Temps de lecture estimé : 6mins

Pour sa première carte blanche, notre invitée, l’historienne d’art et critique suisse, Nassim Daghighian nous présente la série « Chère Liberté, éloge au Pardon » réalisée en 2020 par la photographe suisse Tara Ulmann. Il s’agit d’une réflexion autour de la représentation de la féminité et de l’identité. Lauréate du Prix Photoforum en 2021, son travail est exposé actuellement, à Bienne, aux côtés des autres finalistes. L’exposition est à voir jusqu’au 16 janvier prochain.

Tara Ulmann déconstruit son propre corps pour interroger nos représentations de la féminité. Par la performance et la mise en scène – d’elle-même comme de divers objets, – elle développe une réflexion sur les sens multiples de l’identité : intime, genrée, transculturelle ou transgénérationnelle. Mêlant images, poèmes et textes de l’artiste, son récit autobiographique fragmentaire édité sous forme de livre s’inspire de l’album de famille et de la forme du journal intime. Son projet va toutefois au-delà de la quête personnelle en permettant à chacun-e d’interroger ses images de la femme.

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

Tara Ulmann est lauréate du Prix Photoforum 2021 pour son projet Chère Liberté, éloge au Pardon (2020), présenté dans le cadre d’une exposition collective au Photoforum Pasquart à Bienne (Suisse). Ce projet, réalisé lors du confinement qui débuta en mars 2020, est parti d’une importante recherche dans les archives familiales de l’artiste. Se retrouvant seule dans sa chambre d’adolescente alors qu’elle a bientôt vingt-cinq ans, la photographe a exploré les pistes de son histoire personnelle partagée entre deux cultures. Sa propre naissance lui semble revêtir une dimension politique forte : en effet, sa mère est iranienne et musulmane alors que son père, suisse, est juif. Les différences religieuses et culturelles auraient pu rendre sa conception totalement improbable. C’est pourquoi, après avoir lu plusieurs textes de Paul B. Preciado lors de la création de son projet, elle perçoit le corps de la femme comme étant autant personnel que politique.

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020. Courtoisie de l’artiste et du Photoforum Pasquart, Bienne

La figure maternelle joue un rôle particulièrement important dans les processus d’identification transgénérationnels d’une jeune femme. Tara Ulmann parle à la fois d’une mère lui ayant transmis des valeurs traditionnelles et de  » la culture du combat, du viol et de ce que c’est que d’être une femme forte et indépendante  » * qui lui a été imposée par la société occidentale. Encore tiraillée entre ces notions et la liberté de pouvoir être  » qui elle a envie « , l’artiste a conscience des imbrications entre problématiques de genres et identités culturelles multiples. Elle développe sa réflexion à la fois sur son intimité, le passé de sa famille et l’avenir, face à la nécessité de pardonner malgré ses blessures pour aller de l’avant, voire même imaginer sa propre maternité.

Bien que le point de départ de ce projet ait une forte dimension autobiographique, Tara Ulmann utilise l’auto-représentation plutôt que l’autoportrait. Pour que la performance identitaire puisse être plus libre et proche du jeu, elle emploie principalement un smartphone. Elle se met en scène, exagère les postures, se réfère aux stéréotypes tel que celui des odalisques, performe le genre par le maquillage ou le vêtement, fragmente son corps et s’en distancie afin de le montrer comme un simple objet pour mieux déconstruire les représentations occidentales de la beauté féminine. Par là, elle accomplit à la fois une quête identitaire intime, une recherche de liberté, et une réflexion plus large sur l’ambiguïté de notre regard sur les femmes.

– Nassim Daghighian

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020, livre auto-édité. Courtoisie de l’artiste et de l’ECAL – École cantonale d’art de Lausanne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020, livre auto-édité. Courtoisie de l’artiste et de l’ECAL – École cantonale d’art de Lausanne

Tara Ulmann, Chère Liberté, éloge au Pardon, 2020, livre auto-édité. Courtoisie de l’artiste et de l’ECAL – École cantonale d’art de Lausanne

INFOS

Tara Ulmann (1996, Genève) a obtenu un Bachelor en Photographie à l’ECAL – École cantonale d’art de Lausanne (2016-2020). Son projet de diplôme présenté sous forme de livre, Chère Liberté, éloge au Pardon, a reçu le Prix Pierre Keller 2020 et le Prix Photoforum 2021.

*Ambre Oggier,  » Le cœur ouvert tout en couleurs : entretien avec Tara Ulmann « , gooutmag.ch, novembre 2020 :
https://gooutmag.ch/le-coeur-ouvert-tout-en-couleurs-entretien-avec-tara-ulmann/

Autre interview de Tara Ulmann en ligne :
https://supergluecollective.com/?p=970

EXPOSITION
Prix Photoforum 2021
Du 5 décembre 2021 au 16 janvier 2022
Photoforum Pasquart
Bienne, Suisse
photoforumpasquart.ch

Les artistes et photographes sélectionné-e-s pour l’exposition Prix Photoforum 2021 sont : Jeremy Ayer, Laura Giana Binggeli, Claudia Breitschmid, Arunà Canevascini, Chalotte Favre, Corinne Futterlieb, Assaf Hinden, Ruben Hollinger, Ianne Kenfack, Pablo Lerma, Marianne Maric, Ronald Pizzoferrato, Tim Rod, Léonard Rossi, Tara Ulmann et Stephane Winter.

Le Photoforum Pasquart est un centre d’art associatif consacré à la photographie contemporaine. C’est l’une des principales institutions suisses favorables à la photographie émergente. Sa nouvelle directrice est Jana Johanna Haeckel, curatrice, auteure et enseignante spécialisée dans la photographie et les nouveaux médias.

Créé en 1993, le Prix Photoforum est un concours annuel doté d’un montant de CHF 5’000.-. Une quinzaine d’artistes et de photographes sont sélectionné-e-s pour l’exposition collective du Prix Photoforum (décembre-janvier) et sont par ailleurs invité-e-s à une journée de rencontres et d’échanges avec des intervenants du monde de l’art et de la photographie.

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e