Temps de lecture : 1 minute et 4 secondes

Parmi l’un des secteurs en difficulté dans le domaine de la photographie, on compte l’édition. Aujourd’hui de plus en plus d’ auteurs en photographie doivent mettre la main au porte monnaie pour réaliser un ouvrage. On ne parle pourtant pas, ici, d’auto-édition. La réalisation d’un livre photographique est un pari risqué. Va t-il être un projet rémunérateur ou bien s’avérera t-il un fiasco financier ? Les maisons d’édition sont devenues frileuses, et demandent souvent un financement de départ, voire intégral pour couvrir l’ensemble des frais.

Cela fait donc plusieurs années que naissent des projets d’édition grâce au crowdfunding (financement participatif). L’idée est de simplement pré-vendre des exemplaires pour assurer le financement de l’édition. On ne parle même pas de faire des bénéfices, mais tout simplement de faire vivre et de partager des projets. C’est le cas aujourd’hui de Valentine Vermeil qui a lancé son Kisskissbankbank pour son projet BAB-EL.

Cette série a été réalisée en Israel et en Palestine entre 2008 et 2012. Intitulé BAB-EL, la travail s’intéresse au quotidien, aux fêtes et aux moments de rassemblements dans les différentes communautés.

 » Mon but était de mettre en lumière ce qui rassemble les individus, tels les liens et l’appartenance à un groupe qu’il soit social, ethnique ou religieux. Je me suis davantage attachée à montrer les croyances des 3 religions monothéistes, et à parler de la terre sainte plutôt que de parler de l’aspect politique actuel.  »

Le titre BAB-EL fait référence au mythe de la tour de Babel et à la « porte des dieux ». La série complète est visible à cette adresse : http://valentinevermeil.com/albums/bab-el/
Vous souhaitez participer ? C’est par ici que ça se passe – attention il ne reste plus que quelques jours !!
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/bab-el-le-livre

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X