Temps de lecture estimé : 9mins

Il en va d’un mécénat réussi comme d’un millésime de champagne et la Maison Louis Roederer conjugue avec élégance et précision les deux versants d’une même histoire inscrite dans la fidélité et l’émotion. Alchimie du temps et du lieu, vertu de la patience, complexité et intensité. Si la dégustation est un art et les pensionnaires érudites et disciplinées des sous-sols de la rue rémoise de Savoye de véritables carmélites, nombreux sont les amateurs un peu fous d’un « Cristal », joyau de l’institution et véritable signature au pédigrée remontant à la Cour du tsar Alexandre II. Les collectionneurs d’art ne sont-ils pas aussi ces jusqu’au-boutistes du geste et de la révélation, en quête de toutes les flamboyances et vibrations de l’âme ?

Si les liens de la Fondation Louis Roederer avec la BnF remontent à 18 ans, c’est bien au nom d’une même intelligence de la culture et d’une éthique du temps partagé. L’exposition « Noir et Blanc : une esthétique de la photographie » au Grand Palais devait offrir un panorama de ces collections uniques au monde sous le prisme du monochrome et de ses expérimentations. Las, la pandémie va priver le public d’un tel éblouissement  soulignant le rôle essentiel du mécénat en cette période à travers un remarquable catalogue qui fera œuvre de mémoire.

À Reims, la Fondation soutient l’exposition du photoreporter Gilles Caron aux côtés de la Fondation éponyme dans le bel espace du Cellier, révélant les aspects plus intimes d’une personnalité hors du commun. Sa petite équipe a tenu à ce que l’exposition vive malgré tout et nous avons eu la chance de la découvrir en comité restreint et d’interviewer à cette occasion Michel Janneau, secrétaire général de La Fondation.

Manifestante républicaine, Derry, Août 1969 © Gilles Caron

Gilles Caron, en quoi sa personnalité vous a-t-elle séduit et résonne-t-elle avec les engagements de la Fondation ?

Sa personnalité m’a ému avant de me séduire, notamment le jour où j’ai dû me plonger dans la rédaction du communiqué de presse de l’exposition. C’est une personnalité hors du commun :  jeune, intelligente, pleine de courage et de tendresse pour ses proches, qui sait toujours aller à l’essentiel en grand professionnel. De plus, nous avions à cœur de nous consacrer davantage à Reims et à son rayonnement. Nous avions dans ce sens notamment contribué à la restauration d’un vitrail de la cathédrale. Nous constituons également une collection éclectique et embryonnaire mais que nous ambitionnons de montrer un jour dans notre cellier ou ailleurs. Elle est répartie entre notre Hôtel Particulier et nos bureaux également dans un autre bel immeuble rémois. Enfin, nous sommes en train de refaire le grand salon des caves dans lequel nous installerons certainement des œuvres de la collection. Il pourra aussi accueillir des expositions en lien avec d’autres événements proposés par nos partenaires.

« Grand Mécène de la Culture » la Fondation Louis Roederer a élargi son engament auprès de la BnF au Palais de Tokyo, au Grand Palais, au Festival américain de Deauville, à la Semaine de la Critique à Cannes, aux Rencontres d’Arles et Jeu de Paume. Quel en est l’acte fondateur ?

Si l’on remonte aux origines, quand nous avons créé la Fondation, nous voulions une fondation différente des autres qui étaient marquées par le narcissisme. Elles permettaient à des marques ou des hommes de marque de se sourire dans un miroir. Nous, nous tenions à instaurer sur une longue durée une relation amicale et sans clinquant autour du métier du Champagne Louis Roederer tout en participant à l’art sans cesse et partout en train de se renouveler. La photographie a été le premier jalon de notre aventure.

1er janvier 1972 à la Martinique
1972. André Kertesz © BnF – Département des Estampes et de la photographie
© Rmn-Grand Palais – Gestion droit d’auteur

Comment malgré la pandémie et un certain nombre d’évènements annulés ou reportés, avez-vous souhaité continuer à soutenir les institutions ?

Nous étions soucieux d’aider sur le plan financier les institutions qui rencontraient de réelles difficultés. La solution a été de travailler avec le digital et nous avons ainsi continué à annoncer les évènements initialement prévus pour leur donner de la visibilité. Nous avons relayé toutes les initiatives destinées à faire parler de nos amis, de leur programme et des artistes qu’ils souhaitaient mettre en avant. Nous avons développé par exemple avec Arles une sorte de constellation de petites capsules autour des lauréats du Prix Découverte de l’année 2020. Un autre exemple très probant aussi concerne le Grand Palais qui a développé des moyens d’une grande intelligence et prépare une visite virtuelle de l’exposition Noir et Blanc une esthétique de la photographie, puisque malheureusement elle ne sera pas visible. En termes de révélations, ce qui a aussi été extraordinaire est que Deauville a réussi à maintenir son festival de cinéma américain en partenariat avec le festival de Cannes et d’Annecy. Toutes les initiatives prises par nos partenaires dans leur créativité et leur singularité nous ont beaucoup touchés. C’est la grande victoire de ces temps de restriction.

Jeune fille au Leica, 1934. Alexandre Rodtchenko © BnF – Département des Estampes et de la photographie
© Adagp, Paris, [2019]

Le Havre, 1982. © BnF – Département des Estampes et de la
photographie © Gilbert Fastenaekens

En quoi cette crise renforce-t-elle les valeurs inhérentes à une maison telle que la vôtre, autour de la valorisation de nos savoir-faire, de la place de la nature dans nos vies, de la transmission et fidélité au temps ?

