L'Invité.e

Carte blanche à Stéphane Brasca : Islande, île noire de Marc Pollini

Temps de lecture estimé : 3mins

Pour sa première carte blanche, notre invité de la semaine, le directeur de publication de De l’Air, Stéphane Brasca, nous présente “Islande, île noire” de Marc Pollini, le dernier ouvrage qu’il vient de publier. Ce road-movie à travers cette île de l’Océan Atlantique nord est devenu un objet d’encre et de papier. De l’aveu même de Stéphane Brasca, son plus bel ouvrage à ce jour, préfacé par William Navarrete et Bernard Plossu.

Si De l’air a été créé avec un petit groupe de photographes, qui s’est élargi au fil des années, il n’a jamais été un journal intime réservé à une bande de copains. Ses portes sont toujours restées grandes ouvertes à tous, connus ou inconnus, pro comme amateurs. J’aime l’idée de détecter des talents, le plus tôt possible, de les promouvoir sans me soucier s’ils ont été déjà publiés, exposés, reconnus… Beaucoup d’auteurs ont ainsi été publiés pour la première fois dans de l’air. Un grand nombre collabore encore avec nous. Ce parti-pris nous a permis de fêter nos dix ans à la MEP à travers une exposition justement intitulée Génération de l’air.

Malgré les années, l’expérience, la baisse aussi de la pagination, je continue de rester en veille, en quête d’écritures originales. Evidemment, sur 100 portfolios reçus, un seul peut-être sera retenu car, en toute subjectivité, je lui ai trouvé un style, une originalité, un sens. Il me donne à voir différemment sur un sujet, un thème nouveau ou parfois maintes fois traité. J’ai rencontré Marc Pollini à Nice en 2018 lors d’une lecture organisée par un petit festival local, Déclics niçois. Il m’a montré ses photos en noir et blanc sur l’Islande, terrain privilégié depuis quelques années des photographes du monde entier. Pour la petite histoire, dans le premier numéro du magazine de l’air, en avril 2000, nous avions publié un sujet de Julien Chatelin* sur ce pays alors méconnu. Marc Pollini n’est pas à proprement parler un photographe professionnel. Il a commencé la photo à 20 ans mais la vie a fait qu’il a rangé son appareil pour suivre une autre voie.

Il y a quelques années, à l’approche de la cinquantaine, il a décidé de reprendre le fil de sa vie d’avant et de se consacrer à ce qu’il aimait le plus. Lors de cette lecture, j’avais apprécié son regard sur cette terre de feu et de glace. L’Islande qu’il souhaitait révéler était sombre, oppressante, mystérieuse, physique. Il l’avait abordé comme un territoire emprisonné par l’océan, à l’image de toutes les îles finalement… Pas étonnant de la part de ce Corse qui vit entre Nice et Bastia. Nous avons très vite convenu d’une publication dans de l’air et d’un ouvrage, profitant plus tard d’une exposition à la galerie du musée de la photographie Charles Nègre à Nice. Entre temps, Marc avait refait deux voyages sur cette île de plus en plus étrange et avait affiné son histoire.

En février 2020, sortait des presses de l’imprimerie EBS de Vérone Islande, île noire. Le road-movie de ce “jeune” photographe est devenu un objet d’encre et de papier. Mon plus bel ouvrage à ce jour, préfacé par William Navarrete et Bernard Plossu, vieux compagnon de route de notre revue pour qui l’Islande de Pollini n’est rien de moins qu’un “poème dingue et incontrôlable”!

*Julien Chatelin, qui fera l’objet d’une carte blanche ce mercredi.

https://marcpollini.com/

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e