Temps de lecture : 3 minutes et 17 secondes

a ppr oc he 2019 propose 15 artistes sélectionnés pour la troisième édition du salon, dont 12 sont représentés par une galerie. Pensé comme un salon marchand avec un regard curatorial qui fait tomber les murs symboliques entre monde de la photographie et monde de l’art contemporain, Emilia Genuardi et Elsa Janssen ont invité pour cette 3ème édition le critique d’art Étienne Hatt en tant que co-directeur artistique.

Emilia Genuardi, fondatrice et directrice

C’est sans doute de son histoire multiculturelle, qu’Emilia Genuardi tire sa curiosité et son appétit pour les rencontres artistiques. Née à Téhéran, elle grandit à Rome, puis au Luxembourg pour finalement faire des études d’histoire de l’art à l’Université de Manchester. C’est à Paris, en 2000, qu’elle décide de s’installer pour entamer sa vie professionnelle dans le milieu de la photographie. S’ensuivent différentes collaborations en tant qu’agent d’artistes photographes, experte pour les maisons de vente et directrice artistique. Ces diverses expériences la confortent dans sa passion pour la photographie et l’amènent petit à petit vers l’art contemporain. En 2017, elle cofonde avec Sophie Rivière le salon a ppr oc he. L’année suivante Emilia Genuardi s’associe avec Elsa Janssen pour créer a ccr oc he, société de production d’événements culturels, qui produit le salon a ppr oc he.

Elsa Janssen, directrice

Elsa Janssen est experte dans la programmation d’évènements culturels. Elle a débuté sa carrière dans le groupe Galeries Lafayette, au sein duquel elle a été de 2007 à 2017 directrice des événements culturels: pendant 10 ans, elle a développé et dirigé la Galerie des Galeries, l’espace culturel des Galeries Lafayette Haussmann, pour laquelle, elle a monté plus de 40 expositions. Passionnée par la création sous toutes ses formes, elle s’attache à développer des projets avec des créateurs venus de tous horizons (arts plastiques, mode ou encore design): parmi eux, Philippe Katerine, Hans-Peter Feldman, Olivier Saillard, Maurizio Cattelan, Alex Prager, ou encore Xavier Veilhan. En 2017, elle crée sa structure de conseil en direction artistique ; en 2018, elle fait la rencontre d’Emilia Genuardi et elles fondent ensemble a ccr oc he.

Elles nous dévoilent les temps forts de cette 3ème édition.

Les nouveautés de cette 3ème édition ?

E. J. : Il n’y aura que des nouveautés avec les 15 artistes sélectionnés cette année !
Nous sommes très heureuses d’accueillir pour la première année une artiste et une galerie sud-africaines, avec Lebohang Kganye et Afronova. Quant au secteur a ppr oc he, il se développe cette année avec 3 artistes : Eléonore False, My-Lan Hoang-Thuy et Dune Varela.

Quels critères selon vous feront de cette édition une réussite ?

E. J. : Des artistes et des galeristes heureux : nous espérons qu’ils feront de belles rencontres avec des professionnels et des collectionneurs, de belles ventes bien entendu. Une bonne ambiance est primordiale, a ppr oc he est un salon à taille humaine où l’échange et la convivialité sont des enjeux majeurs. Nous avons hâte également de retrouver notre public fidèle et d’accueillir de nouveaux visiteurs français et étrangers.

Les participants sont 15 cette année, comment avez-vous décidé de leur choix ?

E. G. : Durant toute l’année, Elsa et moi allons à la rencontre des artistes, réalisons des visites d’ateliers d’artistes et parcourons les foires. Le but étant de réunir au sein d’a ppr o che autant de manières d’expérimenter le medium photographique. a ppr oc he propose un regard curatorial sur la scène photographique contemporaine. 
A ppr oc he combine l’exigence de la conception d’une exposition avec les enjeux d’un salon marchand.

Quelles évolutions dans les pratiques artistiques photographique remarquez-vous récemment au fil des éditions ?

E. G. : Avec, cette année à  appr oc he, une majorité d’artistes nés dans les années 80, on observe aujourd’hui une génération soucieuse de la nature et proche des sujets environnementaux (Anaïs Boudot, Douglas Mandry, Benoît Jeannet). La pratique du collage, des associations, d’un certain rapport à la géométrie confirment la nécessité pour certains de développer une écriture automatique capable de neutraliser leurs activités psychiques (Jonny Briggs, No. Sendas, Lindsay Caldicott, Éléonore False). Les références au passé, le dialogue des mémoires invitent à comprendre les interrogations des enfants issus des flux migratoires (My-Lan Hoang-Thuy, Lebohang Kganye). L’appropriation des images pour leur représentation et leur matière servent de point de départ pour la cr.ation d’oeuvres composites révélant les tensions du monde actuel (Cathryn Boch, Pugnaire & Raffini, Dune Varela). Enfin, pour certains, la photographie continue à être explorée pour ses propriétés essentielles, approfondissant la sémantique des couleurs en chambre noire ou encore la magie de la photosensibilité (Laure Tiberghien, Thomas Paquet, Sébastien Reuzé).

À quand remonte votre 1er contact avec l’image photographique ?

E. G. : À l’université, un ami m’a fait découvrir son labo photo .C’est par l’expérimentation en chambre noire que j’ai commencé à m’intéresser à la photographie. À ses différents procédés, à la prise de vue et à son histoire.

E. J. : J’ai un grand souvenir de l’exposition Le Feu Follet de Nan Goldin au centre Pompidou en 2001. J’avais été marquée par la lumière de ses images, la grande empathie pour ses sujets, ses photographies sont à la fois teintées d’une grande douceur et d’une grande violence.

INFORMATIONS PRATIQUES

ven08nov(nov 8)14 h 00 mindim10(nov 10)19 h 00 minSalon A pp roche 2019Le Molière, 14, rue de Richelieu 75001 ParisType d'événement:Exposition,Salon


Gratuit sur réservation : Cliquez-ici pour effectuer votre réservation
http://approche.paris/

A LIRE :
Paris capitale de la photographie, les immanquables de la semaine !
Emilia Genuardi, Directrice du Salon A pp roche, est notre invitée

X
X