Il y a en effet une corrélation qui se dessine entre les valeurs de la Maison Louis Roederer et les leçons de cette crise. « Tutoyer la nature » est l’un des axes forts de cette chorégraphie de l’homme et la nature que nous déclinons et cette proximité avec le vivant que vous soulignez, se retrouve à tous les stades d’élaboration de nos vins et notamment l’ambitieuse conversion en bio du terroir que nous avons entrepris.

La Fondation de son côté a parfaitement rempli son rôle car elle a permis de garder un lien avec les institutions, les œuvres et les artistes, ce qui est à l’origine même de sa vocation. Nous avions d’ailleurs lancé une campagne Roederer intitulée « à la recherche de l’œuvre » pour organiser en toute modestie une passerelle entre l’œuvre champagne comme formidable catalyseur et les œuvres en général. Dans une crise telle que la nôtre il y a des révélations, de talents, de générosité, qui replacent l’humain au cœur de ce qui bouge. C’est aussi cette dimension qui nous habite autour de la rareté. Même si cette crise pèse sur l’entreprise, l’impact est moindre que pour ceux qui ont déployé des moyens marketing considérables alors que nous tenons beaucoup à notre dimension et nos règles de vie d’artisan.

Le silence. Paris, 1973 © BnF – Département des Estampes et de la photographie
© Bernard Plossu

Femme sur un banc. David Goldblatt © BnF – Département des Estampes et de la photographie

En 2021 la Fondation va fêter ses 10 ans, quel bilan ressort-il de ce parcours ?

Je tiens à souligner la notoriété à laquelle nous sommes arrivés par rapport aux objectifs et ambitions fixés au départ, basée sur une exigence de qualité tout à fait exceptionnelle en phase ininterrompue avec notre choix pour la BnF à laquelle nous devons beaucoup. Nous avons montré que nous étions capables de passer d’une exposition ésotérique comme Guy Debord à une exposition grand public magnifique comme Toulouse Lautrec au Grand Palais. Au gré de la toile que nous avons tissée de la BnF au Grand Palais, au Palais de Tokyo, à la Semaine de la Critique, nous sommes devenus une marque à l’affut du « beau » juste à côté. Devenir Grand Mécène de la Culture en 2011 a été l’étape décisive de notre légitimité.

En 2021, outre l’exposition « Henri Cartier-Bresson, le Grand Jeu » à la BnF, la Semaine de la Critique à Cannes, les Rencontres de la photographie à Arles et le Festival du Cinéma Américain de Deauville, nous soutiendrons les expositions : « Photographies du MoMa » au Jeu de Paume et « Vivian Maier, une photographe révélée » au Musée du Luxembourg à l’automne.

Vue de l’exposition Noir & Blanc : une esthétique de la photographie scénographie Maud Martinot © Rmn – Grand Palais, 2020 / Photo Didier Plowy

Vue de l’exposition Noir & Blanc : une esthétique de la photographie scénographie Maud Martinot © Rmn – Grand Palais, 2020 / Photo Didier Plowy

Vue de l’exposition Noir & Blanc : une esthétique de la photographie scénographie Maud Martinot © Rmn – Grand Palais, 2020 / Photo Didier Plowy

Avez-vous beaucoup écrit pendant ce confinement ? Sachant que c’est une passion qui vous anime également.

J’ai en effet beaucoup écrit, d’abord par indignation et curiosité car je rejetais le principe surprenant qui condamne l’économie la plus créative pour relancer la vie. J’ai aussi poursuivi mes pérégrinations dans la forêt landaise et partout où ma plume se tortillait d’envie de faire jouer les mots. Je suis d’ailleurs heureux de pouvoir éditer en mars un livre où il sera presque malgré moi beaucoup question de champagne et d’armagnac.

 À quand remonte votre rencontre avec l’univers du vin ?

Ma famille avait un très beau vignoble en Gascogne à quelques encablures d’une vénérable Maison d’Armagnac.

Mes frères et moi étions le plus souvent les pieds dans la vigne qui n’avait pas l’extraordinaire précision que l’on connaît en Champagne mais, peut-être, une autre poésie dans le désordre doré des feuilles et le passage des grives. Nous étions tous les trois amoureux du lointain sourire des Pyrénées.

INFORMATIONS PRATIQUES :

ven20nov(nov 20)14 h 00 min2021mer10fev(fev 10)18 h 00 minGilles Caron, un monde imparfaitLe Cellier, 4bis Rue de Mars, 51100 ReimsType d'événement:Exposition,Photographie

sam10avr(avr 10)14 h 00 mindim06jui(jui 6)18 h 00 minRescheduledUn monde imparfaitGilles CaronExposition décalée à avril 2021 (dates précises à venir)…Le Point du Jour, centre d’art/éditeur, 107, avenue de Paris 50100 Cherbourg-en-CotentinType d'événement:Exposition,Photographie

jeu12nov(nov 12)0 h 00 min2021lun04jan(jan 4)0 h 00 minMoved OnlineNoir & Blanc : Une esthétique de la PhotographieCollection de la Bibliothèque nationale de FranceLe Grand Palais, 3, avenue du Général Eisenhower 75008 ParisType d'événement:Exposition,Photographie


Noir et Blanc : une esthétique de la photographie, collection de la Bibliothèque Nationale de France en visite virtuelle sur le site
RMN – Grand Palais

Gilles Caron, un monde imparfait – Fondation Gilles Caron
La Fondation (louis-roederer.com)

A LIRE : 
Prix Découverte aux Rencontres d’Arles : Interview avec Michel Janneau de la Fondation Louis Roederer

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

En voir plus dans L'Interview