Temps de lecture : 1 minute et 14 secondes

Parlez-vous architecture bio-computationnelle, wetware ou bio-hacking ? Derniers jours et il faut se précipiter pour voir le vaste cluster néo-biologique du Centre Pompidou, une plateforme/laboratoire qui infuse le vivant à l’ère des nouvelles matérialités scientifiques. Des œuvres mutantes et futuristes rassemblées le temps de la 3ème édition de Mutations/Créations. Entre naturel et artificiel, design et architecture, innovation et prospective, dans le sillage de l’art transgénique, un nouveau champ des possibles émerge, le « semi vivant », issu de l’ingénierie génétique et du biologique synthétique.

Nous partons à la découverte des potentialités du mycélium de champignon, de l’odeur de plantes disparues au XIXIème siècle, d’algues qui respirent, de cocons de vers à soie fabricants de meubles..dans une semi obscurité qui favorise une atmosphère de contemplation assez hypnotique. De plus de petits animaux sonores invisibles viennent peupler nos réflexions par l’action furtive du compositeur Jean-Luc Hervé.

Les installations présentées sont de véritables écosystèmes auto-génératifs, comme EcologicStudio et le BiotA Lab de Marcos Cruz de Londres, l’agence française X-TU ou les métabolistes japonais.

Les organismes vivants sont bel et bien l’or vert de demain !

Hicham Berrada, Andreas Greiner, Karl Sims, Elaine Whittaker mais aussi Jean Painlevé ou Laure Albin-Gillot forment ce panorama d’artistes, designers, chercheurs, entrepreneurs qui repoussent les limites de l’intelligible.

En parallèle, l’artiste brésilienne Erika Verzutti est invitée par Christine Macel sur tout l’espace de la galerie 3. Un art du vivant à rebours de toute emprise technologique, autour de la matière et du geste. Constituées en familles, ses sculptures entre humour et ironie, entretiennent des conversations autour des clichés liés au féminin et aux injonctions sociales. A partir d’objets trouvés dans sa cuisine elle réalise par addition ou soustraction, des sculptures en ciment, bronze ou papier mâché, rehaussé de peinture. Impertinentes et drôles, érotiques et vibrantes, ces créatures hybrides renvoient également au modernisme brésilien autoritaire même si l’indiscipline finit par reprendre le dessus !

INFOS PRATIQUES :
/!\ Derniers jours ! jusqu’au 15 avril 2019
La fabrique du vivant – Mutations/Créations 3
Erika Verzutti
Centre Pompidou
75004 Paris
https://www.centrepompidou.fr/

X
X