Temps de lecture : 1 minute et 38 secondes

Le 2 décembre dernier, le Lianzhou Museum of Photography était inauguré. Premier musée public dédié à la photographie en République Populaire de Chine, cette nouvelle institution s’est implantée à Lianzhou, ville de 500.000 habitants à quatre heures de route de Canton, dans le sud du pays. J’ai eu la chance de participer à la naissance de ce projet qui a mis seulement deux années à voir le jour.

Le lieu n’est pas choisi par hasard. La ville de Lianzhou a vu naître en 2005 l’un des festivals de photographie les plus reconnus de Chine, l’un de ceux qui ont perduré et acquis avec le temps un statut tout particulier auprès des photographes chinois qui n’hésitent pas à traverser le pays pour vivre le temps fort de la semaine d’ouverture. C’est donc en prenant appui sur le festival, que l’idée d’une structure pérenne a pris forme. Véritable atout culturel, social et politique, le nouveau musée après sa première année de vie, est plein de promesses. A distance et de façon équilibrée, Duan Yuting, co-directrice chinoise et François Cheval, co-directeur français, travaillent à délivrer une programmation éclectique et juste, à l’aide d’une équipe soudée dont je suis fière de faire partie avec Hu Ruohao.

L’architecture du Lianzhou Museum of Photography se révèle à la fois d’une grande modernité et bien ancrée dans ce quartier ancien et plutôt typique de la ville. Le cabinet O-Office Architects basé à Canton est à l’origine de cette proposition. Jeunes et pour la plupart formés en Europe, ils ont l’audace et la pugnacité nécessaires pour porter et mener le projet à bien. La force du concept repose sur une petite tuile fine principalement utilisée dans cette région de la Chine. Compactées et montées à la verticale, les tuiles recouvrent la façade, une partie du toit terrasse et la partie arrière du bâtiment, nous laissant l’impression que le musée n’est qu’un large toit abritant salles d’expositions, réserves, jardins, bureaux, salle de conférence et espace de projection. La partie inférieure de la façade est composée de blocs de bétons habituellement utilisés au sol pour les emplacements de parking. C’est cette inversion des éléments, – le toit et le sol qui deviennent façade – qui rend l’architecture si originale et adaptée au paysage urbain environnant. Aujourd’hui, le pari, comme vous pouvez le voir sur le diaporama, en particulier sur les vues aériennes réalisées par drône, est tenu.

Actuellement, et jusqu’au 4 novembre, on peut visiter, au LMP, les expositions suivantes :
– Kurt Tong « The Queen, The Chairman and I »
– Li Lang « 1974 »
– Kourtney Roy « I Drink »
– Ali Zanjani « Without Prostration »
http://www.lmop.org.cn/en/

X
X