Temps de lecture : 1 minute et 43 secondes

Cette semaine, dans notre rubrique consacrée aux photographes, nous partageons avec vous une série réalisée par le photographe français Régis Feugère dans le cadre d’une résidence d’artiste à Bagnères de Bigorre. Il raconte les histoires du passé au travers de natures mortes en clair-obscur en résonance à la peinture classique.

Vestiges dessine une dramaturgie de l’absence soigneusement orchestrée ; les objets, émouvants, dans leur simplicité, et comme disséqués dans leur solitude par l’œil du photographe, offrent au regard une intimité modeste, tout en retenue. Régis Feugère croise des souvenirs qui ne lui appartiennent pas et dont l’affolante proximité dit quelque chose des existences des Bagnérais. Ces vestiges, venus s’échouer sur la table patinée d’un ancien préau, délaissés par le monde qui s’écoule au-delà d’eux, apparaissent sous un jour onirique, sinistrement comique parfois — ainsi du balai ou du collier de chien — traces nostalgiques, vides appelant d’impossibles crépuscules. Nos histoires, comment les raconter ? C’est peut-être la question à laquelle, le photographe tente de répondre ici. Sa maîtrise parfaite du clair-obscur recueille religieusement ces objets dépourvus de qualité esthétique et on se demande avec lui combien d’infinis peuvent contenir les choses ?
On chemine au travers des intimités traversées par l’objectif. Dans l’ombre, nous voyons briller le cuir sombre, presque noir, d’une paire de souliers, la lame usée d’un opinel, ou le bois vétuste d’une vieille malle. La violente nostalgie de l’enfance est exprimée ici par un ours en peluche qui, pudique, nous tourne le dos ; au-dessus de l’objet, tout se suspend et s’appesantit. Contemplés peut-être par le fantôme d’un vieil homme ou par celui d’une fillette mal aimée, les natures mortes de Régis Feugère sont comme des fulgurances dans la lumière hallucinante du crépuscule. La palette d’un peintre, un panier, une brique reposent immobiles, gouttes d’éternité dans la lumière oubliée des chaudes soirées bagnéraises. Autour des outils vermoulus, des ustensiles défraîchis, les vies des absents défilent, sublimes dans leur intense modestie et autour d’elle, le temps se fige, l’instant d’un bref cliché.
Julie Nakache

https://www.regisfeugere.com/


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

X
X