657 Views |  Like

Carte blanche à Pierre Leotard : Cécile Reyboz, auteure

Temps de lecture : 1 minute et 34 secondes

Pour cette troisième carte blanche, notre invité de la semaine, Pierre Leotard, fondateur des revues Corridor Éléphant.com et Niepcebook, nous parle de l’auteure et avocate française Cécile Reyboz au travers d’une courte interview.

Clientèle son quatrième livre est sorti début janvier chez Actes Sud. Un quatrième conte moderne emprunt d’humour et d’un réalisme que certains percevraient à tort comme du cynisme. Paris devient au fil des pages le décor d’un théâtre mettant en lumière les rapports humains si chers à l’auteur.
Cécile Reyboz ne se contente pas d’écrire ou de narrer, ses mots disent autant que son style, et ce quatrième ouvrage confirme, si besoin était, un écrivain.

https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/clientele

  • Que cherchiez-vous à décrire dans Clientèle?

Une réalité humaine dans toutes ses nuances, ses reliefs, ses ambiguïtés. Ne rien escamoter, donner à voir et à entendre les minuscules chocs d’un quotidien professionnel banal et pourtant étonnant.

  • Sommes-nous tous le client de quelqu’un ? Nos relations à l’autre sont-elles constamment “tarifées” ?

Nous sommes inévitablement clients d’un rêve, d’un espoir, d’un programme politique. Quoiqu’on achète, quel que soit le prix : un conseil, une fringue, un sandwich, un ticket pour une exposition. On pense choisir mais on est cherche surtout une place dans l’immense roue avec laquelle il faut tourner.

  • Pourquoi écrire ?

Il me semble toujours et partout voir autre chose que ce que les autres voient. Que ce soit vrai ou non. Décrire, nommer, qualifier cette vision sauve mes journées d’une sensation d’engloutissement.

  • L’action de votre livre se déroule à Paris, quel regard portez-vous sur la ville ?

Amour et dépit, attachement et tentatives d’éloignement, joies et vexations…c’est passionnel… J’aime Paris, malgré ses travers et ses clichés, j’aurais du mal à me passer de son agressivité indolente. Mais je me suis toujours demandée qui je serais devenue en vivant ailleurs… la même ou pas?

  • Y a-t-il pour vous un parallèle entre la photographie et l’écriture ?

Bien sûr! Mes mots sont des pixels, des points d’encre, et la ponctuation est la trame du papier photo. Ecrire c’est aussi choisir un cadrage, un angle, scène d’ensemble ou portrait, couleur ou noir et blanc. Comme dans la photo, il faut doser les effets pour qu’ils n’écrasent pas le sujet, pour que quelqu’un apparaisse.

  • Si vous n’aviez pas écrit, quel media auriez-vous choisi ?

L’instantané Polaroïd, la peinture, la sculpture, la danse. Je mets tout ça dans mes pages, dans ma bagarre avec le texte, dans les versions successives du travail.

INFORMATIONS PRATIQUES
Clientèle
Actes Sud
Sortie Janvier 2018
11,5 x 21,7cm, 208 pages
ISBN 978-2-330-09242-9
19, 00€
https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/clientele