Temps de lecture estimé : 12mins

Pour sa troisième carte blanche, notre invité de la semaine, Ferit Duzyol, Président des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt, a choisi de nous présenter deux séries finalistes de l’édition 2023/2024. En dehors des lauréates RPBB de cette année qui sont Anaïs Tondeur et Natalya Saprunova, Ferit nous partage deux séries coups de cœur réalisées par les deux finalistes Byron Smith et Alain Schroeder.

Le Grand Jury des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt (RPBB) a eu lieu le mercredi 28 février 2024, les débats étaient très passionnants et riches. Nous avons été touchés par l’originalité, la diversité des sujets et l’excellence de leur travail tout à fait cohérent avec la démarche documentaire.
Ce sont dix finalistes du Prix RPBB 2024 qui ont été choisis par ce jury de professionel·les. Leurs candidatures ont été longuement discutées et vivement défendues au cours de ce jury qui s’est déroulé sous la présidence de Laurent Bignolas.

En dehors de nos lauréates RPBB de cette année; Anaïs Tondeur et Natalya Saprunova que nous allons exposés à Boulogne-Billancourt, j’aimerais vous présenter aussi le travail de deux autres photographes qui sont mes coups de cœur: tous les deux, finalistes parmi d’autres, des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024 : Byron Smith et Alain Schroeder.

Byron Smith – Testament ’22

Les réfugiés ukrainiens font la queue pour monter à bord d’un train à destination de la Pologne à la gare centrale de Lviv, en Ukraine. 3 mars 2022. Moins d’une semaine après le début de la guerre d’agression russe en Ukraine, un million de réfugiés ont quitté leur foyer. 
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt  – RPBB 2023-2024

Un groupe de déplacés ukrainiens qui ont fui Irpin, une banlieue de Kiev qui a connu d’intenses combats et bombardements, arrive dans une zone avant la destruction du pont menant à la ville au cours de la troisième semaine de l’invasion russe. 12/03/2022.
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt  – RPBB 2023-2024

En mai 2022, j’ai rencontré Natalya, une mère qui pleure son fils, enterré au cimetière d’Irpin, près de Kiev. Au cours des semaines précédentes, des centaines de corps avaient été exhumés dans les environs de Bucha. Elle m’a raconté comment son fils Alexander, 40 ans, agent immobilier, a été tué en tentant de 
la sauver au moment où les troupes russes entraient dans la ville alors qu’elle se cachait dans un abri souterrain. Deux semaines après avoir quitté sa cachette, 
la femme d’Alexandre a informé sa belle-mère du sort de son fils. Elle a déclaré
: « Lorsque les volontaires l’ont trouvé, il montrait des signes de torture et avait une blessure par balle à l’arrière de la tête ». Elle fait partie des nombreuses personnes que j’ai rencontrées et qui ont vécu des histoires tout aussi horribles.
Je fais des allers-retours en Ukraine depuis le début de la nouvelle phase de la guerre, le 24 février. Au fur et à mesure que mon approche de l’histoire progresse, mon objectif est de changer de vitesse et de travailler lentement dans les villages et les villes nouvellement libérés.

Un groupe de volontaires humanitaires, qui aidaient les réfugiés en fuite, et les journalistes sont contraints de se cacher dans un fossé au bord de la route alors qu’un barrage d’artillerie russe approche une zone proche du pont qui relie Kiev à Irpin. La région a été le théâtre d’intenses combats au cours de la troisième semaine de l’invasion russe. Mars 2022. 
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Yelena Herhel se console avec le corps de son mari Arkadiy Yasinsky, un civil tué par les forces russes à un poste de contrôle militaire à Stoyanka, un village à l’ouest de Kiev, lors des funérailles à Kiev le lundi 14 mars 2022. 
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

