332 Views |  Like

Perturbateur. Libération de Piotr Pavlenski

Temps de lecture : 2 minutes et 43 secondes

L’artiste radical russe Piotr Pavlenski, ayant mis au feu la porte de la Banque de France en octobre 2017, est sorti de la prison de Fleury-Mérogis après 11 mois d’enfermement. Désormais, en attente de son procès, il reste sous la garde à vue avec sa campagne et leurs enfants. Le 15 septembre, au lendemain de sa libération provisoire, Pavlenski a donné un petit discours dans le centre d’art La Colonie à Paris.

Devenu célèbre en Russie grâce à ses performances (l’artiste lui-même dénonce ce terme, en l’attribuant à ce qui se passe dans l’espace de galeries et en qualifiant ses gestes tout simplement d’«actions») auto-flagellantes dirigées contre le président Vladimir Poutine, Pavlenski, avec sa performance parisienne, a complément changé la perception de son œuvre en Occident: désormais il n’est pas possible de le présenter comme un activiste démocratique classique à l’esprit de Jan Palach. Pavlenski est adversaire à toute forme du pouvoir, bien autoritaire, que libéral, sans les distinguer trop. Paradoxes se multiplient.

La justice russe, afin d’éviter la confrontation avec l’Occident autour de la persécution d’un artiste, a traité Pavlenski plus doucement, que la France démocratique: pour la mise au feu de la porte du KGB à Moscou Pavlenski paye une amende, la même action en France coûte 11 mois de prison sans encore savoir son verdict. Le pouvoir, dépeint par l’artiste comme omniprésent, violent et totalitaire, cherche en effet de ne pas punir Pavlenski. En refusant d’évoquer devant le tribunal français son indulgence d’artiste pour s’en sortir sec, Pavlenski démontre, avec une incroyable clarté, que la justice, 50 ans après la révolution de 68, est plus que jamais la justice des castes, où chaque catégorie de population a son propre code pénal: c’est par la perplexité des juges français, s’il s’agit d’artiste, fou ou délinquant ordinaire, que l’incroyable délais de son procès s’explique. Pavlenski dénonce la violence d’Etat et la catégorie d’héroïsme, tout en redonnant à ses performances l’air violent et tout en ayant lui-même l’apparence d’hero: grand, musclé, regard démoniaque, couteau ou torche enflammée à la main.

Pavlenski bouleverse les conventions les plus fondamentales du monde de l’art et de la politique. Il rappelle une dure vérité que l’art contemporain et la violence ont beaucoup en commun, ainsi que dérange la frontière entre droite et gauche: la haine envers le système banquier réunit l’anarchiste le plus radical avec le supporteur de Donald Trump le plus réactionnaire. La performance radicale constitue, depuis les 1960, l’un des courants les plus vénérables et museefiés de l’art contemporain. Chaque performance de ce type, afin d’être bien reçue par le monde de l’art, doit impérativement s’articuler autour de la vulnérabilité et la défense des groupes sociaux très précis: femmes, minorités raciales et sexuelles. Pavlenski, quant à lui, agit dans ses performances avec puissance et ne les centre pas sur les femmes et minorités. Plus que ça, l’artiste choisit comme objet d’attaque une institution financière, dont l’art contemporain critique beaucoup moins que la police et la religion.

La non-inscription de Pavlenski dans le «radicalisme de galerie» explique, dans une grande mesure, le manque de mobilisation autour de lui de la communauté artistique européenne. L’extrême déception envers l’État constitue depuis logements une partie essentielle du discours artistique, et Pavlenski est probablement le seul, qui vit en effet selon ses convictions. En rejetant tout contact avec les institutions d’art et existant dans les conditions proches à celles des vagabonds, Pavlenski est un reproche vivant et parlant pour les artistes et commissaires d’exposition, qui, tout en tenant les propos radicaux, ont sur leur poitrine plus de décorations que les généraux et ministres.

Personne n’est satisfait par Pavlenski: pour les réactionnaires il est terroriste d’extrême gauche, pour les défenseurs de la justice sociale il est trop blanc, masculin et héroïque, pour les libéraux il dénonce trop de conventions, dont on préfère de ne pas toucher et même évoquer. Pavlenski provoque indignation de tout le monde, il arrache les masques bien de ses adversaires que de ses amis, et cela fait de lui l’un des plus grands artistes de notre époque.

La conférence a eu lieu samedi 15 septembre de 15h à 18h à la Colonie avec  Paul Ardenne, historien et écrivain, Stéphane Chatry, Artivism Contemporary Art, Frank Perrin, Artiste et Pierre Lautier, avocat spécialisé en droit d’auteur.
http://www.lacolonie.paris/agenda/-eclairage