Temps de lecture estimé : 4mins

Pour sa quatrième et dernière carte blanche, notre invitée de la semaine, Catherine Merckling, co-directrice à La Chambre (Strasbourg) nous dévoile le projet Correspondance, une collaboration transfrontalière entre la région et l’Allemagne. Initiée par Catherine Merckling, elle-même, cette idée est venue à l’occasion d’une réflexion sur le développement de la communication par l’image. La première édition s’est déroulée l’hiver 2020-2021, en plein cœur de la crise sanitaire, les photographes des deux côtés de la frontière ont échangé grâce à leur fibre créatrice et artistique. Et ce fut un vibrant succès !

Avec la proximité de l’Allemagne à Strasbourg – littéralement éloignée de quelques stations de tram -, les collaborations transfrontalières font partie des préoccupations ordinaires. Ce n’est pas toujours facile, les manières de travailler sont très différentes, ainsi que les modes de financement, et bien sûr la langue ! Mais c’est important d’entretenir cette richesse et cette ouverture. Je me dis souvent que si j’habitais au centre de la France, sans ces échanges, cette circulation, je m’ennuierais.

Correspondance – Le Flux – Christine Haberer, Elena Nora Geppert et Yohann Hector

A La Chambre nous encourageons la pratique de la photographie par les amateurs : il y a bien sûr les stages et les cours mais aussi, ponctuellement, des activités participatives avec un côté ludique. L’idée de Correspondance m’est venue comme un moyen de communiquer en dépassant la barrière de la langue. Nous avons rassemblé une vingtaine de participants français et allemands, volontaires issus des cours de photo de La Chambre et de notre partenaire allemand, la Kunstschule d’Offenburg. Leurs échanges ont été orchestrés par Nica Junker, artiste et enseignante berlinoise. Il s’agissait donc de dialoguer sur des thèmes choisis en n’utilisant que l’image, avec des correspondants au départ inconnus. Le concept était inédit mais il a fonctionné au-delà de nos espérances ! Les participants se sont vraiment pris au jeu, et les résultats se sont avérés d’une grande qualité. Il faut dire que le programme s’est déroulé pendant l’hiver 2020-2021, avec son cortège de restrictions et d’isolements : il a apporté une bouffée d’air salvatrice en termes de convivialité et de créativité. Comme tout se passait en ligne, c’est l’un des rares évènements qui a pu se dérouler (plus ou moins) comme prévu. Ainsi, malgré les différences de langue, d’âge et d’expérience en photographie, les correspondants ont pu créer des liens sensibles et partager leurs visions sur leur environnement quotidien, sur l’avenir du monde, et sur des notions telles que le flux ou le rêve. En regardant les fils d’images, on se laisse embarquer dans une conversation de formes, de couleurs et d’allusions sémantiques, qui évolue en rebondissant d’une photo à l’autre. Et les photographes ont été picturalement très bavards !

Correspondance – Le Flux – Béatrice Bauer et Hélène Natt

Lorsqu’ils se sont enfin rencontrés en personne à la fin du cycle à l’occasion de l’exposition de restitution, les langues se sont déliées, chacun avait beaucoup à dire sur ses images et celles qui les entouraient. Une sélection de photos a été montrée dans un parc qui s’étend de part et d’autre du Rhin, pour faire écho à l’aspect franco-allemand du projet. Correspondance a touché son but de communication non-verbale, en soulignant que la photo peut être un vecteur d’informations et d’émotions à part entière, et en activant la réflexion sur ses apports spécifiques par rapport au discours. Une expérience à renouveler !

Correspondance était l’une des actions du programme Diptyk – dialogues photographiques transfrontaliers, à découvrir sur http://www.diptyk.eu

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e