ENREGISTRER LES HAUTS ET LES BAS DES CIVILS QUI TENTENT DE TOUT RECONSTITUER, ALORS QU’ILS COMMENCENT A RECONSTRUIRE LEUR VIE, EST LE MEILLEUR ESPOIR DE NE JAMAIS LAISSER CES MOMENTS DISPARAITRE DANS UN LOINTAIN SOUVENIR TRAUMATISANT.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine, près de six millions de réfugiés ont fui vers les pays voisins et sept millions sont actuellement déplacés. L’invasion a piégé
la nation de quarante-quatre millions d’habitants dans une guerre avec l’une 
des armées les plus grandes et les plus sophistiquées du monde. Il est évident que l’armée russe a l’intention de briser la population civile en commettant des atrocités insondables, notamment des bombardements quasi constants, des exécutions et des viols systémiques, alors qu’elle tente d’avancer à travers les villes peuplées et les villages ruraux.
Les images se veulent un témoignage personnel mettant en lumière l’humanité au milieu des coûts incalculables de cette tragédie insensée. Je souhaite que
la série apporte une juste contribution au corpus considérable de travaux et preuves de mes incroyables collègues documentant ces crimes toujours en cours.
Le titre de ce projet vient de la version du poème original “Testament” (Zapovit, 1845) de Taras Shevchenko, dont les œuvres littéraires sont considérées comme la base de la littérature ukrainienne moderne.

Messe dominicale dans une église qui se trouvait autrefois sur la ligne de front et qui a ensuite été endommagée par les bombardements russes. Juin 2022.
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Après leur retour du camp d’été, des préadolescents ukrainiens regardent un bâtiment touché par une frappe aérienne russe depuis le toit d’un autre bâtiment bombardé qu’ils ont exploré dans le centre de Tchernihiv le 25 juillet 2022.
© Byron SMITH, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Byron Smith est un photographe indépendant américain actuellement basé à Athènes, en Grèce.
Avant de s’installer à Athènes à l’été 2019, il a travaillé comme journaliste à New York à partir de 2011. Son travail a été publié dans de nombreuses publications réputées telles que The New York Times, Getty Images, Le Monde, Libération, The Guardian, Der Spiegel et le Wall Street Journal.
Le travail de Smith a été reconnu par de nombreux prix et bourses.
En 2022, il a été sélectionné comme membre de la VII Academy. Il a également été choisi pour rejoindre le Chico Book Review en 2023. De plus, il a été nommé premier finaliste du concours Athens Photo World 2022 et deuxième finaliste du concours 2020 pour son travail à Londonderry, dans le nord du pays, avant le Brexit. Irlande.
Une sélection de son travail en Ukraine de 2022 a été exposé au Capitole des États-Unis et à Oxford University en 2023, remportant une reconnaissance significative pour sa représentation du conflit en cours.
Dans l’ensemble, l’œuvre de Smith reflète sa passion et son engagement envers le photojournalisme documentaire traditionnel ainsi que son dévouement à capturer le plus fidèlement possible l’expérience humaine à travers son objectif.


Alain Schroeder – Climate injustice

Barisal, division de Barisal, Bangladesh. 
Portrait d’un garçon regardant la pluie de mousson devant sa maison en aluminium ondulé et bambou à l’embouchure de la rivière Meghna, près de l’île de Bhola. La maison est protégée de l’érosion fluviale par des sacs géotextiles remplis de sable.
L’île de Bhola mesure +/- 100 km de long et compte 1,9 million d’habitants. Il devient de plus en plus allongé en raison de l’érosion de la rivière Meghna. Il se trouve à seulement 1,8 m au-dessus du niveau de la mer à son point le plus élevé. De grandes parties de l’île ont déjà été inondées par l’eau de mer et l’île risque sérieusement de disparaître complètement.
©Alain Schroeder, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Dohar Mainat Ghat à côté de la rivière Padma, district de Dhaka, Bangladesh
Portrait d’un groupe de travailleurs faisant une sieste lors d’une pause, utilisant des géobags comme couvertures.
Ces ouvriers remplissent de sable des centaines de géobags dans un ballet incessant. Les sacs sont jetés dans la rivière Padma pour construire un barrage de protection.
©Alain Schroeder, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Le Bangladesh est gravement touché par les changements climatiques qui s’intensifient. Les principaux impacts ont des conséquences dévastatrices et incluent une augmentation des sécheresses et des inondations, la montée du niveau de la mer menaçant les côtes, une salinité accrue des rivières et des sols, la fonte des glaciers de l’Himalaya qui accentue l’érosion des berges des principaux fleuves, détruisant les infrastructures et les habitations, et provoquant des pertes de récoltes, de biens et de vies humaines.
Ces événements créent des problèmes de chômage, exacerbent la pauvreté et encouragent les migrations internes forcées qui deviennent de plus en plus courantes. Environ 2 000 personnes arrivent à Dhaka chaque jour. Les migrants se retrouvent souvent dans des bidonvilles urbains, tandis que certains s’installent sur des iles fluviales mouvantes appelées “chars”, même si ces zones sont également vulnérables. Tandis que d’autres cherchent à émigrer vers l’Inde ou vers les pays du Golfe pour trouver du travail.

