Temps de lecture : 2 minutes et 21 secondes

La Galerie Le Carré d’Art présente jusqu’au 9 janvier prochain, les images d’Arnaud Roiné, chef des reporters photographes au sein de l’armée française. De ses années mobilisées passées au Mali et en Centrafrique pour assurer la protection des populations et de maintien de l’ordre, le photographe militaire ramène trois séries photographiques relatant le quotidien des soldats, dont son dernier « Opération Barkhane » au Mali en 2017, avant le retour à la vie civile.

Le jour se lève doucement sur ce village d’éleveurs, il accompagne les jeunes gardiens de troupeaux qui mènent leurs bêtes au puits. Le désert est partout ici, et malgré tout, la vie existe, résiste. Les soldats français et burkinabais se sont installés pendant la nuit. Ils doivent fouiller ce petit village frontalier entre le Mali et le Burkina Faso à la recherche d’un chef terroriste. Une aiguille dans une botte de foin. Des français bien loin de chez eux. Au Mali ou encore en Centrafrique, ils sont chargés de surveiller et de contrôler des territoires de plusieurs millions de kilomètres carrés. Pour cela ils ont la technologie, les satellites, les drones, les avions qui leur permettent d’avoir une certaine suprématie. Ils ont les connaissances des armées régulières qu’ils sont venus soutenir. Mais rien ne remplace la présence physique. Il faut « occuper le terrain ». Les longues journées de patrouilles s’enchainent, au milieu de déserts somptueux ou de forêts luxuriantes. Les habitants qu’ils croisent sont souvent suspicieux, craintifs voire hostiles. Les regards sont durs et le pas s’accélère à la vue des véhicules blindés. Dans ces contrées L’homme en arme est toujours une source de problème. Et le soldat français, parce qu’il ne peut pas prendre parti, n’est pas un ami. Entre ces périodes de surveillance, de contrôle, il faut tenter de se reposer, de retrouver un semblant de « maison » alors qu’ils ne sont que de passage. Ils recréent un petit bout de chez eux dans l’espace restreint qui leur est laissé dans des tentes mal climatisées cernées de remparts érigés pour les protéger.

Né en 1973, Arnaud Roiné obtient un CAP photo puis poursuit un apprentissage jusqu’au Bac pro photo. Appelé sous les drapeaux, il choisit les parachutistes et devient, dès 1996, photographe militaire à la 11e division parachutiste basée à Toulouse.
En 2008, Arnaud intègre l’ECPAD (Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense) où il deviendra très vite chef des reporters photographes. Sa première opération sera sur le sol afghan début 2009. Outre les images de communications officielles, il rapportera de la Kapisa des images de vie quotidienne des soldats français entre deux guerres.
Sur l’eau, il embarquera, en 2011, au large de la Libye lors de l’opération Harmattan. En vase clos, il peindra la guerre à travers les expressions de visages de ces pilotes et navigateurs qui décollent la nuit pour bombarder les colonnes de chars du colonel Kadhafi. Ce sera son premier «reportage référence» avant l’opération Serval au Mali en 2013, où il fera partie du détachement quientrera dans Tombouctou.
Mais 2014 marquera un tournant dans sa carrière d’opérateur militaire. En proie au virus Ebola, la Guinée reçoit l’aide médicale et matérielle de la France. Arnaud sera de cette aventure qui le marquera profondément. Intégré au cœur d’un centre de traitement, il verra la mort mais aussi des résurrections. A partir de cette première approche, il ira plus loin pour voir où les autres ne vont pas et retournera en Guinée un an plus tard pour retrouver les guéris d’Ebola qu’il avaient rencontrés. Ce travail sera projeté à Visa pour l’Imageen 2016.
Le retour au Mali en 2017 lors de l’Opération Barkhane marquera son dernier reportage au sein de l’armée, sur un territoire en conflit.
De retour à la vie civile, Arnaud Roiné poursuit la photographie en développant parallèlementun travail d’écriture journalistique.

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu15nov(nov 15)14 h 00 min2019mer09jan(jan 9)18 h 30 minDes aires de solitudesArnaud RoinéGalerie Le Carré d’Art - Centre Culturel Pôle Sud, 1 rue de la Conterie - 35131 Chartres de BretagneType d'événement:Exposition,Photographie

EXPOSITION A VENIR

jeu17jan(jan 17)14 h 00 minmer06mar(mar 6)18 h 30 minUne idée de la modernitéFonds HeurtierGalerie Le Carré d’Art - Centre Culturel Pôle Sud, 1 rue de la Conterie - 35131 Chartres de BretagneType d'événement:Exposition,Photographie

X
X