979 Views |  1

Nouvelle saison au Domaine de Kerguéhennec

Temps de lecture : 2 minutes et 2 secondes

Labellisé centre culturel de rencontre, le château et le parc paysager de Kerguéhennec acquis par le Département du Morbihan en 1972 réunit la subtile équation art +architecture+paysage. Outre son parc de sculptures unique en France réunissant une trentaine d’artistes majeurs, la programmation du Domaine prévoit deux ou trois expositions conjointement à des expositions monographiques et thématiques et offre aux artistes des possibilités de résidence tout au long de l’année.

Inauguration de la saison été-automne avec Olivier Delavallade, directeur du lieu qui ne cesse de contribuer à son rayonnement. Le sculpteur Bernard Pagès et les plasticiens Jocelyne Alloucherie et Yang Jung-Uk se partagent les différents espaces, sans oublier Tal Coat.

Bernard Pagès (né en 1940, à Cahors) investit les écuries, la cour d’honneur et une partie de la cour des communs. A l’initiative du mouvement Support/Surfaces il utilise des rebuts (briques, tuyaux, pierre..) pour réaliser ses sculptures opérant des variantes et rapprochements inédits plaçant la figure du regardeur au cœur du processus. L’on retrouve certaines de ses œuvres emblématiques comme » le Toupet », « Les Fléaux » et le fameux « Balcon sur la mer », sorte de synthèse en lévitation du Balcon de Monet qui aurait rencontré le facétieux Philippe Ramette !

Jocelyne Alloucherie (née au Québec en 1947) m’a le plus fascinée. Son dispositif autour de la double nature de l’image déployé sur tout l’étage du château propose une déambulation physique et mentale à partir de ses réflexions lors de sa résidence de l’hiver 2016. Comme une fable qui s’étire où il est question de surgissements photographiques, de paysages fictifs, de fenêtres métaphoriques aux frontières du réel et de l’imaginaire.
Visions, sensations, perceptions surgissent de ces séquences qui mêlent dessins, photographies et videos sur le mode de l’apparition et du déplacement du regard. Exposition en partenariat avec le Centre culturel canadien à Paris. Une publication aux éditions du Domaine de Kerguéhennec est spécialement réalisée à l’occasion « le Cahier des ombres ».

Yang Jung-Uk (né en 1982 en Corée) est parti de sa résidence à Kerguéhennec printemps 2017 dans le cadre du programme Odysée (réseau des Centres culturels de rencontre) et en partenariat avec le Gyeonggi Creation Center (Corée du Sud) pour s’emparer de l’espace magique de la chapelle. Il y pose l’une des ces machines célibataires, mobiles fruit d’un invraisemblable bricolage intuitif.

Nouvel éclairage sur Tal Coat, dont la collection est inscrite dans l’ADN de Kerguéhennec, à l’Orangerie avec une exposition-dossier autour de l’art préhistorique en lien avec la poésie d’Eugène Guillevic et les collections de la Société polymathique du Morbihan et du musée de Vannes. Tous deux bretons Tal Coat et Guillevic même s’il ne se sont jamais rencontrés partagent les mêmes affinités et inspirations en lien avec leur ancrage natal.

Offrez vous une parenthèse enchantée à Kerguéhennec, musée à ciel ouvert avec 5 propositions pour une visite du parc (nouvelle application « pARTcours-Domaine de Kerguéhennec »à télécharger gratuitement), mais aussi centre de recherche, lieu de production, d’exposition, de rencontre qui redonne du sens à notre rythme effréné.

INFOS PRATIQUES :
> Expositions :
Bernard Pagès, Dispersion
Jocelyne Alloucherie, La Chambre des ombres
Tal Coat, Guillevic et la Préhistoire
> Installation : Yang Jung-Uk
du 25 juin au 5 novembre 2017
Tous les jours, 11h-13h et 14h-19h
– Exposition Tal Coat
– Expositions temporaires et château
Entrée libre.

Domaine de Kerguéhennec
Une propriété du Département du Morbihan
56500 Bignan
http://www.kerguehennec.fr