L'Invité.e

Carte Blanche à Béatrice Andrieux : Rencontre avec Raphaël Gianelli-Meriano

Temps de lecture estimé : 3mins

Pour sa première carte blanche, notre invitée de la semaine, la commissaire d’exposition indépendante, Béatrice Andrieux, nous présente le travail de Raphaël Gianelli-Meriano, actuellement exposé à la Galerie L77, dont elle a assuré le commissariat. Avant de nous parler de la série « Lumières du Nord », visible jusqu’au 15 juillet à Paris, elle revient sur sa rencontre avec le photographe…

Cela fait 20 ans que je connais Raphaël avec qui je partage des références communes en photographie dont William Eggleston, Nan Goldin ou Chris Killip et en littérature Kerouac, Joan Didion ou John Berger. Nous nous sommes rencontrés lorsque je travaillais à la galerie du jour agnès b. à son retour d’Estonie. Ses voyages en Angleterre, en Islande et Russie l’ont énormément nourri et j’ai suivi son travail. La manière dont il combine la taille de ses formats donne du relief à ses paysages et ses portraits en couleur et en noir et blanc. Je suis très heureuse de présenter des images inédites d’Islande. Plusieurs évènements sont prévus le temps de l’exposition dont une vente au profit de l’aide à l’Ukraine qui a eu lieu le samedi 9 avril dernier avec l’association Future for Ukraine, une rencontre à venir sur la thématique du « Road trip en photographie » et une signature du livre de Raphaël « Letters Home ».

Lumières du Nord

Partir à la découverte d’une autre culture, d’une autre géographie dans un pays balte, c’est ce qui a séduit le photographe et réalisateur Raphaël Gianelli-Meriano. Il y a près de vingt ans, il est invité à un festival en Estonie. Séduit par la beauté des espaces naturels et l’accueil des habitants, il y reste de longs mois. Plusieurs allers et retours lui ont permis de tisser des liens forts avec la population estonienne dont le célèbre poète Jaan Kaplinski, figure de la littérature contemporaine, sur lequel il réalisera un film « The Kaplinski System ».
À chaque voyage, de nouvelles prises de vues photographiques d’amis, d’artistes et de paysages le nourrissent pour ses films et réciproquement. Là-bas et sans jamais renoncer à l’une ou l’autre de ses pratiques, il décline des portraits intimistes en couleur et noir et blanc. Le territoire estonien l’inspire par sa nature brute, ses lacs embrumés et ses levers de soleil aux mille variations. Enfants, adolescents et adultes s’habituent à sa présence et se laissent photographier dans leur quotidien. Au gré de ses voyages, comme en Islande, il s’arrête pour observer attentivement les espaces qui s’offrent à lui.
À chaque fois, il pratique le même « modus operandi » : un détail le frappe qui l’entraîne vers une route, un chemin, une prairie. Alors l’image apparaît comme ces deux chevaux sauvages arrivés par surprise, ce linge gonflé par une rafale de vent ou encore ces cascades gelées abstraites. Curieux de nature, tous les sujets l’intéressent. Il revendique une liberté dans chaque technique utilisée.
D’autres pays l’ont inspiré par la suite, tels l’Angleterre et la Russie où il était parti pour observer, filmer et photographier les paysages et l’intimité de ses proches. De nouvelles histoires pour un possible scénario avec toujours des images sidérantes de beauté.

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu24mar(mar 24)10 h 00 minven15jul(jul 15)19 h 00 minLumières du NordRaphael Gianelli-MerianoGalerie L77, 77, rue Lepic - 75018 Paris

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e