uakata, golfe du Bengale, division de Barisal, Bangladesh. 
Portrait de Harun, 38 ans et de son épouse Khadizar, 32 ans. Né à Kuakata, Harun travaillait dans le secteur de la construction et conduit désormais un pousse-pousse automatique. Lors du cyclone Sidr en 2007, la maison de son frère a été emportée par la mer. Debout sur ce petit bout de terre, il se souvient qu’il y a 15 à 20 ans, le rivage se trouvait à trois kilomètres.
©Alain Schroeder, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Bogura, Saria Kandy, division Rajshahi, Bangladesh.
Portrait d’un homme dormant sous certaines parties de sa maison. Il a pu sauver quelques pièces, dont une table et un banc. Le reste a été emporté par l’érosion dans la rivière Jamuna le 4 septembre 2023.
©Alain Schroeder, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt – RPBB 2023-2024

Le Bangladesh, densément peuplé et en grande partie situé à 12 mètres sous le niveau de la mer, est particulièrement vulnérable. Environ 50 % de ses terres seraient inondées avec seulement un mètre d’élévation du niveau de la mer et d’ici 2050, entre 15 et 20 % des terres pourraient disparaître, entrainant de 25à 30 millions de réfugiés climatiques, déstabilisant le pays et les régions avoisinantes par des conflits et potentiellement par des guerres.
Le monde occidental est en grande partie responsable de ces changements climatiques à cause des rejets dans l’atmosphère de différents gaz à effet de serre. Une approche holistique est nécessaire pour comprendre les interdépendances complexes entre l’environnement et la société dans cette région vulnérable d’Asie qui a besoin d’aide, d’argent et de technologie.

Le Bangladesh est le premier pays affecté à grande échelle par les changements climatiques, mais tous les pays, y compris les Pays-Bas, l’Allemagne, la France et la Belgique, seront concernés tôt ou tard.

Bogura, Saria Kandy, division Rajshahi, Bangladesh. 
Portrait d’Abdul Samad, 70 ans, pompant l’eau d’un puits devant chez lui. Il y a des années, la rivière était loin ; par la verdure en arrière-plan.
Abdul a perdu une maison à cause de la rivière il y a 20 ans, mais pas cette fois (la rivière Jamuna a emporté 35 maisons le 4 septembre 2023). Il travaille dans une ferme et a de la chance car sa maison est toujours debout.
© Alain Schroeder, Finaliste des Rencontres Photographiques de Boulogne-Billancourt  – RPBB 2023-2024

Pour cette série, j’ai choisi de faire des portraits des personnes dans leurs environnements respectifs, ou ce qu’il en reste. Pour beaucoup, cela a changé (et continuera de changer) radicalement au fil des ans. J’ai estimé que c’était un bon moyen de montrer qu’ils ne sont pas responsables de ce qui leur arrive.“

Le photographe belge Alain Schroeder (né en 1955) travaille dans l’industrie photographique depuis plus de quatre décennies. Durant sa période de photographe sportif dans les années 80, ses clichés sont apparus sur plus de 500 couvertures de magazines.
En 1989, il a cofondé l’agence photo belge Reporters qu’il a mené de l’âge d’or des agences photographique jusqu’à l’ère numérique.
En 2013, il a changé de vie, vendant l’agence, pour poursuivre une vie de nomade. Il parcourt maintenant le monde en réalisant des reportages axés sur les problèmes sociaux, les gens et leur environnement. « Je pense la photo par série », dit-il, en ajoutant, « je m’efforce de raconter une histoire en 10à 15 images. »
Il a remporté de nombreux prix internationaux dont ; Nikon Japan, Nikon Belgium, TPOTY (4x), Istanbul Photo (4x), Days Japan, Trieste Photo (5x), PX3, IPA, MIFA, BIFA, PDN, the Fence, Lens Culture, Siena (9x), POYI (4x) et World Press Photo (3x),…
Il est représenté en France par REA.

INFORMATIONS PRATIQUES

mar21maisam01juiAnaïs TondeurNoir de Carboneinitial Labo, 62, avenue Jean-Baptiste Clément 92100 Boulogne Billancourt

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    News

    L’IA dépassée par la réalité

    Chaque année, les 1839 Awards récompensent des photographes du monde entier dans plusieurs sections dans la catégorie amateur et professionnelle. Les lauréats ...

    En voir plus dans L'Invité·e