Temps de lecture : 2 minutes et 40 secondes

Pour cette deuxième carte blanche autour des « Rencontres », notre invité de la semaine, Olivier Bourgoin, nous parle de la création de l’Agence Révélateur, née en 2010. Huit ans plus tard, il représente huit photographes auteurs et c’est cette véritable aventure humaine qu’il partage avec nous aujourd’hui !

Après 13 ans de travail, et de bonheur(s), au sein de Patrimoine Photographique (fusionné avec le Jeu de Paume en 2004), notamment en participant à l’inventaire et à la diffusion culturelle des donations photographiques faîtes à l’Etat, et alors que j’avais tout au long de ces années rencontrer de nombreux et talentueux photographes mais avec qui il n’était pas possible de collaborer au sein de cette institution, l’idée a germé de rassembler quelques unes de ces rencontres pour les aider à se faire connaître des galeries, des institutions, des festivals, des journalistes.

L’agence révélateur est née en avril 2010 de ces multiples rencontres. Si l’aventure est bien sur professionnelle, elle est inévitablement humaine. Les liens tissés avec les photographes avec qui j’ai travaillé ont connu divers cheminements, ruptures, enchantements, jalonnés de belles expériences, succés et revers. Tous ont nourri ma réflexion et m’ont appris à faire confiance en ma sensibilité.

Au fil des années, en fonction des départs ou des arrivées au sein de l’agence, quelque chose s’est construit. Doucement, mais il me semble maintenant solidement. Et ce même si l’économie d’une telle agence au service d’une telle photographie est loin d’être évidente.

Le courant circule entre les huits photographes que je représente : une famille photographique composite s’est agrégée au fil des années.

L’écriture photographique de l’intime est au final ce qui réunit ces auteurs, cinq femmes et trois hommes. Leurs parcours sont très différents, ayant ou non étudié la photographie, celle-ci s’est imposée à eux comme un formidable outil d’exploration et de révélation.

Après un peu moins de huit années d’existence, la réunion de ces photographes a permis la construction d’une entité où chacun apporte sa pierre pour arriver à un assemblage cohérent. Les images et les émotions dialoguent, les énergies se complètent, des interrogations communes émergent et se développent sur des expressions différentes.

Travailler avec Dan Aucante, Christine Delory-Momberger, Valérie Gondran, Damien Guillaume, Irène Jonas, Estelle Lagarde, Laure Pubert et Michaël Serfaty est une vraie aventure au long cours, un plaisir et un honneur.

Parmi l’actualité récente ou à venir des photographes de l’agence :

Après avoir été présentée à Marseille, au Pangolin, puis dans le cadre du festival Voies Off à Arles, l’exposition collective « ContreNuit » vient de fermer ses portes au Lieu-de-l’Autre, à Arcueil.

Dan Aucante vient de dévoiler une partie de sa série « Les Ecorcés » à Fotofever, sur l’espace de la Galeire Patrick Gutknecht, qui va lui consacrer une grande exposition à Genève en 2019.

Valérie Gondran expose ses « Histoires courtes » au Pangolin, à Marseille, jusqu’au 2 décembre et un livre du même titre, avec un très beau texte de Sophie Cavaliero, est publié par les Editions Yellow Now. On peut également voir ses images à Tourcoing, à la Médiathèque, à l’invitation de Bernard Plossu, dans l’exposition « C’est quoi pour vous la photographie » et dans le cadre de l’exposition « La mémoire de la matière » à la Galerie HorsChamps, à Sivry-Courtry, dans l’Essone.
Ce samedi 24 novembre, à partir de 16h, « signature-rencontre-goûter » avec Valérie Gondran, au Pangolin, à Marseille, autour de son exposition et de son livre « Histoires courtes ».

Irène Jonas a reçu le prix FotoMasterclass et a dévoilé à Fotofever sa nouvelle série « Cilka ». Arnaud Bizalion Editeur vient de publier son livre Dormir, dit-elle. Il a également publié Je marcherai sur tes traces de Laure Pubert au moment où elle exposait l’été dernier son travail à la Maison pour la Photographie Robert Doisneau, dans l’expositoin collective « Trouer l’opacité ».

Le travail de Christine Delory-Momberger est actuellement présenté au Brésil et fera l’objet d’une publication en 2019, accompagné d’une exposition. Michaël Serfaty publiera égalemnent un nouveau livre en 2019.

Estelle Lagarde participe à l’exposition « Atemporelles » à la Galerie Mondapart, à Boulogne-Billancourt, en compagnie de Gabriela Morawetz et de Pilar Du Breuil, à voir jusqu’au 24 novembre prochain (finissage).

Damien Guillaume, après une riche actualité ces toutes dernières années, travaille depuis plusieurs sur un long projet.

POUR EN SAVOIR PLUS : 
www.danaucante-photography.com
www.christinedeloryphotography.com
www.valeriegondran.com
www.damienguillaume.com
www.irenejonas.fr
www.estellelagarde.com
www.laurepubert.com
www.michael-serfaty.com

http://www.agencerevelateur.fr

X
X