Temps de lecture estimé : 6mins

Le jury* de l’édition 2021 du Prix de la Photo Camera Clara s’est réunit pour choisir son nouveau lauréat. Il s’agit du photographe israélien Roei Greenberg pour sa série « English Encounters ». Cette année, une mention spéciale a été décernée à Alexis Vettoretti pour sa série de portraits intitulée « Paysannes ». Depuis 2012, ce prix récompense des photographes qui travaillent à la chambre photographique et est doté de 6000€. Les œuvres lauréates sont exposées dès le 9 mars prochain à la galerie Baudoin Lebon.

LAURÉAT : Roei Greenberg
English Encounters

© Roei Greenberg / Lauréat Prix Camera Clara 2021

« Se promener à la campagne est une pratique culturelle anglaise bien connue. Au-delà de son aspect récréatif, la marche est un acte politique, un parcours intérieur profond lié à mon contexte culturel : arpenter la terre, c’est la connaître, et donc suggérer une appartenance, un droit et une propriété… Depuis peu, je sillonne la campagne anglaise, je me familiarise avec la topographie de cette île pour mieux comprendre sa cartographie héritée des histoires impériales et coloniales.

En référence à l’École romantique, je m’approprie les règles visuelles du pittoresque, traditionnellement utilisées pour créer une illusion d’harmonie sociale et naturelle… La lumière spectaculaire et les conditions météorologiques tourmentées combinées à une attention chirurgicale du détail et aux interventions sur place provoquent des sentiments ambigus, entre séduction et détachement. Cette poétique attirante mais teintée d’ironie cherche à perturber les modes de représentation traditionnels dans un lieu où la propriété foncière et la hiérarchie sociale ont façonné la forme et la perception du paysage depuis des siècles ». – Roei Greenberg

© Roei Greenberg / Lauréat Prix Camera Clara 2021

© Roei Greenberg / Lauréat Prix Camera Clara 2021

Roei Greenberg (1985) est un artiste israélien basé à Londres.
Roei a grandi dans un kibboutz, situé à la frontière nord d’Israël avec le Liban et a déménagé à Tel Aviv en 2019, où il a obtenu une licence de photographie en 2013.
Après des années d’enquête sur le paysage israélien, il s’est installé au Royaume-Uni en 2018 et, dans sa recherche d’un nouveau sujet, s’est trouvé à nouveau attiré par les questions de terre et de pouvoir, d’appartenance et de légitimité.
La pratique photographique de Greenberg s’intéresse au paysage en tant qu’intersection complexe entre culture, géographie et autobiographie. Les effets de l’activité humaine sur la terre, les frontières politiques et l’écologie font partie des questions étudiées dans son travail.
Son utilisation de la chambre grand format argentique crée une perspective photographique à plusieurs niveaux, picturale et séduisante, mais qui cherche à perturber les modes traditionnels de représentation du paysage.
L’œuvre de Greenberg a été largement reconnue et exposée dans des musées et galeries tels que Aperture Gallery, South London Gallery ; Leeds Art Gallery ; le Musée Benaki ; le Musée d’Israël et la Webber Gallery, pour n’en citer que quelques-uns. Son travail a été nominé et récompensé à plusieurs reprises au cours des dernières années. Il a été sélectionné pour le Bloomberg New Contemporaries en 2019, et son récent corpus d’œuvres intitulé English Encounters, a été choisi par le professeur Andreas Gursky, lorsqu’il a été invité à organiser sa sélection parmi les diplômés du RCA 2020. Il a récemment été invité par la National Gallery à contribuer à un événement célébrant l’œuvre de Constable.

MENTION SPÉCIALE : Alexis Vettoretti
Paysannes

© Alexis Vettoretti / Mention spéciale Prix Camera Clara 2021

« Paysannes » est une série de portraits à la Chambre photographique, qui expose à la lumière ces femmes de paysans nées après-guerre, héritières et témoins d’une époque aujourd’hui révolue, dans laquelle pourtant elles vivent encore. Rencontre avec ces femmes qui sont de véritables forces de la nature, chez elles, dans leur intimité.

En entrant chez elles aujourd’hui, la Chambre photographique vient saisir une réalité d’hier, et donner un coup de projecteur sur ces femmes qui n’ont jamais vraiment été vues, regardées ou remerciées. « Femmes de paysans » avant tout, leurs visages, leurs mains, leurs corps portent les traces du passage d’un siècle à un autre, d’un système patriarcal en évolution et d’un métier dont les règles ont été redéfinies.

C’est une génération de femmes qui cultivaient la terre, s’occupaient des troupeaux, élevaient des enfants, tenaient le foyer, sans compter leurs heures, sans se plaindre. Dernières héritières d’un mode de vie qu’elles n’ont pas vraiment choisi, elles étaient toujours dans l’ombre d’une figure masculine qui avait autorité.

© Alexis Vettoretti / Mention spéciale Prix Camera Clara 2021

Alexis Vettoretti est photographe reporter vivant à Paris.
Tourné vers la photographie documentaire, mon travail s’inscrit dans une volonté de raconter les autres dans ce qu’ils sont, dans ce qu’ils font, de les connaître pour en faire le centre de mon propos. Les rencontrer dans un esprit d’ouverture et de dialogue pour mieux comprendre leur vie, leur situation, leurs choix…
La photographie sociale me donne accès à des univers très différents, et me permet d’interroger des pratiques sociales pour tenter d’éclairer par l’image les zones d’ombre de notre société, sans à priori mais en projetant sur les faits ma propre grille de lecture.
Cette approche photographique prend place dans un processus d’apprivoisement mutuel dans lequel appuyer sur le déclencheur n’est pas un acte isolé, mais bien la re-construction de cette relation à l’autre.
Alexis Vettoretti est diplômé de l’ETPA (école photographique de Toulouse). Son travail a reçu le Prix Roger Pic en 2021, a été de nombreuses fois nominé : Prix Bourse du Talent – Reportage ; Prix SCAM Brouillon d’un rêve ; Prix Inframe, Prix Mentor

*Le jury était compose de :
-Joséphine de Bodinat Moreno, fondatrice du prix et présidente de la Fondation Grésigny
-Audrey Bazin, directrice artistique
-Dominique de Font-Reaulx, Conservatrice générale au musée du Louvre, directrice de la Méiation et de la Programmation culturelle
-Aurélie Chauffert-Yvart, Responsable du développement Bibliothèque nationale de France
-Héloïse Conesa, conservatrice du patrimoine, en charge de la collection de photographie contemporaine à la Bibliothèque nationale de France
-Marc Donnadieu, conservateur en chef au Musée de l’Elysée à Lausanne
-Julie Jones, Conservatrice au Cabinet de la photographie du MNAM-Centre Pompidou
-Chantal Nedjib, directrice de communication et consultante en entreprise sur l’image
-Guillaume Piens, commissaire général d’Art Paris Art Fair
-Michel Poivert, professeur en histoire de l’art à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
-Fabien Simode, rédacteur en chef de la revue d’art L’oeil

INFORMATIONS PRATIQUES

mer09mar(mar 9)11 h 00 minsam26(mar 26)19 h 00 minRoei Greenberg, lauréat du Prix de la Photo Camera ClaraGalerie Baudoin Lebon, 21 rue chapon 75003 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

A LIRE
Stéphanie Solinas remporte le Prix Camera Clara 2020
Delphine Balley est la lauréate du Prix de la Photo Camera Clara 2019
Le Prix Camera Clara 2018 décerné à Vasantha Yogananthan
Le Prix Camera Clara 2016 décerné à Cyrille Weiner

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

En voir plus dans News