Temps de lecture : 55 secondes

Une scène désertée, des décors en suspens, les coulisses d’un spectacle baroque et chamarré où les êtres deviennent des animaux aux parures grotesques et nombreux appendices, des costumes gisent sur des porte manteaux, des sons s’échappent mais tout semble obscur et suspendu. Pauline Curnier Jardin et Marie Losier sont à l’origine de ce conte fantastique orchestré par Eric Mangion, directeur de la Villa Arson.

Le cinéma et ses possibles, les mythologies contemporaines, le cirque, le féminin autant de champs d’exploration pour Pauline Curnier Jardin dont l’installation « Grotta Profunda, Approfundita » avait fait sensation à la Biennale de Venise de 2017 autour de la figure de Bernadette Soubirou. La laideur et la beauté, le queer et le politique, le border-line et autres états limites, le blasphème inscrivent une œuvre d’art totale portée par la vidéo, la sculpture, le théâtre, la performance.

Marie Losier dont le dernier film « Cassandro the Exotico ! « autour d’un célèbre catcheur mexicain, a été projeté à Cannes en 2018 (ACID) est également réalisatrice. Elle sera présente au Jeu de Paume pour le Festival d’Automne et ses films ont été régulièrement projetés à l’international. Retour sur l’Oiseau de Nuit (2016) et cette figure lisboète extravagante qui se produit tous les soirs en robe lamée au Finalmente.

La scénographie qui rejoue complètement l’espace de la Fondation est une vraie réussite. Après l’atmosphère zen de Pierre Leguillon place à la folie et la dérive des sens !

INFOS PRATIQUES :
Parties sans éteindre la lumière
Pauline Curnier Jardin, Marie Losier
jusqu’au 29 juin 2019
Fondation d’Entreprise Ricard
12 Rue Boissy d’Anglas
75008 Paris
https://www.fondation-entreprise-ricard.com/

X
X