Temps de lecture : 1 minute et 33 secondes

Janine Niépce est l’une des premières femmes françaises à exercer le métier de photoreporter. Elle est surtout la seule a avoir suivi pendant un demi siècle l’évolution des femmes et leur histoire. A l’occasion de la journée internationale du droits des femmes, et de sa toute nouvelle collaboration avec les archives Janine Niépce, la galerie Polka lui consacre une exposition capsule visible jusqu’au 17 mars.

Née en 1921, agent de liaison au sein de la Résistance, consoeur d’Henri Cartier Bresson à l’agence Rapho et lointaine descendante de l’inventeur Nicéphore, Janine Niépce a documenté, toute sa vie durant, l’évolution de la société française. Elle raconte la France qui se reconstruit après la seconde guerre mondiale, et celle qui se construit et se modernise, quitte à vaciller, dans la droite ligne d’une génération de photographes humanistes – Robert Doisneau, Willy Ronis, Edouard Boubat – portés par l’élan d’après-guerre et le vent du réalisme poétique.

« Je photographie les êtres humains sur le vif. J’aime travailler seule, sans rendez-vous précis. Il faut avoir du temps devant soi. Ne pas laisser échapper ce qui, hors du reportage, est un hasard heureux, fugitif. Ainsi sont nées mes meilleures photographies. Tout va très vite ; des personnages repérés, pris dans le viseur, des regards, des gestes significatifs. Je ressens une émotion, j’appuie sur le déclic. C’est ce qui passe de mon coeur dans l’image, mystérieusement. Ce métier me permet des vies multiples. »

Janine Niépce elle est l’une des premières Françaises à exercer le
métier de journaliste reporter-photographe en 1946 et parcourt la France pendant plusieurs années témoignant de ce qui disparaît et de ce qui nait (la première télévision en 1963, les moyens de transport rapides), les rapports entre villes et campagnes, les
différences entre Paris et la province.
A partir de 1963, elle voyage en Europe et autour le monde : Japon, Cambodge, Inde, Etats-Unis, Canada. A Paris, c’est vêtue en touriste étrangère, qu’elle couvrira les événements de mai 68.
Entre 1970 et 1980, elle se concentre sur les luttes des femmes pour la liberté de la contraception, l’I.V.G, et l’égalité salariale. De 1984 à 1986, elle réalise plusieurs reportages sur les chercheurs et
les techniciens pour le ministère de la Recherche.
Elle est nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1981 et Chevalier de la Légion d’Honneur en 1985.
Janine Niépce décède le 5 août 2007 à l’âge de 86 ans.

INFORMATIONS PRATIQUES
La Beauté est dans la rue
Janine Niépce
Du 6 au 17 mars
Galerie Polka
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris
http://www.polkagalerie.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X