800 Views |  Like

Carte blanche à Nicolas Henry : La Collection Bachelot

Temps de lecture : 1 minute et 9 secondes

Pour sa première carte blanche, notre invité de la semaine, le photographe français Nicolas Henry revient sur l’exposition de la Collection du couple de collectionneurs Bachelot présentée le mois dernier au Salon de la Photo. Il revient sur une sélection d’œuvres exposées aux côtés de deux de ses photographies.

Après ma conférence avec Florence Drouhet, je monte à l’étage du Salon de la Photo pour voir la magnifique exposition de la collection Florence et Damien Bachelot où j’ai deux pièces présentées parmi, de mon point de vue, les plus grands maîtres de notre discipline. Ce couple de collectionneurs, je les connais depuis de longues années, ils m’ont aidé et conseillé à des étapes clefs de mon parcours. Cela balance sacrément, un ensemble de Mitch Epstein, Jurgen Nefzger, un Nan Goldin frappant, Ambroise Tézenas… Il y a deux photos de mes travaux que je considère comme étant parmi les plus intéressantes.
A deux pas de l’image que j’avais fait de Moussa à Istambul, il y a ce sublime ensemble photographique de Luc Delahaye.

Cela représente le nettoyage d’un défunt, le sujet est très émouvant, la lumière absolument parfaite, l’ensemble de tableaux en tout point Caravagien, tout comme le focus sur les mains. Les images ont été tirées d’un film qu’il a fait avec son iPhone. Ces mains nous parlent, se parlent entre elles et on ressent une avalanche de sentiments. C’est mystérieux comme la mort, c’est émouvant et effrayant, cela parle au fond de nous et cela remue intensément.

Quand j’étais au Beaux Arts, mon professeur Christian Boltanski m’a dit un jour qu’il y avait que quelques thèmes dramaturgiques sur lesquels travaille l’être humain. Ce travail nous plonge dans l’essentiel, et le théâtre artistique rejoint le théâtre de la vie.

https://www.nicolashenry.com/

A LIRE
Paris capitale de la photographie, les immanquables de la semaine !