615 Views |  4

Carte blanche à Jane Evelyn Atwood : Sa rencontre avec Lisette Model

Temps de lecture : 1 minute et 16 secondes

Première carte blanche pour notre invitée de la semaine, Jane Evelyn Atwood. Elle partage avec nous aujourd’hui, sa rencontre, impressionnée, avec Lisette Model. Une rencontre décisive dans la vie de la photographe…

Ma toute première exposition de photographies a eu lieu quand j’étais très jeune, à l’International Center of Photography, à New York. Cornell Capa l’a ouverte exprès un jour de fermeture, quand Lisette Model a exprimé le désir de voir les photos.

J’étais très timide et impressionnée de faire le tour de la galerie avec cette dame si connue, photographe elle-même, et chose plus importante pour moi, la prof de Diane Arbus – à qui, à cette époque-là, je m’ identifiais de façon démesurée. Lisette Model avancait devant la ligne d’images lorsque, en face de la photo de Blondine, une prostituée qui fouette un client nu, à genoux dans la chambre, elle s’est arrêtée.

En anglais elle s’est exclamée, « WHAT is THAT..?! »

Je me souviens avoir été très gênée et très embarassée. Que voulait-elle dire au juste ? N’avait-elle pas compris ce qui se passait dans cette image ? Tant bien que mal, je l’ai pris au premier degré, et j’ai commencé à expliquer, littéralement, ce qu’on est censé voir dans cette photo.

« Well…« , j’ai hésité, « It’s a prostitute, and that’s a man… »

Lisette Model m’a coupée net.

« That’s what HE thinks ! « dit-elle.

Plus tard, nous sommes allées dans un bar. Assises sur les tabourets, on buvait du vin blanc, et on a parlé de Diane Arbus une grande partie de la nuit. J’ai posé des questions, j’ai écouté. Et à la fin, juste avant de se quitter, Lisette Model s’est penchée vers moi, comme pour me livrer un secret.

« Vous savez, » m’a-t-elle confiée,  » Diane était une jeune femme très perturbée, une jeune femme malade. Mais vous n’avez pas besoin d’être malade comme elle pour faire les photos que vous faites. »

Avec une seule phrase, peut-être la phrase la plus importante de ma vie de photographe, Lisette Model m’a libérée.

C’était à partir de ce moment-là que je n’ai plus éprouvé le besoin de m’identifier à Diane Arbus.

https://www.janeevelynatwood.com