1566 Views |  1

Laure Parise, co-fondatrice du International Women Photographers Award, est notre invitée

Temps de lecture : 2 minutes et 5 secondes

Cette semaine nous accueillons, Laure Parise, l’une des co-fondatrices du International Women Photographers Award, dont l’ appel à candidature est en cours jusqu’à la fin du mois. Ce prix vise à soutenir la promotion des femmes photographes à l’international. Chaque année, depuis 2019, les lauréates sont présentées dans le cadre d’une exposition itinérante en France, en Asie et au Moyen-Orient. Toute la semaine, elle nous fera voyager aux quatre coins du monde…

Laure Parise, née à Paris mais grandie sous le soleil niçois. Directrice et fondatrice de la plateforme en ligne Antidote qui promeut les artistes émergeant du Moyen Orient et Asie du Sud, elle est aussi co-présidente de l’association International Women In Photo pour laquelle elle a créée en 2016 le prix IWPA afin de soutenir la promotion des femmes photographes et aider son amie Séverine Blanchet (fondatrice de l’association) rencontrée 20 ans plus tôt en Malaisie dans cette initiative.

Après un bac artistique et des études de droit, elle s’envole pour l’Asie et commence sa carrière comme Relations Publiques chez l’Oréal, avant de créer sa première agence digitale en 2000 à Kuala Lumpur. Elle fera un passage en Chine de deux ans où elle présentera sa première exposition photo à Pékin.
Retour en France, elle travaille un temps pour un cabinet d’architecte et intègre ensuite une agence de prospection. Le virus de l’étranger rattrape la famille qui s’envole pour les Etats-Unis, ou Laure organise notamment une vente aux enchères pour promouvoir les échanges culturels entre le Texas et la France, avant de s’installer à Dubaï pour 5 ans … C’est là qu’Antidote et le prix IWPA voient le jour avec comme volonté de créer des ponts entre les cultures et travailler à une plus grande parité et diversité de nos sociétés.

https://www.antidotedxb.com
https://iwpa.fr/

Portrait chinois de Laure Parise

Si j’étais une œuvre d’art : Une « nana » de Niki de Saint Phalle
Si j’étais un musée ou une galerie : La fondation Maeght à Saint Paul de Vence
Si j’étais un artiste : Bernadette Laffont
Si j’étais un livre : Le comte de Monte Cristo, Alexandre Dumas
Si j’étais un film : « Les demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy ou L’effrontée de Claude Miller pour Charlotte Gainsbourg
Si j’étais un morceau de musique :  « Outro Lugar », Salomé de Bahia ou « A roller skating Jam named Saturday » De la Soul
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : Un horizon de la mer méditerranée en couleur ! ou Une photo d’Eugene Atget « cactus niçois » admirée sur un stand il y a deux ans à Paris Photo
Si j’étais une citation : « Je ne veux pas montrer mais donner l’envie de voir » – Agnes Varda
Si j’étais un sentiment : La détermination & l’enthousiasme
Si j’étais un objet :  Une valise
Si j’étais une expo : Alexander Calder, « les années Parisiennes, 1926-1933 », Centre Pompidou (2009). Et aussi « Qui a peur des femmes photographes? » parce que je l’ai malheureusement ratée n’étant pas en France à ce moment là…
Si j’étais un lieu d’inspiration : Un chemin de randonnée en montagne, comme celui pour grimper au sommet du Renoso en Corse
Si j’étais un breuvage : Chai latte !
Si j’étais une héroïne: Nadia Comaneci
Si j’étais un vêtement : Un maillot de bain !

Retrouvez les cartes blanches de notre invitée

Carte blanche à Laure Parise : Cecile Smetana Baudier (le mardi 4 février 2020)
Carte blanche à Laure Parise : Alice Mann (le mercredi 5 février 2020)
Carte blanche à Laure Parise : Photographes Iraniennes (le jeudi 6 février 2020)
Carte blanche à Laure Parise : IWPA en Arabie Saoudite (le vendredi 7 février 2020)

INFORMATIONS PRATIQUES

mer01jan0 h 00 minsam29fev(fev 29)0 h 00 minInternational Women Photographers Award 2020 Organisateur: International Women Photographers Association Type d'événement:PhotographieType d'événement 2:Prix