L'InterviewPhoto

Rencontre avec Charles-Henry Bédué, lauréat de la Bourse du Talent Mode 2016

Temps de lecture estimé : 4mins

L’exposition de la Bourse du Talent 2016 est présentée à la Bnf jusqu’au 26 mars prochain avec le soutien de Picto Foundation. Chaque semaine, nous vous donnons rendez-vous pour découvrir les travaux des photographes exposés. Aujourd’hui retrouvez l’interview de Charles-Henry Bédué, lauréat de la Bourse du Talent Mode.

9 lives : Vous êtes le lauréat de la Bourse du Talent sur le thème de la Mode avec la série « Le Feu aux Poudres », pouvez-vous nous présenter ce travail ?

Charles-Henry Bédué : La série Le Feu aux Poudres fut réalisée au cours de diverses fashion week parisiennes, pour Le Monde et Libération. Cette série fait partie d’une une série plus vaste, L’Habit fait le Moine, ayant pour thème principal L’habit, le vêtement, et son support : le corps humain, inscrit lui même dans son corps social environnant. Je l’ai débutée en Chine en couvrant divers évènements pour gagner ma vie. C’est devenu une série artistique du jour où j’ai commencé à abstractiser mon sujet, car je ne m’intéresse ni à l’Histoire, ni aux histoires. J’en ai fait une sorte d’étude de soi en lien avec mon environnement, comme l’est l’ensemble de ma démarche: une perpétuelle étude. Les humains, leurs visages, apparaissent généralement dans mes images au même titre que n’importe quel autre motif.
Pour ce qui est du titre, Le Feu aux Poudres, il m’est venu à la suite d’un rêve fait aux cours d’une fashion week:

Un groupe de gens bavarde dans le désert

au premier plan d’un flamboyant soleil couchant.
Je songe à les photographier mais mon matériel a changé:
en guise d’appareil dans la main gauche, un pistolet;
dans la main droite de la poudre explosive pour éclairer
le contre jour qui m’empêche de voir les visages.
Je mets Le Feu aux Poudres, tire dans la foule nombreuse
qui se disperse: une voie royale s’ouvre sur l’horizon,
je continue de tirer en courant droit vers le soleil couchant.

9 lives : Pourquoi avez-vous souhaité participer à la Bourse du Talent ? 

C-H. B. : Je participe tous les ans à des compétitions du type La Bourse du Talent. Par chance, je suis sélectionné au moins une fois dans l’année. Grace à la visibilité que cela m’offre, je peux poursuivre mon travail ailleurs en Europe. La Bourse, Foam, Voies-Off, Emerging Talent, Kassel etc… chacune de mes selections m’a permis de multiplier les rencontres humaines fructueuses. L’essentiel réside dans ces rencontres, humaines avant tout. Le professionnel en découle, cela vient en second dans ma démarche.

M : Les lauréats sont exposés à la Bibliothèque Nationale de France et un ouvrage vient d’être édité aux éditions Delpire; comment vivez-vous cette expérience depuis votre nomination ?

C-H. B. : J’en suis très heureux bien évidement. Je vis cela de loin car je suis basé à Helsinki depuis octobre où s’est tenue ma première exposition au musée finlandais de la photographie de novembre à janvier. Depuis, je travaille à la réalisation d’un livre sur Le Feu aux Poudres qui intégrera un nombre d’images bien plus important. Je continue aussi ma série L’Habit fait le Moine dans le milieu de la mode finlandaise.
De nombreux évènements sont à venir courant avril-mai. J’y prendrais mon bain de foule nécessaire à la continuation de ce projet, avant de retourner à Paris en juin.

M : Quels sont les photographes qui vous inspirent ?

C-H. B. : Je dois honteusement avouer que je manque de curiosité pour tout ce qui se passe dans mon milieu.
Le dernier photographe qu’une amie m’a fait découvrir et qui m’a beaucoup plu est Eamonn Doyle. J’ai deux grands maîtres qui m’ont littéralement nourris, Eggleston et Saul Leiter. Ce sont les seuls que je n’oublie jamais.
Je sature très vite des images, je n’en ai jamais eu sur mes murs, sûrement parce que j’en ai déjà trop des miennes dans la tête.

M : Quels sont vos projets aujourd’hui ?

C-H. B. : Terminer mon livre/objet Le Feu aux Poudres et poursuivre cette exploration de la mode en variant au maximum les points de vue, dans un maximum de pays et de villes. Je suis chez moi quand je suis en mouvement. J’aimerai vivre quelques mois en Italie après la Finlande.

http://charleshenrybedue.com

EXPOSITIONS
• Bourse du Talent – Edition 2016
Du 15 décembre 2016 au 26 mars 2017
BnF – Site François-Mitterrand
Allée Julien Cain
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Du mardi au samedi de 9h à 20h
dimanche de 13h à 19h
lundi de 14h à 20h
Fermé les jours fériés
Entrée libre
http://www.bnf.fr
http://www.picto.fr/pictofoundation/

LIVRE
Identités à venir
Bourse du Talent 2016
Editions Delpire
ISBN : 979-10-95821-05-2
22€
http://www.delpire-editeur.fr

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

Photo

Magma, une série de Maëva Benaiche

Cette semaine, nous avons choisi de vous présenter le travail de Maëva Benaiche intitulée “Magma”, une série introspective interrogeant les fêlures de ...

En voir plus dans L'Interview