L'EditionPhoto

João Pina : La violence des Gangs de Rio

Temps de lecture estimé : 2mins

Le petit dernier édité chez Loco est “46750” du photographe portugais João Pina. Ce livre aborde les violences de gangs à Rio de Janeiro et la transformation que la ville a connu lors de cette dernière décennie. Les images du photographe sont également visibles en ce moment au festival Images Singulières à Sète.

En 2007, Rio a commencé un processus de mutation hors norme afin d’accueillir à la fois la coupe du monde 2014 et les Jeux olympiques d’été de 2016. Le Brésil alors dans une bonne conjoncture économique – grâce à une augmentation de la production des biens de consommation –, investit dans de grands projets d’infrastructures sportives au détriment du service public.
Les budgets alloués au logement, à la santé ou à la police restent insuffisants.
En 2016, alors que le monde a les yeux tournés vers les Jeux olympiques, les homicides augmentent de 20 %, les braquages de 40 %, selon l’institut public de recherche sur la sécurité de Rio de Janeiro.

46750 est le portrait du Rio de Janeiro de ces dix dernières années : un envers de la « ville merveilleuse », plein de contrastes et de complexités.
João Pina plonge dans les guerres des gangs des favelas dont il nous rapporte des images sans compromis.
46750, nous le découvrons à la fin du livre, est le nombre d’homicides ayant eu lieu dans la zone urbaine de Rio de Janeiro, une moyenne de 13 homicides par jour pour la décennie 2007-2016.
Les poèmes engagés de Viviane Salles ponctuent le livre, insérés entre les photos sur des cahiers de papier coloré.

INFORMATIONS PRATIQUES
46750, João Pina
Editions Loco
156 pages dont plusieurs pages dépliantes
Environ 67 reproductions en noir et blanc
20 x 24 cm
EAN 13 : 9782919507931
49 euros
http://www.editionsloco.com

10ème Rendez-vous ImageSingulières
Du 8 au 27 mai 2018
http://www.imagesingulieres.com

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres comptes.

You may also like

En voir plus dans L'Edition