Temps de lecture : 54 secondes

Pour sa troisième carte blanche, notre invité de la semaine, le photographe Bernard Descamps revient pour nous sur une de ses plus belles rencontres. Cela remonte à presque 25 ans, lors de son premier séjour en Centrafrique lorsqu’il découvre le Peuple Pygmées AKA. Il partage avec nous un texte qu’il avait écrit à cette époque.

Ma rencontre avec le peuple Pygmées AKA, 5 séjours en Centrafrique entre 1995 et 2000, fut une des plus fortes de ma carrière de photographe, tant sur le plan des images, que sur celui des échanges que j’ai pu avoir avec ces gens formidables…..
Aujourd’hui, 20 ans après, dans cette période de grande inquiétude quant à l’état de la planète, je repense à ce que j’écrivais alors :

Chasseurs – collecteurs, cette civilisation de l’éphémère représente un des plus beaux exemples d’équilibre écologique que la terre ait connu.
Alors que leur mode de vie est resté un des plus primitifs de la planète, les Pygmées ont traversé l’histoire moderne de l’Afrique en échappant aux grands cataclysmes: l’esclavagisme, la colonisation, et jusqu’à présent, l’épidémie du Sida.
Aujourd’hui, leur territoire est de plus en plus menacé et l’échange qu’ils entretenaient avec les « Grands Noirs » se modifie en leur défaveur, les conduisant malgré eux, vers un statut de sous prolétariat exploité et méprisé.
Perdant leur culture, ils deviennent l’Afrique de l’Afrique, mais sont pourtant les ultimes témoins d’un temps où l’homme savait exploiter la nature sans la détruire.

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu07nov(nov 7)13 h 00 min2020dim05jan(jan 5)19 h 00 minFragments de tempsBernard DescampsLe Château d’Eau - Pôle photographique de Toulouse, 1, Place Laganne 31300 ToulouseType d'événement:Exposition,Photographie

X
X