L'Invité.e

Carte blanche à Emeline Dufrennoy : Supplementary Elements*, ontologie d’une image

Temps de lecture estimé : 8mins

Pour sa deuxième carte blanche, notre invitée de la semaine, la commissaire d’exposition Emeline Dufrennoy, partage avec nous un programme de réflexion et de recherche autour de l’image intitulé “Supplementary Elements*”. Ce programme réunit chercheurs, artistes, étudiants et habitants. Ce laboratoire a été initié il y a 3 ans par l’Université de Strasbourg et c’est Emeline Dufrennoy accompagne ce projet pluriel. Au printemps 2022, les différentes expérimentations seront présentées au public dans l’espace public et au sein du Campus Universitaire.

Depuis 3 ans, j’accompagne l’Université de Strasbourg dans une aventure passionnante autour de l’image, de sa nature et de ses devenirs.
Par l’intermédiaire de « Supplementary Elements* », programme qui implique chercheurs, artistes, étudiants et habitants, j’ai pu recevoir la parole de chercheurs en sciences physique aux champs de recherche passionnants, qui œuvrent à repousser les limites du visible et conçoivent les outils d’observation et de captation qui demain seront d’usage pour produire de nouveaux régimes d’images. Les nouvelles perspectives offertes par la recherche scientifique, tant en terme de vecteur de diffusion qu’au travers de la matérialité, dessinent déjà les contours d’un nouveau rapport au monde.

Echanges entre Mustapha Azeroual, artiste et Yoshi Takakura, chercheur devant un banc d’holographie

Collaborations artistes-chercheurs, créations autour des archives, œuvres collaboratives, projets étudiants… « Supplementary Elements * » se traduit depuis trois ans par une série de projets et d’expérimentations communes entre artistes et chercheurs. Il en résulte des œuvres, en mutation, au croisement de disciplines et de formes dont les frontières se dissolvent au contact de possibles aux horizons élargis.
L’enthousiasme avec lequel ce programme a été reçu par les chercheurs, tant artistes que scientifiques a permis de faire naître de véritables collaborations sur le long terme. Ces rencontres ont durablement marqué, tant artistes que scientifiques. Sans doute leur perception de leur domaine de recherche ne sera-t-il plus jamais tout à fait le même.

Dans la suite des années d’expérimentations qui viennent de s’écouler, « Supplementary Elements* » doit mener au printemps 2022 à un événement mêlant parcours d’œuvres dans l’espace public et dans les espaces intérieurs du Campus Universitaire et de la Ville de Strasbourg, actions de transmission et publication.

Olivier Crouzel x Jardin des sciences

Experimentations au Laboratoire Icube. Silvi Simon et Wilfried Uhring

MATIÈRE À PENSER

Echanger avec le milieu universitaire sur ces réalités, sur les processus de production des images, leur conservation et leur diffusion s’est révélé d’une incroyable richesse pour penser l’image, sa nature, sa matérialité, ses flux, ses dévoiements aussi.

En voici quelques considérations :

TRANSMETTRE LE RÉEL

L’image de la science est centrale dans l’interprétation du monde contemporain. Elle embrasse tous les enjeux de notre perception et en bouscule régulièrement les représentations. Le chercheur est une sorte d’explorateur du réel, cherchant inlassablement à repousser les limites du possible, les limites de l’inconnu. « Fantômes de molécules », « nombres magiques », « spectres », « mer d’électron » composent sa géographie. Ce qui échappe à la vue, ce qui échappe à la compréhension, c’est la ligne d’horizon qu’il se fixe. S’appuyant sur les techniques optiques, les sciences cherchent à éclairer la part d’ombre, à révéler ce qui est caché.
« Dé-couvrir » : Entre abstraction et hyperréalisme, entre cadre et hors- cadre, entre mémoire et oubli, entre ombre et lumière… se joue une forme de poésie de l’incertitude.
Faire émerger un nouveau rapport à la représentation et à la perception du monde. Voilà un enjeu important de la transmission du savoir. Car le grand public ne reçoit pas l’information sur les découvertes scientifiques de la même manière qu’un chercheur. Les textes, jusqu’aux notions mêmes de la science, échappent le plus souvent à l’appréhension du plus grand nombre. Son rapport est donc plus formel et imaginal. Ainsi, une incompréhension partielle ou totale n’empêche pas d’accepter une représentation, et d’y projeter un monde possible. Elle n’empêche pas non plus l’éventuelle remise en cause de la véracité de la science.
La nature versatile des images, leurs « biais » de lecture et de diffusion, la déperdition de l’information, du sens, de la compréhension, l’interprétation des données… se confronte avec le caractère de vérité et de preuve qu’elle revendique.

