Temps de lecture : 51 secondes

Avec sa nouvelle exposition, la galerie londonienne Michael Hoppen rend hommage au photographe Enrique Metinides. Pendant plusieurs décennies, il a été le témoins des faits divers de la ville de Mexico : accidents, incendies, suicides, noyades, scènes de crimes… il a tout vu et tout photographié.

La première fois que j’ai vu les photographies d’Enrique Metinides, c’était aux Rencontres d’Arles il y a quelques années… Je m’en souviens car l’exposition « 101 tragédies » provoquait des malaises chez certains visiteurs. Ce genre de réactions est plutôt rare dans les expositions – surtout à Arles – mais voilà, les images sont crues et la scénographie montrait une accumulation de unes de presse sur les murs. Difficile à supporter pour les plus sensibles…

C’est à l’âge de 10 ans qu’Enrique Metinides commence à photographier lorsque son père lui offre un appareil Kodak Brownie, peu après il se met à photographier les accidents de voitures qui surviennent dans les rues de son quartier à Mexico City. Enjoué par cette « passion », il recherche à étendre ses occasions de prise de vue, ainsi il se rend au poste de police, à la morgue et il devient bénévole pour la Croix-Rouge pour suivre les ambulances. Il photographie son premier cadavre à l’age de 20 ans, c’est également la première image qu’il publiera. C’est ainsi que sa carrière commença…

EXPOSITION
The Man Who Saw Too Much
Enrique Metinides
Du 9 février au 24 mars 2017
Michael Hoppen Gallery
3 Jubilee Place
London SW3 3TD
Royaume Uni
http://www.michaelhoppengallery.com
http://www.enriquemetinides.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

X
X