Temps de lecture : 2 minutes et 48 secondes

Yamna Mostefa, présidente du jury des rencontres Face à la mer est ravie de vous annoncer que Seif Kousmate est le photographe lauréat de cette première édition avec son travail sur la jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide. Au-delà de sa série, le jury a également tenu compte de sa démarche professionnelle et de son engagement.

Yamna Mostefa, présidente du jury et Seif Kousmate, lauréat du prix Face à la mer le samedi 4 mai à la cinémathèque de Tanger.
Seif Kousmate est un photojournaliste autodidacte spécialisé dans les questions sociales, né en 1988 à Essaouira, Maroc. A 17 ans, il s’installe en France, étudie l’ingénierie et commence à travailler dans ce secteur après avoir obtenu son diplôme de master. Quelques années plus tard, il a décidé de quitter son poste et de voyager en Asie du Sud-Est, au Japon et au Canada. Il a ouvert un blog itinérant de photographie, partageant ses histoires et rapportant son voyage. C’est ainsi que Seif s’est lancé dans le domaine et a pris la décision de se bâtir une carrière de photographe professionnel. Il a suivi le programme » Seeing through Photographs » offert par le MoMA de New York. Fin 2016, Seif est retourné dans son pays natal et a travaillé avec une société de production locale sur un reportage sur la vie hivernale dans un village isolé de l’Atlas. En 2017, Seif a vécu plusieurs semaines dans les montagnes du Gourougou afin de rendre compte des migrants subsahariens en attente de franchir la frontière avec l’Europe. En mars 2018, il a commencé à travailler sur l’esclavage traditionnel en Mauritanie où il a été arrêté et expulsé par les autorités pour avoir travaillé sur une question taboue et censurée.
Pour lui, le photojournalisme est sa contribution à changer le monde qui l’entoure et à développer les mentalités.

Série présentée : La jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide.

25 ans après le dernier génocide du XXème siècle, le Rwanda commence à rayonner à l’échelle africaine et internationale. Le pardon et la reconciliation sont les bases de ce développement. Un énorme travail d’accompagnement a été réalisé auprès de la population pour aller au-delà des traumatismes des événements de 1994 et cohabiter ensemble dans le Rwanda d’aujourd’hui.
La jeunesse du pays fait aussi partie des chantiers prioritaires, car 60% de la population a moins de 25ans. Ils sont enfants d’exilés, enfants de génocidaires, enfants de rescapés, jeunes nés suite aux violes et porteurs du VIH, ou encore orphelins du génocide, ils cohabitent malgré leur histoires personnelles. En plus de cet héritage lourd qu’il portent sur les épaules, ils doivent trouver des solutions face au chômage, la pauvreté, et les études trop cher… Après avoir passé plus de deux mois auprès de la jeunesse Rwandaise, je vous livre le portrait d’une jeunesse optimiste sur son avenir, consciente de l’effort qu’elle doit fournir pour le développement du pays, mais n’assume pas souvent son passé, malgré les efforts du gouvernement pour l’unité.

 

Le jury était présidé par Yamna Mostefa et composé de 15 membres :
Valentin Bardawil, Photo Doc.
Dimitri Beck, Polka
Amandine Besacier, commissaire d’exposition
Nataly Bideau, GEO France
Lorelei Buser Suero, festival de photographie international In Cadaques
Carine Dolek, festival Circulation(s)
Charlotte Floussaud, Photo Doc.
Clarisse Denarnaud, librairie galerie les Insolites
Kalel Koven, In Frame
Marie Moignard, Diptyk magazine
Yamna Mostefa, Rencontres photo de Tanger
Valérie Pailler, CFPJ
Tess Raimbeau, Libération
Elsa Seignol, Editions Revers
Lorenzo Virgili, Hans Lucas

L’annonce du prix des rencontres a faite le samedi 4 mai à la cinémathèque RIF de Tanger. La dotation du Prix des Rencontres photographiques professionnelles méditerranéennes “Face à la mer” inclut notamment :

Une formation à Paris de 10 jours au sein de la prestigieuse école de journalisme le CFPJ : https://www.cfpj.com/
Un espace membre et accompagnement professionnel sur Hans Lucas et Hans Lucas Méditerranée durant un an : http://hanslucas.com/
Une participation – conférence et projection – à Photo Doc. 2019 à Paris : https://photodocparis.com/
Une exposition à la librairie galerie Les insolites à Tanger : https://www.facebook.com/Lesinsolitestanger/ et http://librairielesinsolites.tanger.over-blog.com/
Une exposition durant le festival In Cadaqués en septembre 2019.
Une dotation financière de 2000 $ par la Fondation Alliances.

A la vue de la qualité des parcours et séries présentées, les membres du jury ont décidé d’attribuer des mentions spéciales à M’hammed kilito, Youcef Krache, Fethi Sahraoui, Yoriyas ainsi qu’au Collective 220.

Site des rencontres photo de Tanger :
http://rencontres-facealamer.com/

Site du lauréat Seif Kousmate :
https://www.seifkousmate.com/

Site des mentions spéciales :
M’hammed kilito : https://www.kilito.com/
Youcef Krache : https://www.kracheyoucef.com/
Fethi Sahraoui : https://www.instagram.com/fethi.sahraoui/
Yoriyas : https://yoriyas.com/
Collective 220 : https://www.collective220.net/

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X