OtherSide

Syrie, Vidéos sans frontières 5 : Abounaddara Films, L’Equipe 1

Temps de lecture estimé : 2mins

Si le rêve de « liberté et dignité » largement partagé par le peuple syrien en mars 2011 a vite viré au cauchemar qui se déroule devant les yeux cyniquement fermés de la communauté internationale, les artistes syriens ne baissent ni les yeux ni les bras.
Au rythme d’une vidéo par semaine, “Syrie, vidéos sans frontières” propose de remonter cette histoire qui est aussi la nôtre à travers les regards des Syriens eux-mêmes.

Abounaddara Films, L’Equipe 1, 2015, 4:31

Le collectif anonyme à géométrie variable Abou Naddara (« l’homme aux lunettes », celui qui voit bien) met en ligne depuis avril 2011 de courtes vidéos alternant détournements d’images médiatiques ou de propagande, entretiens intimistes, ou scènes de la vie « ordinaire » en temps de guerre, le tout doté d’un humour – de plus en plus noir – nourri des cultures populaires et savantes du monde entier.

Si le rythme autrefois hebdomadaire des vidéos postées sur Facebook s’est ralenti avec l’intensification de la guerre, ces « artisans-cinéastes » continuent leurs ripostes, quitte à puiser dans leurs archives. Tout en investissant les colonnes des journaux tels que Libération, Le Monde ou le New York Times pour défendre le droit à l’image d’un peuple syrien deux fois meurtri : par la guerre et par le voyeurisme sensationnaliste des médias.

Avec les onze épisodes (foot oblige) de L’Equipe, ce sont des récits d’autant d’ex-membres de la sélection nationale syrienne qui ramènent quatre années de guerre à hauteur de sportif citoyen.

Retrouvez la présentation générale de Syrie, Vidéos sans frontières par Miriam Rosen :
http://9lives-magazine.com/14844/2017/05/10/syrie-videos-sans-frontieres/

A voir aussi : 

Tous les films d’Abounaddara (impeccablement sous-titrés en français et en anglais) : https://vimeo.com/user6924378/videos

« Something is rotten/Quelque chose est pourri », une tribune récente du collectif :
https://www.facebook.com/notes/abounaddara-films/something-is-rotten-quelque-chose-est-pourri/1342480109146026/

Miriam Rosen
Voyageuse immobile, Miriam Rosen parcourt le monde à travers les images et les textes. Elle écrit depuis de nombreuses années sur la photo et le cinéma dans des journaux et des revues tels que  Libération, Mouvement, Le Journal de la Photographie, Artforum, Aperture et Camera Austria. Ce feuilleton consacré aux vidéos syriennes depuis le soulèvement de mars 2011 complète le portfolio « Syrie, intimes convictions » paru dans Fisheye Magazine n° 21, novembre-décembre 2016.

    You may also like

    En voir plus dans OtherSide