Experimentations à l’Institut Sadron. Mustapha Azeroual et Marc Schmutz

LA MATIÈRE DES IMAGES

Si l’apparition de la photographie au XIXème siècle fait écho au basculement de la recherche dans les sciences modernes, l’imagerie numérique entretient un rapport correspondant avec la recherche contemporaine, et constitue la manifestation la plus formelle d’un basculement vers un nouveau regard porté sur le réel. Dans une société en suspens entre 2 mondes, l’image pourrait alors être autant la manifestation singulière et l’un des principaux déclencheurs d’un basculement des pratiques, des perceptions, des potentialités sociales, artistiques, industrielles… dans une nouvelle aire numérique. Qu’elle soit technique, ou de représentation, cette sorte d’ « epokhé », où ce que la philosophie définit comme une interruption de tout ce qui paraissait “couler de source” 1, engendre une mutation sociétale profonde. Dans l’écroulement de notre rapport au réel, le médium joue alors autant un rôle de décomposition que de recomposition.
Matière, temps, lumière sont en photographie comme en physique des éléments essentiels de la recherche. Cependant, des techniques anciennes aux expérimentations actuelles, la mutation du régime des images et leur dématérialisation massive modifie profondément leur statut et leur usage. Quand l’expérience des chercheurs nous révèle que toute image est désormais codée, mosaïquée, recomposée, compilée par ordinateur, qu’il n’est plus besoin d’objectif pour faire une capture d’image, que les 24 images par secondes d’un film n’ont plus qu’une légitimité conventionnelle… ce qui peut désormais être défini comme « Image calculée » nous fait alors nous interroger : La photographie existe-elle encore, ou n’est elle plus qu’un artefact issu d’une histoire et d’une convention sociale ?

Experimentations à l’Institut Sadron. Mustapha Azeroual et Marc Schmutz

QUELLE MÉMOIRE ?

Désormais inscrites dans un flux, « détachées » de la contingence du support papier, possiblement convocables et multipliables infiniment, les images n’en sont pas moins reliées à un support, numérique et néanmoins matériel, tangible et fragile, qui entend une possible destruction de ce (plus si) nouveau corpus de traces constitué par les archives numériques de la connaissance.
Dans un contexte d’explosion de la production de données, et alors que les potentialités du numérique nous donne l’impression d’une profusion, d’une prolifération des images, se pose désormais la question de l’accessibilité de ces données de la recherche, de leur conservation et de notre capacité à transmettre cet héritage commun.
Ainsi, quand il est possible de consulter des plaques de verre, des tirages, et des négatifs anciens, les fonds des années 80 et 90 semblent désormais presque inaccessibles. Les images scientifiques d’aujourd’hui sont appelées à rejoindre le patrimoine culturel de demain, pourtant les mesures de sauvegarde dans le temps semblent encore aujourd’hui très disparates. Consécutivement, nous assistons sur les 30 dernières années à une perte importante du patrimoine iconographique scientifique.
Cette nature des images est d’autant plus questionnante quand nombre d’observations sont désormais issues de captations générées automatiquement par ordinateurs. Les flux ininterrompus de photographies ainsi produites n’ont plus besoin d’opérateur, d’intermédiaire pour exister.
Quant aux recherches en imagerie optique ou en Deep Learning, elles tendent déjà à rendre possible l’interprétation autonome des images par la machine.
Affranchies des « auteurs », sans intervention de l’homme, sans observateur, sans enregistrement pérenne, sans nécessité « d’intermédiation » du regard, quel devenir peut-on envisager pour ces représentations? Car au final, le régime des images n’existe-il pas avant tout dans son rapport à notre regard ? Autrement dit, sans le regard humain, quelle existence, quelle consistance, peut-on accorder à ces images ?

Olivier Crouzel, Campus de l’Esplanade, Strasbourg

1 Voir Bernard Stiegler in La technique et le temps, la faute d’Épiméthée, 1994

Supplementary Elements* est un programme porté par le Service universitaire d’action culturelle de l’Université de Strasbourg

Avec les artistes : Mustapha Azeroual | Lionel Bayol-Themines | Olivier Courzel | Thierry Fournier | Silvi Simon

Conçu en collaboration avec : Laboratoire Icube – Laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie | Observatoire astronomique / CDS – Centre de Données astronomiques de Strasbourg | IPCMS – Institut de Physique et de Chimie des Matériaux de Strasbourg | IPHC – Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien | CERN | Institut Charles Sadron | Bibliothèques Universitaires de Strasbourg | Jardin des Sciences

Avec le soutien de : Fondation Carasso, Région Grand Est, Idex, Investissement d’avenir

https://www.unistra.fr/

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e