier projet d’exposition collectif en guise d’introduction à l’association a pris la forme d’un “dialogue photographique” en réinterprétant le principe du « cadavre exquis », en l’adaptant à une envie de découvrir leurs sensibilités. À tour de rôle, ils ont partagé leurs images, chacune répondant à la précédente. Ils ont prolongé la série en s’immergeant dans leurs archives. Une démarche lente, propice à la découverte, la réflexion et l’imagination. Les liens d’abord évidents (géométrie, formes, couleurs, etc…) se sont progressivement transformés en analogies plus intimes. Quatre univers a priori dissemblables s’accordent finalement.
La volonté du groupe est de favoriser la découverte, l’apprentissage de la photographie et de promouvoir les démarches d’auteur.e.s, aider les photographes désirants se perfectionner par le biais de workshops qui reprennent d’ailleurs dans le courant de ce mois d’octobre 2021.

Contact :
asso-monstre
9 Rue Terrasse
63 000 Clermont-Ferrand
http://www.instagram.com/asso_monstre

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e