EvénementsL'InterviewPhoto

Cinq histoires de famille
Entretien avec Catherine Poncin

Temps de lecture estimé : 4mins

Le 6 avril, l’Hôtel de Sauroy accueille cinq femmes photographes autour d’une thématique commune, celle des histoires de famille. Une exposition intitulée « Cinq histoires de famille » réunissant cinq auteures éditées par les éditions Filigranes. À cette occasion, 9 Lives magazine vous propose – tout au long de cette semaine – de rencontrer chacune des artistes exposées et de plonger dans leurs histoires familiales respectives. Aujourd’hui, c’est la photographe française Catherine Poncin qui nous présente sa série »Par Monts et Vallons ». Ce n’est pas son histoire familiale qu’elle nous raconte mais celles des autres à travers des archives de tout un territoire…

Quelle est votre première rencontre avec la photographie ?

Je pense qu’il y a dans mon cas, plusieurs causes convergentes dont celle face trouée de mon grand père.
J’étais petite fille lorsque ma grand mère Lulu sortie un jour de boites à chapeaux, les ‘photographies de famillle’. Elles étaient nombreuses, en vrac, la plupart accompagnée de ses commentaires. Un homme hantait nombreuses de ses images, il n’était pas fantomatique mais remarquablement amputé. Mon grand-père avait demandé le divorce… Lulu s’était battue longtemps …. Puis vaincue, tenta de l’oublier en découpant soigneusement sur chacune des photographies son visage.
C’est ainsi que je connu mon grand-père, un homme corps aux faciès béant…..
J’habitais à Montreuil lorsque j’entrepris ma première série ‘Polysémie Mémoria’ 1991 – constituée à partir d’images glanées sur le marché aux Puces. Les photographies de familles y étaient nombreuses. Je reconstituais me semble t il par ma démarche photographique, la figure de mon grand père à travers la multitude des visages anonymes sur lesquels j’allais désormais travailler.

Dans quel contexte et comment avez-vous décidé d’entamer cette série ?

Christine Ollier dans le cadre des résidences initiées par Art Culture & Co m’a proposé de faire une résidence artistique dans la région du Perche.
Cette opportunité m’a amené à initier une série ‘Par Monts et Vallons, l’Avant Perche’ sur le thème passionnant de la photographie de famille en zone rurale – j’ai rencontré de nombreuses familles issues du territoire et j’ai pu explorer les fonds des archives départementales de l’Orne, trésors photographiques du 20ème retraçant portraits – architectures et paysages.

Comment avez-vous décidé de traiter ce sujet ?

Ce sujet est un thème récurant qui jalonne mon parcours. J’ai réalisé une série ‘sans conte ni légende’ 2003 – Sur le thème de la photographie de famille au Maroc, ‘Vis à Vis’ sur celui de la photographie de famille liée à l’immigration maghrébine en région PACA, 2006 puis en Seine St Denis, 2007.
Suivant la démarche photographique que je poursuis ‘De l’image, par l’Image’ qui relie photographies trouvées, mémoire et patrimoine – j’ai réalisé cette nouvelle série ‘Par Monts et Vallons, l’Avant Perche’ en 2021. Les pièces photographiques sont pour la plupart composées en diptyques ou triptyques. S’y superpose entre les strates d’un même territoire des fragments d’histoires d’hommes, de femmes, d’enfants qui rejoignent l’histoire universelle de la famille et du territoire.

En abordant le thème de la famille dans votre série, pensez-vous que la photographie joue un rôle de thérapie ?

Tout acte artistique est lié intrinsèquement au regard personnel que nous portons sur le monde, aux engagements et revendications que nos menons au sein des sociétés. Je ne pense pas qu’une œuvre soit un exutoire ou une thérapie mais plutôt le reflet de ce que nous sommes, avons le courage de défendre et d’exposer au grand jour !

Hormis la thématique, y a t-il un lien qui vous rassemble toutes les cinq ?

Hormis la thématique et notre profession d’artistes photographes….
Et bien….. nous sommes des femmes… qui comme dans beaucoup de sociétés dans le monde transmettons mémoire et qui n’avons pas peur d’enfoncer les portes du silence, des non dits ….
Et puis il y a Patrick le Bescont qui nous accompagnent dans nos projets, les porte jusqu’à leurs éditions ! Une écoute, une professionnalité, une amitié qui défit le temps et les épreuves ! C’est précieux !
Toujours grand merci à Patrick et à Jacques Borgetto qui nous accueille et nous rassemble au sein de l’Espace Photographie de Sauroy.

INFORMATIONS PRATIQUES

mer06avr(avr 6)15 h 00 mindim17(avr 17)20 h 00 minCinq histoires de famillecinq regards — cinq artistes58 Rue Charlot 75003 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Par Monts et Vallons
Rencontre Catherine Poncin – Christine Ollier
Édition Filigranes
Sortie en septembre 2021
12 x 16,5 cm, 112 pages
ISBN : 978-2-35046-541-8
10€
https://www.filigranes.com/livre/rencontre-catherine-poncin-christine-ollier/

A LIRE :
Cinq histoires de famille Entretien avec Alexandra Bellamy
Cinq histoires de famille Entretien avec Sylvie Hugues
Cinq histoires de famille Entretien avec Rima Samman

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

En voir plus dans Evénements