830 Views |  Like

Soutenir les artistes en exil !

Temps de lecture : 1 minute et 34 secondes

Présidée par Jacques Pornon et dirigée par Judith Depaule, L’Atelier des artistes en Exil est une structure qui a pour mission d’identifier et d’aider les artistes en exil de toutes origines et toutes disciplines confondues. Aujourd’hui l’association vient d’ouvrir une campagne de crowdfunding sur Ulule. Pour les aider dans leur mission, vous pouvez contribuer dès 5€.

>>> https://fr.ulule.com/support-aa-e/

100% des fonds réunis durant cette collecte seront destinés aux artistes (l’association est habilitée à délivrer des reçus fiscaux).

L’Europe assiste sur son territoire au plus grand mouvement de population de ses soixante-dix dernières années. Parmi ces personnes se trouvent des artistes contraints de fuir leur pays. Parce que réfugié n’est pas un métier, que le rôle de l’art est celui de dire et de montrer ce qui dérange et de faire entendre la voix des opprimés, que c’est à travers la voix de ses artistes que les cultures des pays en péril peuvent continuer à se perpétuer, il est important que les artistes puissent continuer à exercer leur art.

C’est pourquoi l’atelier des artistes en exil se propose d’identifier des artistes en exil, de les accompagner en fonction de leur situation et de leurs besoins, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec des professionnels (réseau français et européen), afin de leur donner les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer.

L’atelier des artistes en exil développe également son propre festival pluridisciplinaire, Visions d’exil, en co-construction avec des lieux partenaires.

Découvrir les vitrines de l’atelier des artistes en exil

Actuellement et jusqu’au 30 mars prochain, vous pouvez découvrir quinze artistes de l’aa-e dans les galeries du Palais Royal de Paris. Parmi eux, Kubra Khademi, artiste afghane, condamnée à mort et qui a fui son pays.
https://www.9lives-magazine.com/events/vitrines-de-latelier-artistes-exil/

« Je suis une artiste afghane qui a été condamnée à mort, parce que j’étais une femme. En 2015, j’ai dû fuir mon pays après avoir fait une performance durant laquelle je marchais avec une armure dans les rues de Kaboul, et la France m’a accueillie comme réfugiée. Je suis toujours en vie, mais que signifie réellement être vivant ? Que signifie être un être humain, un être libre ? Une partie de la lutte est terminée, mais en même temps, elle continue. La violence contre les femmes est universelle et n’a pas de frontières. Nous devons nous soutenir mutuellement, peu importe d’où nous venons. Quels changements pouvons-nous opérer ensemble, aujourd’hui ? »

INFORMATIONS PRATIQUES
L’Atelier des artistes en Exil – aa-e
102 rue des Poissonniers
75018 Paris
contact@aa-e.org
http://aa-e.org/fr/