Temps de lecture : 1 minute et 45 secondes

Cette semaine, nous partageons, dans notre rubrique consacrée aux photographes, la série « Ecotone » de la photographe iranienne Morvarid K. Ce travail, emprunte la technique ancestrale japonaise du kintsugi, et a été réalisé et finalisé en 2019. Elle questionne les frontières de l’invisibles en donnant de nouvelles formes à la photographie.

Ecotone est une série de 27 oeuvres uniques de collage photographique, empruntant la technique ancestral du Kintsugi aux
artisans japonais afin de renouer avec l’imperfection et le passage du temps.
Ecotone est le second volet d’un plus grand projet de collaboration interdisciplinaire, initié par Morvarid K, avec l’artisan Makiē et Kintsugi Muneaki Shimode (JP), et les danseurs performers Yuko Kaseki (JP-GE) et Sherwood Chen (US-FR).
Le premier volet, appelé Cassures Sublimées, est une performance par Morvarid K, Yuko Kaseki et Sherwood Chen qui fait
l’éloge de la cassure comme génératrice. Une histoire de la beauté vulnérable de la cassure dansée, traversée par nos rêveries et notre vie.
Cette performance d’une heure laisse derrière elle une trace matérielle, des fragments photographiques chargés de l’emprunt
de la performance, à partir desquels Morvarid K construit Ecotone.
Ecotone est un écho à la notion de frontières invisibles, chère à Morvarid K, qui questionne toujours les délimitations
(imaginaires ou réelles) et les identités qu’elles modèlent. Ici le Kintsugi ne se trouve pas entre les fragments
photographiques mais plutôt entre la photographie et la surface blanche immaculée. Le Kintsugi forge l’identité en révélant la beauté dans l’imperfection. Bâtissant une entité unifiée, une ile dans un océan d’absence et de perfection stérile.
L’écotone, terme d’écologie, désigne la zone de transition et de contact entre deux écosystèmes voisins. Les écotones ont
une faune et une flore plus riches que chacun des deux écosystèmes qu’ils séparent.

Née à Téhéran en 1982, Morvarid K articule son travail artistique autour de la notion de frontière invisible – souhaitée ou subie. Elle cherche à créer des passerelles entre les identités et les cultures. Ses œuvres, souvent pièces uniques, sont réalisées sur une base photographique puis affinées en collages et superpositions, ajoutant parfois encre et dessin. Morvarid K explore également ses thèmes à travers des performances et des collaborations interdisciplinaires.

Site web : https://morvaridk.com/
Instagram : http://instagram.com/morvaridk.art


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

X
X