Temps de lecture estimé : 7mins

Avant la fermeture des lieux jugés – non essentiels – Pascal Therme a rencontré Alain Keler lors de l’inauguration de son exposition “America” à la la Fisheye Gallery à Paris. Une exposition qui présente ses premières images de New York, réalisées entre 1971 et 1975. Parmi elles, des inédites, exhumées des archives du photographe à l’occasion de la préparation de cette exposition. Un véritable retour aux sources. Voici la première partie de cet article, accompagné d’un entretien en podcast avec Alain Keler.

Dimanche 13 juin 1971. NewYork. Je suis arrivé aux États-Unis le 3 avril 1971 pour les beaux yeux d’une jeune Américaine rencontrée pendant mon long périple en Asie et au Moyen-Orient.
Je commence à être mordu par la photographie. Pour vivre, je fais toute sorte de boulots grâce à Stanley, un New-Yorkais qui a une agence pour l’emploi – Stanley Employment agency – trouvée en me rendant à l’immigration pour prolonger mon visa.” extrait de Journal d’un photographe

Alain Keler expose America à la Fisheye Gallery refaite à neuf pour offrir un bel espace optimisé aux expositions , à ce premier chapitre d’un projet d’éditions plus large América, Americas dont Alain s’explique entre autre dans l’interview ci-dessous.

America, Alain Keler raconte la vie dans une photographie de l’évidence, (on pourrait risquer un parallèle, le vide danse, le vide dense…) essentielle, efficiente, dans la veine de Cartier Bresson dont il se réclame, ou Walker Evans et de Robert Franck sans qu’à l’époque 1971-1975, dates de cette série, Alain n ait eu connaissance du travail de celui-ci et du regard décapant porté par Franck sur les américains des années plus tôt, 1955/56, Drug store Detroit, Cocktail party, NYcity, Canal Street, New Orleans… ces photographies de Robert Franck sont autant de ces moments restés ouverts sur eux mêmes, portés par Franck jusqu’à l’espace contradictoire et contrevenant du rêve américain, un aperçu de l’Amérique tel qu’en elle même….. The Americans nait de la volonté de regarder en face cette Amérique des mid fifties, de parcourir le pays, d’en faire le tour.

Alain Keler ne fait pas autre chose avec New York, animé sans doute par d’autres motivations liées à cette immigration qui le renvoie à un regard neuf sur une réalité qu’il découvre et qui le passionne. Il porte ce regard ouvert sur un NY au quotidien, rues noires de monde, visages inconnus, poésie de l’instant, cosmopolitisme du regard. Tout moment particulier qui le touche, qu’il photographie en dialogue avec la ville. Il est ce jeune migrant qui dé-couvre, déshabille, et s’ éprend fébrilement de NY.

America © Alain Keler / MYOP

Un parallèle se renforce à la lecture des photographies d’Alain Keler et de cette Amérique, de ce New York qui s’exhale comme un parfum de rue, de vies, de luttes avec la vie et de circulations, de mouvements, ce parallèle avec les films de Frederick Wiseman, entre Hospital 1970 et Welfare 1975, induit une parenté avec l’image cinématographique. Manifestations, bars, subway, avenues, ce New York ne cesse d’interpeler le regard, d’entretenir la curiosité, de s’engendrer dans une accumulation exponentielle d’instants volés, de personnages, de présences, remèdes sans doute inconscients à cette soif de nouveautés, issue de cette promesse qu’offre la ville qui ne dort jamais, musicale, inextinguible, à l’énergie continue, visages issus de celle qui apparait comme une terre promise qui se gagne. Croiser au fil des rues tous ces visages, c’est aussi croiser leurs causes, d’en éprendre indistinctement sans interdit, prendre intérêt, s’éveiller aux maelstrom d’histoires possibles, de fictions naissantes, chaque vie est un roman, comme en atteste celle d’Alain elle même. Dans ce contexte se situe l’action du photographe, aux cent vies.

Sans doute faut-il se laisser aller au plus profond de soi pour atteindre une révélation qui s’inscrit entre la main qui déclenche l’obturateur du Leica et l’oeil qui cadre, qui découpe, ouvert à ce foisonnement intrépide de propositions et de tensions visuelles. Toutes ce qui fait vie ici dans cette mégapole, semble vouloir s’inscrire dans le regard ouvert d’Alain Keler, comme si celui-ci entretenait avec la ville et son imaginaire un lien secret, afin de recevoir nombre de situations qui seront photographie, comme un don du ciel. il y a chez Alain Keler une recherche constante de Vérité, ce qui fonde son action sur le monde…et un secret vivant qui le pousse à recueillir par la photographie, tout ce qui s’expose à ses yeux, la vie sans compter, comme si cette entreprise recevait son aval de la source inavouée du plaisir de photographier au Net, au Précis, et surtout en Juste.

