L'InterviewPhoto

70 ans du Laboratoire Picto : Entretien avec Sylvie Hugues, consultante et directrice artistique

Temps de lecture estimé : 3mins

En 2020, le laboratoire Picto soufflait ses 70 bougies. Un anniversaire célébré au travers de plusieurs projets événementiels et éditoriaux. Parmi eux, une série d’entretiens de personnalités du monde de la photographie : Picto & Guests. Chaque semaine, vous retrouverez sur le site de Picto, des rencontres en vidéo avec des experts qui partagent leur regard ou leur expérience de l’image et plus particulièrement du laboratoire et du tirage. Aujourd’hui, nous partageons l’entretien réalisé avec Sylvie Hugues, consultante et directrice artistique.

“Ce qui est important en photographie, c’est de savoir d’où l’on vient, connaître notre histoire et pour autant accueillir les nouvelles technologies et les innovations avec intérêt et curiosité.”

En 1992, Sylvie Hugues participe à la création du magazine Réponses Photo, dont elle assurera la direction de la rédaction pendant plus de 20 ans. Une rédaction qui avait la particularité d’être composée uniquement de « photographes qui savaient écrire plutôt que de journalistes qui faisaient de la photo ». Un point important qu’elle souhaite souligner qu’un tel magazine soit réalisé par des pratiquants. À cette époque, elle a assisté et suivi l’arrivée d’une révolution majeure en photographie, celle du numérique. Tant dans la production des images avec l’arrivée des premiers appareils digitaux, que dans leur restitution, avec le tirage. Une étape foisonnante qui ne s’est pas passée sans difficulté ni crainte. La question de la conservation des tirages numériques a été au centre de nombreuses inquiétudes et questionnements. Pour Sylvie Hugues, le numérique a su commencer à conquérir la profession au milieu des années 2000, à la maturité de la chaîne numérique, de la prise de vue à l’impression. L’arrivée du digital a ouvert l’utilisation hybride entre analogique et numérique, des procédés venus enrichir la créativité des photographes. Cependant la vraie révolution vient pour elle de l’impression, avec le choix très étendu des supports et une déclinaison riche de papiers.
Parmi ses nombreuses activités, Sylvie Hugues collabore avec la galerie Camera Obscura fondée par Didier Brousse, ancien tireur, elle regrette l’effet pervers du marché, poussant les artistes à éditer leurs œuvres en toute petite série : « je suis pour une démocratisation de la photographie, je regrette un peu l’époque où on avait la liberté de ne pas numéroter. La raréfaction a tendance à augmenter les prix, et moi j’ai toujours plaisir à vendre un tirage de Bernard Plossu par exemple à un prix plus abordable de 2000€. Je crains que le médium devienne de plus en plus inaccessible et que ça éloigne la photographie de son public. »

A LIRE : 
Le Prix HSBC pour la photographie annonce sa conseillère artistique 2021, Sylvie Hugues
Rencontre avec Sylvie Hugues autour de la 5ème édition du Festival du Regard à Cergy
Nos invitées de la semaine sont Sylvie Hugues et Mathilde Terraube

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

En voir plus dans L'Interview