Temps de lecture estimé : 3mins

Pour sa deuxième carte blanche, notre invitée de la semaine, Émilie Teulon, commissaire des 24èmes Rencontres photographiques de Lorient, partage avec nous les coulisses de cette biennale. Elle nous raconte un contexte hors de commun, celui de préparer un événement en plein cœur de la crise sanitaire, dans l’incertitude que ces Rencontres puissent avoir lieu. “Dérives”, c’est le thème qu’elle a choisi pour réunir les travaux de 11 photographes qui sont exposés à Lorient jusqu’au 12 décembre !

Choisir est un privilège. Ce privilège n’est pas toujours simple ou évident, surtout en programmant une biennale dont l’amorce commence généralement un an et demi avant son ouverture. Le choix de la thématique et des artistes se doit d’être en adéquation avec le moment présent, en écho avec l’avenir.
C’est lors du premier confinement que j’ai imaginé cette 24ème édition des Rencontres Photographiques du Pays de Lorient.

L’immobilisation physique m’a recentrée sur la notion du temps et de son écoulement. Avec ce temps, j’ai pu laisser aller mes pensées à la dérive et transposer cette notion à la photographie.

À l’origine, la photographie évoque l’acte d’enregistrer et de conserver un moment. à partir de là, a découlé mille et une façon de l’utiliser : comme document, preuves scientifiques, médicales (des étoiles aux bactéries, en passant par le corps humain) ou judiciaires. Au-delà de la singularité et la créativité des artistes, elle est aussi devenue publicitaire, cinématographique… La photographie est la source d’une quantité astronomique d’utilisations, elle dérive… On l’a fait dériver, évoluer.

© Marilia Destot, issue de la série The Journey

Dérive.. J’ai voulu traiter ce sujet en photographie, au sens propre et figuré.
La photographie peut créer d’autres mondes, usant de l’onirique et du poétique tout en étant philosophique. Elle peut devenir objet, être immersive et se montrer de multiples façons.

Étant très attachée à l’accrochage, j’avais envie de penser autre chose, au-delà des montages traditionnels et linéaires. Il y en a aussi dans cette édition, mais pas que. Pour l’occasion des structures ont été créées et certaines scénographies s’échappent pour se rapprocher de l’installation. Je souhaitais montrer des expositions où la photographie sort de son cadre prédéfini. Fautes de moyens, mes rêves les plus fous n’ont pas tous pu être exaucés, mais là on s’éloigne du sujet…

© Shinji Nagabe, issue de la série respiração

Le thème se retrouve dans la forme et également dans le fond, celui-ci peut être dur ou lourd de sens, mais sa représentation n’en est que plus esthétique. Il s’exprime à travers des balbutiements de l’identité ou dans l’évolution des mentalités.

Mes choix se sont orientés vers des artistes dont je connaissais depuis longtemps le travail et d’autres au gré des recherches ou des rencontres.
Au final, cette nouvelle édition regroupe 9 expositions, 7 lieux et 11 artistes.
Gilbert Garcin : Mister G., Leslie Moquin : Shanghaï Cosmetic, Léa Habourdin : Sur les ruines, Shinji Nagabe : Espinha, Elsa Leydier : Transatlántica, Marilia Destot : The Journey, Eric Vassal : Dagyde et Agnosis, Christophe Beauregard : Why Not Portraits? et le trio Antoine Vincens de Tapol, Baptiste Chauloux et Marion Chombart de Lauwe : Les Odysséens.

À venir découvrir !
https://www.galerielelieu.com/24e-rencontres-photographiques/

EN CE MOMENT À LA GALERIE

sam09oct(oct 9)14 h 00 mindim12déc(déc 12)18 h 00 min24e Rencontres photographiques du pays de LorientDérivesGalerie Le Lieu, Hôtel Gabriel - Aile Est Enclos du Port - Enceinte du Péristyle 56100 LorientType d'événement:Festival,Photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e