La première photographie de l’exposition est celle de cette Saint Patrick

Prise en mars 1975 je l’ai découverte quelques jours après la fin du premier confinement , le 21 mai 2020. Cette photo faisait partie d’un paquet d’une vingtaine de films développés, mais non contactés! J’ai trouvé les films dans une boîte de négatifs en faisant des recherches pour mon projet America, Americas. Elle a été prise lors d’une parade pour la saint Patrick à New York en mars …1975!”

St Patrick’s day. America © Alain Keler / MYOP

Mais aux correspondances avec tout un cinéma du réel, toute une photographie sociale, s’est créé aussi un lien avec les poètes et les song’s writers de Manhattan en ces années 70.

Un rêve concret de lumières se joue dans la condition humaine et l’exil, terre promise, Eden, Nouveau Monde, renaissances, tout concourt à faire de ce rêve la part la plus Justement active d’une apocalypse, c’est à dire d’une révélation du sens. Il en va de ces silhouettes d’hommes et de femmes, toute une communauté d’énergies, de combats, de partages, d’inconnus, d’humour qui font la vie new-yorkaise, et s’inscrivent sans effort sur les films noir et blanc que le Leica dévore sans compter, tout comme ces rues arpentées, bourlinguées à la façon d’un Cendrars, sobrement émouvantes, simplicité des images du quotidien, à ces longues déambulations inspirées, comme un poème vivant, comme si le cœur léger du photographe dansait amoureusement en ses yeux et qu’il trouvait sous ses pas l’essence d’une vie reliée à l’image venant abreuver cette soif inextinguible de lectures toutes enfiévrées.

America © Alain Keler / MYOP

A signaler l’exposition d’Alain Keler qui a lieu également, en ce moment, à la maison des associations à Rennes, sur le Delta du Mississippi et le Blues des champs de coton, au titre de Juke Joint blues… Magnifique travail du photographe sur ces bluesmen et leurs vies…

– Pascal Therme, 18 Mars 2020

> Rendez-vous demain, mercredi 31 mars pour la suite de cet article.

A venir aux Editions de Juillet, 2 livres d’Alain Keler, AMERICA, AMERICAS, devrait sortir cet automne et UN VOYAGE EN HIVER ce printemps.
https://www.editionsdejuillet.com/collections/catalogue

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu11mar(mar 11)14 h 30 mindim30mai(mai 30)19 h 00 minAmericaFisheye Gallery, 2, rue de l’Hôpital-Saint-Louis 75010 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

lun01fev10 h 00 minmer19mai(mai 19)18 h 00 minJuke Joint BluesAlain KelerMaison des Associations Rennes, 6 cours des Alliés 35000 RennesType d'événement:Exposition,Photographie


Exposition à visiter sur rendez-vous uniquement !

A LIRE :
Juke Joint Blues : Alain Keler nous dévoile son périple au Delta du Mississippi
Alain Keler, un jour puis un autre…
Alain Keler, D’un jour à l’autre Seconde partie
La Comète : Rencontre avec le photographe Alain Keler
Alain Keler annonce la sortie de son livre “Un voyage en hiver” aux éditions de Juillet
Yves Bigot, donne carte blanche à Alain Keler Photographier n’est plus un long fleuve tranquille…
Première monographie d’Alain Keler aux éditions de Juillet Lecture de Journal d’un photographe
Carte blanche à Philippe Guionie : L’incertitude de l’Histoire Alain Keler

Pascal Therme
Les articles autour de la photographie ont trouvé une place dans le magazine 9 LIVES, dans une lecture de ce qui émane des oeuvres exposées, des dialogues issus des livres, des expositions ou d’événements. Comme une main tendue, ces articles sont déjà des rencontres, polies, du coin des yeux, mantiques sincères. Le moi est ici en relation commandée avec le Réel, pour en saisir, le flux, l’intention secrète et les possibilités de regards, de dessillements, afin d’y voir plus net, de noter, de mesurer en soi la structure du sens et de son affleurement dans et par la forme…..

    You may also like

    En voir plus dans Evénements