883 Views |  Like

Le photographe Bernard Descamps, est notre invité de la semaine

Temps de lecture : 1 minute et 49 secondes

Après cette folle semaine où toute la capitale a vibré au rythme de la photographie, nous avons le plaisir d’accueillir Bernard Descamps à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage « Natura ». La rétrospective de son travail qui devait être présentée au Château d’Eau de Toulouse a été remportée. Les expositions ont été fermées provisoirement en raison du changement de gestionnaire et de statut des salariés… Nous le retrouverons donc, on l’espère, bientôt en 2020 sur les cimaises du château d’eau !

Bernard Descamps est né à Paris en 1947. C’est la légendaire revue suisse Camera, qui publie pour la première fois ses photographies, en 1974, Alan Porter choisit les images et écrit le texte.
Sa première grande exposition est organisée par Jean Claude Lemagny à la Bibliothèque Nationale de Paris en 1975. La même année, il expose avec Florence Henri à la galerie m à Bochum (Allemagne).
En 1976, il participe à la grande exposition : « Photography as art – Art as photography, à Kassel (Allemagne), et expose avec André Kertesz au musée de Leverkusen (Allemagne).
En 1978 il réalise une exposition personnelle au centre Pompidou, Paris.
Il est un des membres fondateurs de l’agence VU en 1986.
En 1994, il est co-fondateur des premières rencontres de la photographie africaine de Bamako.
De 1994 à 2012, il est directeur artistique de la galerie du théâtre La Passerelle, à Gap.
Aujourd’hui il est représenté par la galerie camera obscura, à Paris, et la Box galerie à Bruxelles.
http://www.bernarddescamps.fr/

Portrait chinois de Bernard Descamps

Si j’étais une œuvre d’art : IKB3″, 1960, le grand monochrome bleu de Yves KLEIN
Si j’étais un musée ou une galerie : Le musée du quai Branly à Paris
Si j’étais un(e) artiste (tous domaines confondus): Bob Dylan
Si j’étais un livre : « Le hasard et la nécessité » du prof. Jacques Monod, prix Nobel de médecine en 1965
Si j’étais un film : « L’homme qui aimait les femmes » de François Truffaut avec Charles Denner
Si j’étais un morceau de musique : L’hymne américain par Jimi Hendrix au festival de Woodstock.
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : « La danseuse burlesque » de André Kertesz
Si j’étais une citation : « La photographie réussie, c’est la mort de la photographie ». Jean-Claude Lemagny, ancien conservateur à la Bibliothèque nationale.
Si j’étais un sentiment : La Justice
Si j’étais un objet :  Un instrument de musique
Si j’étais une expo : « Art brut » à la maison rouge, Paris, fondation Antoine de Galbert
Si j’étais un lieu d’inspiration : Le Sahara algérien
Si j’étais un breuvage : Le Chinon rouge de mon ami Pascal Avril
Si j’étais un héros: L’inspecteur Colombo
Si j’étais un vêtement : De bonnes chaussures de marche.

Retrouvez les cartes blanches de notre invitée

> Carte blanche à Bernard Descamps : Natura (le mardi 12 novembre 2019)
> Carte blanche à Bernard Descamps : Allen Ginsberg (le mercredi 13 novembre 2019)
> Carte blanche à Bernard Descamps : Le Peuple Pygmées AKA (le jeudi 14 novembre 2019)
> Carte blanche à Bernard Descamps : Les Rencontres photographiques de Bamako (le vendredi 15 novembre 2019)

A LIRE
Rencontre avec Nathalie Locatelli de la galerie 127 : « Le modèle est à réinventer au Maghreb, celui calqué sur l’occident ne fonctionne pas ! »

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu07nov(nov 7)13 h 00 min2020dim05jan(jan 5)19 h 00 minFragments de tempsBernard DescampsLe Château d’Eau - Pôle photographique de Toulouse, 1, Place Laganne 31300 ToulouseType d'événement:Exposition,Photographie